PresidentielleFrance

Hénin-Beaumont, Longjumeau, La Rochelle, Pau... Les dix points chauds du second tour des législatives

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 15.06.2012 à 20 h 22

De l'avenir de Royal à celui de Bayrou, des relations UMP-FN au destin des ministres de Sarkozy, coup de projecteur sur les batailles décisives du 17 juin.

Gilbert Collard pose devant son affiche de campagne, le 8 juin 2012. REUTERS/Jean-Paul Pélissier.

Gilbert Collard pose devant son affiche de campagne, le 8 juin 2012. REUTERS/Jean-Paul Pélissier.

Avec 36 députés élus dès le premier tour (25 à gauche, 11 à droite), il reste 541 sièges à pourvoir, dimanche 17 juin, au second tour des législatives. Nous avons sélectionné dix circonscriptions qui seront très suivies, pas tant parce qu'elles décideront de la couleur ou de l'ampleur de la future majorité que pour leur caractère symbolique des premiers pas du gouvernement, des relations entre l'UMP et le FN, des bisbilles internes à la gauche ou de l'avenir incertain du centrisme.

Marine Le Pen en meeting à Paris, le 1er juin 2012 (REUTERS/Julien Muguet)

Hénin-Beaumont: Marine Le Pen n'a jamais été aussi proche de la victoire

Des 577 circonscriptions de France, c’était la plus suivie au premier tour, et elle sera encore scrutée attentivement au second tant le symbole est grand: avec plus de 42% des voix, Marine Le Pen a des chances d’être élue députée à Hénin-Beaumont. Elle distance de près de vingt points le socialiste Philippe Kemel (23,5%), qui a éliminé Jean-Luc Mélenchon (21,5%).

Un sondage Ifop-Fiducial publié avant le premier tour donnait bien Kemel à 57% au second tour en cas de duel face à Le Pen, mais c’était avec une extrême droite à 37% au premier… Aussi bien aux législatives de 2007 (+17 points pour Le Pen entre les deux tours) qu’aux municipales partielles de 2009 à Hénin-Beaumont (+8 points pour Steeve Briois, le lieutenant de Le Pen) ou aux cantonales 2011 à Montigny-en-Gohelle (+9 points pour Briois), le FN a toujours connu des poussées substantielles entre les deux tours sur ce territoire du Pas-de-Calais.

Cela sera-t-il encore le cas face à un front républicain qui a vu le candidat MoDem (soutenu par l'UMP) Philippe Urbaniak appeler à «empêcher l'entrée à l'Assemblée nationale» de la dirigeante frontiste?

>>Les résultats complets de la 11e circonscription du Pas-de-Calais.

Carpentras: Front renforcé et front républicain fissuré

A à peine 22 ans, Marion Maréchal-Le Pen va-t-elle réussir là où son grand-père a toujours échoué, en remportant une circonscription au scrutin majoritaire sous l’étiquette FN? La nièce de Marine Le Pen est en tout cas sortie en tête du premier tour sur la circonscription de Carpentras avec 34,6%, trois points de mieux que sa tante au premier tour de la présidentielle le 22 avril. Pourtant solidement implanté, le député sortant UMP Jean-Michel Ferrand dépasse lui de justesse les 30%, là où il avait frôlé la réélection au premier tour en 2007.

La candidate socialiste Catherine Arkilovitch, en position de se maintenir avec 22% des voix, a elle refusé d'obéir à la stratégie du front républicain de son parti et de se désister. Pour l'emporter, le très droitier Ferrand (il est membre de la Droite populaire) ne peut donc compter que sur les voix centristes (3,5% environ), sur un sursaut de mobilisation ou sur la défection en sa faveur d'électeurs de gauche. Ce qui n'est pas totalement impossible étant donné que le suppléant d'Arkilovitch, Roland Davau (Front de gauche), a appelé a voter pour lui.

Un sondage BVA pour Le Dauphiné Libéré et Vaucluse Matin a donné le 15 juin Marion Maréchal-Le Pen à 36,5%, Jean-Michel Ferrand à 34,5% et Catherine Arkilovitch à 29%.

>>Les résultats complets de la 3e circonscription du Vaucluse.

Gilbert Collard et Marine Le Pen, le 22 avril 2012 à Paris (REUTERS/Pascal Rossignol)

Saint-Gilles: des électeurs UMP choisiront-ils Collard?

La situation s’annonce particulièrement incertaine dans cette circonscription située dans le seul département où Marine Le Pen était en tête au premier tour. Alors que le scrutin était donné comme très serré avant le premier tour, le médiatique avocat Gilbert Collard pour le FN (34,6%) et la socialiste Katy Guyot (32,9%) sont effectivement séparés par un écart relativement faible, mais le député sortant UMP Etienne Mourrut est largement devancé (23,9%).

