Monde

La mort du chef des Tigres confirmée

Temps de lecture : 2 min

La télévision publique sri-lankaise a diffusé, mardi 19 mai, la vidéo d'un corps sans vie qu'elle présente comme étant celui du chef des Tigres tamouls, Velupillai Prabhakaran, rapporte Lemonde.fr. Les images montrent le buste de l'homme vêtu d'un uniforme militaire et ayant semble-t-il une blessure à la tête. Une partie du front est couverte d'un chiffon bleu et le crâne repose sur un journal couvert de sang. La vidéo permet aussi de distinguer une plaque militaire frappée du code «0.01» et la carte d'identité du chef des LTTE.

Plus tôt dans la matinée, le général Sarath Fonseka, chef de l'armée sri-lankaise a déclaré que le corps sans vie du leader des Tigres tamouls avait été retrouvé et identifié. Les rebelles tamouls du Sri Lanka ont été «totalement battus», a déclaré mardi 19 mai le président Rajapakse dans un discours au Parlement. «L'autorité de l'Etat s'exerce dorénavant sur chaque centimètre de territoire. Nous avons totalement vaincu le terrorisme», a affirmé le président.

[lire l'article complet sur Lemonde.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

crédit: Reuters, chef des Tigres tamouls, Velupillai Prabhakaran.

Newsletters

San Francisco vote pour l'interdiction de fumer dans les appartements

San Francisco vote pour l'interdiction de fumer dans les appartements

Il sera néanmoins toujours autorisé d'y fumer du cannabis.

Le Covid-19 serait présent aux États-Unis depuis décembre 2019

Le Covid-19 serait présent aux États-Unis depuis décembre 2019

Des analyses de dons du sang laissent apparaître la présence d'anticorps au SARS-CoV-2 chez certains individus dès la fin de l'année dernière.

L'Espagne a sa loi «sécurité globale» depuis 2015 et voici comment ça se passe

L'Espagne a sa loi «sécurité globale» depuis 2015 et voici comment ça se passe

Alors qu'en France, l'Assemblée nationale vient de voter ce texte controversé, en Espagne, la «loi bâillon» est en vigueur depuis cinq ans. Organisations et journalistes dénoncent un texte qui donne plus de pouvoir aux forces de l'ordre et effraie les citoyens.

Newsletters