Monde

Irak: une armée de qualité douteuse

Temps de lecture : 2 min

La crise dans les budgets de l'armée américaine incite le Pentagone à se concentrer sur la formation des forces locales en Afghanistan et en Irak relate le Christian Science Monitor.

Mais dans sa hâte de mettre en place les forces de sécurité irakiennes, l'armée américaine a négligé la formation des soldats, et près d'un quart de l'actuelle armée d'Irak n'a pas les qualifications requises. Le gouvernement du pays est en train de s'en rendre compte pour la première fois: ni le ministre de la défense, ni les officiels américains ne connaissant exactement la composition de l'armée, une enquête a été lancée— 46 000 personnes ont été passées en revue à ce jour.

Le gouvernement irakien doit réduire les dépenses militaires, l'Armée ne pourra donc être renforcée, mais elle ne se séparera pas pour autant des soldats non qualifiés.

La révision des troupes vise aussi à découvrir les «soldats fantômes»: des soldats qui n'existent pas mais dont les salaires sont pourtant payés. Le gouvernement irakien cherche à savoir qui touche ces salaires. D'autres soldats, bien réels, ne seraient pas payés car leur statut est flou: ils ne sont pas officiellement enrôlés.

[Lire l'article complet sur le Christian Science Monitor]

(Photo: un tank rouillé en Irak, par Christiaan Briggs, via Wikimedia)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Et si les médias anglo-saxons contribuaient (sans le savoir) à la réélection de Donald Trump?

Et si les médias anglo-saxons contribuaient (sans le savoir) à la réélection de Donald Trump?

Quatre ans après leur autocritique à l'issue de la victoire inattendue du président américain en 2016, il semblerait que les journalistes retombent dans le même travers.

L'ado noire emprisonnée pour n'avoir pas rendu ses devoirs va être libérée

L'ado noire emprisonnée pour n'avoir pas rendu ses devoirs va être libérée

Grace va pouvoir retrouver sa mère après plus de deux mois de détention.

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 27 juillet au 2 août

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 27 juillet au 2 août

Plongée dans la logorrhée du président américain.

Newsletters