Après avoir songé à se désister en faveur du FN (en violation des consignes nationales de l'UMP), ce dernier s'est finalement maintenu pour «porter haut et dignement les valeurs de la droite et du centre». Une déclaration plus flamboyante que celle du soir du premier tour où il avait estimé qu’il n’avait «aucune chance» de l’emporter et s’en était pris aux médias «qui ont fabriqué le Front national».

Dans cette configuration, la gauche pourrait gagner de justesse au second tour vu qu’elle est la seule à disposer de réserves de voix avec les 5% du Front de gauche… à moins qu’une partie des électeurs UMP ne vote Collard pour lui barrer la route. Ce dernier s'est d'ailleurs dit «persuadé» que l'électorat UMP votera pour lui.

>>Les résultats complets de la 2e circonscription du Gard.

Arles, maillon faible du «ni-ni» de l'UMP

Cette circonscription est devenue ces derniers jours un laboratoire des relations UMP/FN dans le Sud-Est, depuis les propos du maire UMP des Saintes-Maries-de-la-mer Roland Chassain à l’hebdomadaire Minute avant le premier tour:

«Si Mme Laupies [la candidate du FN, NDLR] est en mesure de gagner, il n'y aura pas de front républicain. Pour moi, c'est tout sauf Vauzelle!»

Des déclarations qu’il a mises en application après être arrivé troisième du premier tour avec 22,6%, derrière Valérie Laupies (29%) et Michel Vauzelle (38,4%), en choisissant de se retirer du second tour, à l'inverse de ce qu'a recommandé l'UMP au niveau national, et en appelant ses électeurs à voter «en leur âme et conscience». Il risque pour cela d'être exclu de l'UMP.

Reste à voir maintenant quelle proportion de son électorat sera prête à voter FN pour barrer la route à la gauche, minoritaire dans la circonscription le 6 mai. Les 7% du Front de gauche pourraient cependant donner un peu de marge à Vauzelle, président PS du conseil régional de Paca.

>>Les résultats complets dans la 16e circonscription des Bouches-du-Rhône.

Nathalie Kosciusko-Morizet à la Gare du Nord, le 23 février 2012 (REUTERS/Philippe Wojazer)

Longjumeau: le FN veut faire battre NKM...

En première ligne pendant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, dont elle était la porte-parole, Nathalie Kosciusko-Morizet était présentée comme une des personnalités les plus menacées de la majorité sortante. A raison: l’ancienne ministre sort bien du premier tour en tête (39,5%) mais avec seulement trois points d’avance sur le socialiste Olivier Thomas (36,3%).

Ce dernier dispose de 8% de réserves de voix du côté du Front de gauche et d’EELV, alors qu’à droite l’essentiel des réserves se situe du côté du FN, que NKM qualifiait l’an dernier de «Front antinational» dans un livre, et qu’elle appelait à battre en cas de second tour PS/FN en mars.

L’heure de la vengeance semble venue du côté du parti frontiste: «Elle voulait qu'un socialiste soit élu, et bien nous allons faire en sorte que ses voeux soient entendus», a lancé Marine Le Pen sur BFM TV lundi matin, avant d'appeler clairement au cours d'un point presse ses électeurs à voter PS.

Dans la semaine de l'entre-deux-tours, la candidate du FN a fait diffuser par ses militants un tract appelant à faire battre NKM en votant socialiste. Une intitiative locale, selon son parti, qui lui a demandé de ne plus les distribuer... 

Les résultats complets dans la 4e circonscription de l'Essonne.

Toul: Morano a besoin des voix du FN

«Je n'ai aucun état d'âme à en appeler aux électeurs du FN. C'est pas une question d'accord, c'est une question de partage de nos valeurs.» Menacée dans sa circonscription de Toul, Nadine Morano a lancé de clairs appels du pied aux électeurs du FN dimanche soir pour sauver son siège, et les a réitérés lundi matin sur Europe 1.

Distancée de cinq points (34% contre 39%) par le PS Dominique Potier, l’ancienne ministre de la Famille puis de l’Apprentissage aura besoin de très bons reports de voix de la part des 16,5% du candidat FN Lionel Vinquant (qui a remplacé au dernier moment Olivier Frugneau, décédé le 3 juin) pour l’emporter. Problème: lui a appelé à la faire battre.

L'entre-deux-tours a d'ailleurs été marqué par le canular dont a été victime Nadine Morano, piégée par l'imitateur Gérald Dahan, qui s'est fait passé au téléphone pour Louis Aliot, numéro deux du FN. Croyant qu'il s'agissait d'une conversation privée, elle a loué le talent de la présidente du FN.

En 2007, après avoir réalisé environ treize points de plus au premier tour, elle ne l’avait emporté qu’avec un peu moins de 53% au second face au PS.

>>Les résultats complets de la 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle

Marseille: Carlotti, la seule ministre en danger?

Dans l'éventualité où le gouvernement Ayrault ne réalise pas le grand chelem au second tour le 17 juin, elle fait figure de «victime» la plus probable, dans une circonscription compliquée et face à un adversaire de poids: Marie-Arlette Carlotti, la ministre déléguée aux Personnes handicapées, va affronter un second tour serré face au député UMP sortant Renaud Muselier.

A son actif, une légère avance au premier tour (34,5% contre 32,5%) et 11% de réserves de voix du côté du Front de gauche et d’EELV. A celui de son adversaire, la possibilité d’aller chercher les plus de 16% d’électeurs du FN, qui ne peut pas se maintenir au second tour. On peut donc estimer Carlotti, qui s’est déclarée «lucide» sur cette «circonscription difficile», très légèrement favorite pour le second tour.

>>Les résultats complets dans la 5e circonscription des Bouches-du-Rhône.

La Rochelle: Falorni favori face à Royal dans une ambiance tendue

Olivier Falorni est passé du statut d’inconnu du grand public à celui de protagoniste central du premier grand couac de la présidence de François Hollande en un message Twitter, celui de Valérie Trierweiler, la compagne du Président, lui affichant publiquement son soutien.

Lui qui disposait déjà de chances réelles de barrer la route de l’Assemblée nationale, et du «perchoir», à Ségolène Royal après son bon score au premier tour (seulement trois points de retard sur l’ancienne candidate à la présidentielle avec 29% contre 32%) fait aujourd'hui figure de favori dans un entre-deux tour très tendu. Ségolène Royal a ainsi porté plainte vendredi 15 juin après qu'une affiche de campagne de son rival a été placardée sur la porte de son domicile.

Pouvant également compter sur la bienveillance d’une partie de la droite (si la candidate UMP Sally Chadjaa, éliminée, a demandé à ses électeurs de voter blanc, un autre régional de l’étape, Dominique Bussereau, a appelé, toujours sur Twitter, les Rochelais et les Rétais à «un rassemblement charentais-maritime derrière le candidat de terrain»), Falorni est crédité de 55% d’intentions de vote dans le dernier sondage de l’institut BVA paru vendredi 15 juin. Deux jours plus tôt, un sondage Ifop lui donnait une avance encore plus importante, avec 58% contre 42% sur Ségolène Royal.

Les résultats complets du premier tour dans la 1e circonscription de Charente-Maritime

Claude Guéant lors des questions au gouvernement le 7 février 2012 (REUTERS/ Charles Platiau)

Boulogne-Billancourt: et si Solère éclipsait Guéant?

L’ancien ministre de l’Intérieur n’a pas réussi à creuser un gros écart au premier tour à Boulogne-Billancourt, avec seulement 3,5 points d’avance sur le dissident UMP (30,4% contre 26,9%). Thierry Solère a appelé «tous les habitants de Boulogne-Billancourt», ville dont il est conseiller municipal, «et tous les républicains à se mobiliser derrière [sa] candidature».

Déjà tendue entre les deux candidats de droite (l’UMP a assigné Solère en justice pour contrefaçon et ce dernier a annoncé qu’il allait porter plainte contre Guéant), la partie sera pimentée par la présence d’une troisième candidate, la socialiste Martine Even, créditée de plus de 22% des voix.

Ses réserves ne lui permettant pas d’espérer gagner, quelle sera l’attitude de ses électeurs? Et celle des électeurs qui ont voté pour les candidats divers droite Dorothée Pineau et Julien Marcel (8% à eux deux et qui ont appelé à voter Guéant, même si la suppléante de Dorothée Pineau a elle appelé à voter PS) et le frontiste Julien Dufour (5,3%)? Leur désir de «punir» une figure symbolique du sarkozysme pourrait coûter à Guéant son entrée à l'Assemblée.

Les résultats complets dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine.

Pau: l'UMP pourrait régler son compte à François Bayrou

C'est une triangulaire qui s’annonce fatale pour François Bayrou (23,63%) dans son fief du Béarn, largement distancé par la socialiste Nathalie Chabanne (34,9%) et dont la deuxième place a tenu à moins de mille voix face à l’UMP Eric Saubatte (21,72%), qui atteint 12,5% des inscrits.

Ce dernier ayant décidé de se maintenir, la victoire de la gauche est quasiment certaine, sauf improbable mouvement pro-bayrouiste des électeurs UMP: les seules réserves de voix se situent du côté d’EELV, du Front de gauche et du Front national… Une défaite probable qui mettrait fin à 26 ans de présence ininterrompue à l’Assemblée nationale pour le président du Modem.

Bayrou «a pris des décisions personnelles à contre-courant de la France et de la circonscription. Aujourd'hui, il en assume clairement les conséquences», a asséné Saubatte lundi matin, bien décidé à ne pas faire de cadeau à celui qui a apporté son vote, à titre personnel, à François Hollande le 6 mai.

Les résultats complets de la 2e circonscription des Pyrénées-Atlantiques.

Jean-Marie Pottier

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte