Monde

Non, Barack Obama n'a pas changé d'avis sur le mariage gay

David Plotz, mis à jour le 16.05.2012 à 6 h 39

Le président américain a beau avoir expliqué que son changement de position était le fruit d'une «évolution personnelle», cela fait bien longtemps qu'il est favorable au mariage homosexuel. Ce revirement n'est en fait le résultat que de calculs politiques.

Barack Obama à New York le 14 mai, REUTERS/Larry Downing

Barack Obama à New York le 14 mai, REUTERS/Larry Downing

Barack Obama n’est pas plus hypocrite que n’importe quel autre homme politique —notamment Mitt Romney— mais c’est bel et bien un hypocrite. Aussi, bien que je ne puisse que me réjouir de son soutien au mariage gay, quand bien même cela ne signifierait pas grand-chose légalement parlant, il y a quelque chose qui me dérange dans cette histoire de conversion un peu trop éloquente.

Dans l’interview qu’il a accordée à ABC News, le Président a raconté comment il avait changé d’avis sur le mariage homosexuel. Selon lui, ses idées ont évolué «au fil des ans, en parlant avec des amis, sa famille et ses voisins». Il dit avoir observé des membres de sa propre équipe «incroyablement engagés dans des relations monogames, homosexuelles, et qui élèvent des enfants ensemble».

Il a fait référence à des conversations qu’il aurait eues avec son épouse et qui partage son point de vue. Et bien entendu, il a parlé de l’armée: «tous ces soldats qui se battent pour moi et qui se sentent mal à l’aise, en dépit de l’abolition du Don't Ask Don't Tell, parce qu’il ne leur est pas possible de se marier».

Obama a toujours été pour le mariage gay

Vous pensez vraiment qu’Obama a changé d’avis sur le mariage gay en discutant avec des gens? Pas moi. Il a toujours été pour le mariage homosexuel. Tout dans son histoire —sa politique progressiste, son activisme en faveur des droits civiques, son histoire personnelle— indiquait qu’il allait se prononcer pour le mariage gay.

Oh, et bien sûr, il y a le fait qu’il avait déjà clairement affirmé être pour. En 1996, alors qu’il était candidat au Sénat de l’Illinois, Obama avait répondu à un questionnaire en déclarant (et en le signant de sa main): «Je suis pour la légalisation des mariages homosexuels et je me battrai contre les efforts visant à interdire de tels mariages».

Candidat à l’élection présidentielle, Obama avait nié soutenir le mariage homosexuel, lui préférant l’union civile. Une histoire grotesque désavouant le questionnaire de 1996 avait circulé, affirmant que quelqu’un d’autre l’avait rempli à sa place. Et tant pis pour la signature.

Le bon choix par intérêt politique

Les Libéraux Démocrates avaient accepté son histoire (et son hypocrisie évidente) parce qu’ils savaient que soutenir le mariage gay serait fatal à ses aspirations présidentielles en 2008. Nudge nudge, wink wink, n’en dites pas plus [NDLR: référence intraduisible à un sketch des Monty Python].

Il n’existe pas de manière élégante pour admettre une hypocrisie passée. Mais peut-être ne devrions-nous pas perdre trop de temps à féliciter le Président pour cette «évolution». Lorsqu’il briguait la plus haute fonction, il a fait le mauvais choix sur le mariage gay par intérêt politique.

Aujourd’hui, il a fait le bon choix, également par intérêt politique. Cela fait au moins 16 ans qu’il sait que le mariage homosexuel est une bonne chose, soit depuis beaucoup plus longtemps que la plupart des Américains, moi compris. Ne le glorifions pas trop pour en avoir enfin parlé aujourd’hui.

David Plotz

Traduit par Yann Champion

David Plotz
David Plotz (4 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte