Partager cet article

Uderzo peut-il poursuivre l'UMP Belgique pour sa parodie d'Astérix?

La parodie de la première page des albums d'Astérix par l'UMP Belgique.

La parodie de la première page des albums d'Astérix par l'UMP Belgique.

L'UMP résistant aux envahisseurs PS qui cherchent à avoir la mainmise sur la France, ça vous rappelle quelque chose?

Pour ajouter un peu d’humour dans sa campagne pour les législatives 2012, la section belge de l’UMP a misé sur l’affection nationale pour les aventures d’Astérix le Gaulois, parodiant la célèbre première page de la bande-dessinée d’Albert Uderzo et René Goscinny pour prôner le vote pro-UMP –ici les Gaulois qui résistent– et critiquer la mainmise du PS –ici, donc, les envahisseurs romains– sur la France.

L'UMP Belgique appelle donc à voter pour «soutenir le Parlement Français», c'est à dire à voter Marie-Anne Montchamp, la candidate du parti pour la circonscription Benelux des Français de l'étranger.

Uderzo et Goscinny se sont toujours opposés à l'utilisation politique de leurs personnages, il est donc peu probable que l'UMP belge ait obtenu l'autorisation de faire ce détournement. Uderzo et les ayants-droits de Goscinny peuvent-ils les attaquer?

Oui, mais il n’est pas du tout sûr qu’ils obtiendraient gain de cause. Il existe en effet des «exceptions» aux droits d’auteur, dont la parodie: d’après l’article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, «l’auteur ne peut interdire la parodie, le pastiche et la caricature, compte tenu des lois du genre».

Pour être en présence d'une parodie, il faut:

  • Que le détournement en question ait comme finalité de faire rire.
  • Qu’il soit clairement reconnaissable comme détournant l’œuvre en question, c’est-à-dire qu’il y ait suffisamment de références à l’œuvre pour que le public n’imagine pas que ce puisse être une création de toute pièce.
  • Et en même temps, qu’il y ait suffisamment d’ajouts, de retraits et/ou de différences pour qu’on voit bien que c’est une parodie, et pas l’œuvre originale.

Même si une telle appréciation relèverait du juge, rappelle maître Antoine Chéron, fondateur du cabinet ACBM spécialisé en droit de la propriété intellectuelle, le détournement de l’UMP Belgique semble répondre à ces critères: on reconnaît bien la page d’ouverture des aventures d’Astérix et Obélix, sa carte et son célèbre résumé, et en même temps, on voit immédiatement qu’elle a été retouchée (pas par une personne douée en Photoshop, mais c’est un autre problème). Même si la carte n’est pas «signée», elle est clairement en faveur de l’UMP, et a été postée sur la page Facebook de l’UMP Belgique, on ne pourrait pas imaginer qu’elle a été modifiée par Uderzo.

Le fait que le détournement soit politique en plus d’humoristique ne change vraisemblablement rien à l’affaire. Il n’y a pas beaucoup de jurisprudence sur ce cas, et elle n’existe qu’«a contrario», c’est-à-dire en creux, explique maître Laurence Tellier-Loniewski, spécialiste en droit de la propriété intellectuelle au cabinet Alain Bensoussan: en 1990, le RPR détourne la chanson Vesoul, de Jacques Brel, pour une affiche. Les héritiers du chanteur ont poursuivi le parti, affirmant qu’en prenant deux bouts de la chanson et en les juxtaposant comme si c’était un vers complet («T’as voulu voir Paris et on a vu Vesoul»), le RPR «mutilait et dénaturait» la chanson, portant atteinte au droit moral de son auteur.

Le tribunal leur a donné raison, et le RPR s’est pourvu en cassation en arguant notamment de l’exception de parodie. La cour a rejeté le pourvoi en disant que la parodie n’était pas visible et que la citation portait à confusion, apparaissant comme un extrait unique et exact de la chanson. Le RPR a donc perdu ce procès, mais pas parce que le détournement était politique, seulement parce qu’il n’était pas assez visiblement parodique.

Les avocats d’Uderzo pourraient tenter d’arguer que la parodie en question cause «un préjudice injustifié aux intérêts légitimes de l’auteur» (sorte d’exception aux exceptions aux droits d’auteur) parce que l’œuvre «marque politiquement» Astérix et ses auteurs, imagine maître Laurence Tellier-Loniewski, «mais la façon dont c’est exploité est relativement neutre, on ne fait pas le lien avec ce qu’Uderzo peut penser» de l’UMP ou du Parti socialiste.

Le seul précédent politico-uderzoien connu date du RPR (encore!) en 1998, qui avait détourné le dessin d’une bataille d’Astérix pour une affiche. Uderzo avait fortement et médiatiquement protesté, et le RPR s’était empressé de modifier l’affiche, arrangeant l’affaire à l’amiable avant qu’on en vienne aux tribunaux.

L'affiche avant le coup de gueule d'Uderzo:

Et après:

Impossible donc, de savoir quelle position le juge aurait adoptée. Le lien vers l’affiche de l’UMP Belgique est mort, et impossible de la retrouver sur leur page Facebook. Nous leur avons envoyé un message pour connaître les raisons de ce retrait. La crainte que le ciel leur tombe sur la tête?

Cécile Dehesdin

Merci à @Le_M_Poireau d'avoir posé la question

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte