Monde

Scandale des notes de frais: un ex-SAS sort de l'ombre

Temps de lecture : 2 min

Scandale des notes de frais.

John Wick, ancien membre des Special Air Forces (SAS) britanniques à l'origine du scandale des notes de frais, a expliqué dans les colonnes du Daily Telegraph pourquoi il a décidé de dénoncer le système. «Le fait qu'un officier respecté de l'armée soit à l'origine de la publication des dépenses des parlementaires risque d'en surprendre plus d'un à Westminster» note le journal qui égrène quotidiennement les notes de frais accordées à plus de 200 parlementaires depuis seize jours.

Wick, qui a commandé une section anti-terroriste pendant ses dix ans de carrière militaire, est aujourd'hui à la tête d'une entreprise spécialisée dans les négociations de libération d'otages en zones de guerre. Partisan des Tories (conservateur), où il compte plusieurs amis proches, il explique que «la publication des informations devait être complète pour tous, et les conservateurs devaient en accepter les conséquences comme les autres partis.»

Le scandale a déjà provoqué la démission du président de la Chambre des communes, d'un membre de l'équipe du leader conservateur David Cameron et d'un membre du gouvernement. Deux députés travaillistes ont été suspendus et quatre parlementaires ont annoncé qu'ils n'allaient pas se présenter aux prochaines élections.

Wick explique qu'il était conscient des conséquences de ses actions et ne les regrette pas. «Nous sommes arrivés à un point dans la société où ils [les politiques] veulent tout savoir sur nous — je pense que nous avons le droit d'en savoir sur eux, confie-t-il. Le Parlement sera meilleur, la société sera meilleure. J'ai joué mon rôle dans l'Histoire. A d'autres maintenant de décider du meilleur moyen d'avancer et de punir ceux qui ont été exposés.»

[Lire l'article complet sur The Daily Telegraph]

(Photo: capture d'écran du site du Telegraph)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters