Culture

Almodovar, ou l'allègement du récit

Temps de lecture : 2 min

Festival de Cannes. Le film «Etreintes brisées» peut se comprendre comme un travail de deuil.

Dans l'une des scènes d'«Étreintes brisées», Pedro Almodovar met en scène la photogénie de son actrice-fétiche, Penelope Cruz, en la rapprochant du look d'Audrey Hepburn, la «Fair Lady», l'une des actrices les plus élégantes de l'histoire du cinéma. À la différence de Quentin Tarantino, qui fonde l'écriture de ses films sur le monde de sa cinéphilie, Almodovar, quoique très connaisseur des films classiques et de ceux de ses contemporains (comme il l'a montré dans l'entretien accordé aux «Inrockuptibles»), ne sature pas ses scénarios de telles références, mais en joue simplement, avec beaucoup de goût.

«Étreintes brisées» raconte l'histoire à deux temps de Mateo Blanco (Lluis Homar), un réalisateur qui, après avoir perdu sa femme, Lena (Penelope Cruz) et la vue, renaît sous le nom de plume d'un scénariste, Harry Caine. En empruntant une autre identité, et en vivant pleinement l'instant présent, il s'est convaincu qu'il pourra oublier l'amour fou qu'il portait à Lena. Ce passé va pourtant resurgir.

Almodovar excelle dans l'art de construire des histoires complexes, où les rapports entre les personnages sont empreints de passion amoureuse, de jalousie, de violence. Il le fait dans un style qui est, depuis quelque temps, de plus en plus épuré. Ce qui lui permet, de temps en temps, de provoquer des ruptures de ton, en passant du drame à la comédie, comme pour alléger le poids d'un passé trop lourd à porter. Très savoureux sont les moments où une jeune femme, qui arrive à lire sur les lèvres, déchiffre, sur les images tournées par un improbable «Ray X», et commanditées par le mari de Lena, ce que celle-ci dit de lui à son amant, Mateo.

En ce sens, outre la (toujours) très grande capacité de ses personnages à converser sur leur situation, dans un dialogue d'une qualité indéniable, «Étreintes brisées» peut se comprendre comme un exemple réussi de travail de deuil. Surmontant sa peine, Mateo/Harry finit par se confronter à l'image de Lena disparue telle que projetée dans le film qu'il avait réalisée avec elle quinze ans plus tôt. Ni fétiche, ni point de fixation, cette image, allégée par la grâce de Penelope Cruz et le caractère comique de l'histoire mise en scène, provoque un sentiment d'apaisement, signe du dépassement de l'état de mélancolie.

Christian Delage

Photo: Pénelope Cruz au Festival de Cannes Reuters

Newsletters

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

La comédie de Jean-Pascal Zadi et John Wax convie un grand nombre de têtes d'affiche issues des dites «minorités visibles» pour interroger les impasses du communautarisme.

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Maîtriser la peur n'a pas été difficile pour ces adeptes des frissons.

12 nouvelles séries qu'on a hâte de regarder cet été

12 nouvelles séries qu'on a hâte de regarder cet été

Si vous êtes comme nous, l'été ne rime pas qu'avec glaces fondues et bains de soleil, mais aussi avec occasion rêvée de rester au frais pour mieux se plonger dans des séries addictives.

Newsletters