Culture

Almodovar, ou l'allègement du récit

Temps de lecture : 2 min

Festival de Cannes. Le film «Etreintes brisées» peut se comprendre comme un travail de deuil.

Dans l'une des scènes d'«Étreintes brisées», Pedro Almodovar met en scène la photogénie de son actrice-fétiche, Penelope Cruz, en la rapprochant du look d'Audrey Hepburn, la «Fair Lady», l'une des actrices les plus élégantes de l'histoire du cinéma. À la différence de Quentin Tarantino, qui fonde l'écriture de ses films sur le monde de sa cinéphilie, Almodovar, quoique très connaisseur des films classiques et de ceux de ses contemporains (comme il l'a montré dans l'entretien accordé aux «Inrockuptibles»), ne sature pas ses scénarios de telles références, mais en joue simplement, avec beaucoup de goût.

«Étreintes brisées» raconte l'histoire à deux temps de Mateo Blanco (Lluis Homar), un réalisateur qui, après avoir perdu sa femme, Lena (Penelope Cruz) et la vue, renaît sous le nom de plume d'un scénariste, Harry Caine. En empruntant une autre identité, et en vivant pleinement l'instant présent, il s'est convaincu qu'il pourra oublier l'amour fou qu'il portait à Lena. Ce passé va pourtant resurgir.

Almodovar excelle dans l'art de construire des histoires complexes, où les rapports entre les personnages sont empreints de passion amoureuse, de jalousie, de violence. Il le fait dans un style qui est, depuis quelque temps, de plus en plus épuré. Ce qui lui permet, de temps en temps, de provoquer des ruptures de ton, en passant du drame à la comédie, comme pour alléger le poids d'un passé trop lourd à porter. Très savoureux sont les moments où une jeune femme, qui arrive à lire sur les lèvres, déchiffre, sur les images tournées par un improbable «Ray X», et commanditées par le mari de Lena, ce que celle-ci dit de lui à son amant, Mateo.

En ce sens, outre la (toujours) très grande capacité de ses personnages à converser sur leur situation, dans un dialogue d'une qualité indéniable, «Étreintes brisées» peut se comprendre comme un exemple réussi de travail de deuil. Surmontant sa peine, Mateo/Harry finit par se confronter à l'image de Lena disparue telle que projetée dans le film qu'il avait réalisée avec elle quinze ans plus tôt. Ni fétiche, ni point de fixation, cette image, allégée par la grâce de Penelope Cruz et le caractère comique de l'histoire mise en scène, provoque un sentiment d'apaisement, signe du dépassement de l'état de mélancolie.

Christian Delage

Photo: Pénelope Cruz au Festival de Cannes Reuters

Newsletters

«Le Coup d'état d'urgence», ou comment la France a fait du citoyen un «sujet virus»

«Le Coup d'état d'urgence», ou comment la France a fait du citoyen un «sujet virus»

Nous publions les bonnes feuilles du nouvel ouvrage de l'avocat pénaliste Arié Alimi, qui revient sur le premier état d'urgence sanitaire de l'histoire de France.

Six livres méconnus de Roald Dahl

Six livres méconnus de Roald Dahl

Considérés comme des classiques, «Charlie et la chocolaterie» ou «Matilda» sont souvent réédités et adaptés au cinéma. Mais l'œuvre de l'écrivain jeunesse ne s'arrête pas là.

«Mourir d'aimer», la prof et la ligne blanche

«Mourir d'aimer», la prof et la ligne blanche

Le film d'André Cayatte, sorti il y a cinquante ans, retraçait la trajectoire de Gabrielle Russier, professeure condamnée pour avoir entamé une liaison avec l'un de ses élèves.

Newsletters