Monde

Le Hezbollah, responsable du meurtre de Rafik Hariri?

Temps de lecture : 2 min

D'après le Jerusalem Post, le Hezbollah a rejeté les conclusions de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel qui l'accusent d'être responsable de l'assassinat de Rafik Hariri, en qualifiant ces accusations de «stupides» et politiciennes, à deux semaines des élections législatives libanaises.

L'ancien premier ministre libanais avait été tué par l'explosion d'une bombe en 2005, avec 23 autres personnes. La Syrie avait alors été accusée d'avoir fomenté cet attentat pour empêcher le retour de Rafik Hariri en politique. Quatre suspects avaient été arrêtés à la suite d'une enquête approuvée par l'ONU.

D'après Der Spiegel, le tribunal mis en place par les Nations Unies début mars 2009 a d'abord libéré les quatre suspects, avant de mener une enquête approfondie qui pointerait vers le Hezbollah et non la Syrie. Le tribunal aurait identifié huit téléphones portables activés six semaines avant l'attentat, utilisés sur les lieux de l'attentat, abandonnés ensuite, et qui communiquaient principalement entre eux.

Le principal suspect est Hajj Salim, le responsable de la section militaire du Hezbollah.

[Lire l'article complet sur Der Spiegel]

(Photo: Rafik Hariri en 2001, par le ministère de la défense américain via wikimedia)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

En Haïti, l'évangélisation entrave les droits des LGBT+

En Haïti, l'évangélisation entrave les droits des LGBT+

L'association Kouraj est l'une des rares dans le pays à défendre la voix des minorités sexuelles et à lutter contre l'homophobie et la transphobie.

Après l'assassinat du général iranien, un effet papillon encore invisible

Après l'assassinat du général iranien, un effet papillon encore invisible

La nature et l'ampleur des contrecoups de la liquidation d'un individu à court terme sont imprévisibles.

Un rassemblement pro-armes fait craindre aux autorités un nouveau Charlottesville

Un rassemblement pro-armes fait craindre aux autorités un nouveau Charlottesville

Plusieurs milliers de personnes sont attendues à Richmond, en Virginie, l’ancienne capitale de la Confédération.

Newsletters