Emeutes au Punjab après le meurtre d'un religieux à Vienne

Slate.fr, mis à jour le 25.05.2009 à 17 h 22

Des émeutes ont éclaté un peu partout dans la région indienne du Punjab après le meurtre d'un Gourou Sikh par un groupe rival dans un temple à Vienne.

Des milliers de manifestants ont envahi les rues, endommageant des bâtiments publics et mettant le feu à des trains. Au moins quatre personnes ont été blessées par des policiers qui ont ouvert le feu pour défendre un commissariat à Jalandhar. Un couvre-feu a été instauré dans quatre grandes villes de la région. Toutes les routes majeures de la région sont bloquées par des barrages en feu et les gares principales sont désertées.


Agrandir le plan

Le gourou Sant Ramanand a été attaqué dimanche 24 mai à Vienne par six hommes armés de couteaux et d'une arme à feu lors d'une cérémonie religieuse. Il a succombé à ses blessures le lendemain. Le religieux appartenait à un groupe représentant les castes inférieures qui compte beaucoup de fidèles au Punjab et était à Vienne pour un service spécial. Selon la BBC, plusieurs groupes Sikhs des castes supérieures s'étaient opposés à sa venue et avaient menacé d'utiliser la violence.

Le premier ministre indien Manhoman Singh, lui-même Sikh, a lancé un appel au calme, rappelant que la religion prêchait la tolérance et l'harmonie. «Quelles que soient les provocations, il est important de maintenir la paix et l'harmonie dans les différentes sections de la population» a-t-il déclaré.

[Lire l'article complet sur la BBC]

(Photo: Des policiers derrière un véhicule en feu à Jalandhar, REUTERS/Stringer India)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
AutricheBBCcastesemeutesInde
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte