Culture

Le retour de Cat Stevens

Temps de lecture : 2 min

Son nom a changé, pas son message

Un parterre de stars, dont Colin Farrell et Chris Isaak, s'était réuni lundi 11 mai pour un concert privé dans un club de Californie. Il ne s'agissait pas du dernier concert de Britney Spears ou de U2, mais du premier concert à Los Angeles depuis 33 ans de Yusuf Islam, plus connu sous le nom de Cat Stevens, nom qu'il a changé en 1977 lorsqu'il s'est converti à l'Islam.

Le chanteur légendaire des années 60 et 70, qui sort un nouvel album intitulé «Roadsinger», a reçu un  accueil chaleureux du public. «La soirée entière semblait baigner dans de bonnes vibrations» rapporte CNN.

En 2004, Yusuf Islam s'était vu refusé l'entrée sur le sol américain après que son nom soit apparu sur une liste noire. Il s'agissait en fait d'un homonyme. «Il n'y avait pas d'erreur possible sur la scène du théâtre El Ray, note CNN. A 60 ans, il ressemble peut-être plus à un professeur d'université branché qu'au sex symbole qu'il était dans les années 70, mais son message et sa musique sont restés les mêmes.»

[Lire l'article complet sur CNN]

(Photo: Cat Stevens au théâtre El Rey à Los Angeles, REUTERS/Mario Anzuoni)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Mon petit chat est mort

Mon petit chat est mort

[Blog, You will never hate alone] Je ne sais pas s'il m'aimait, et à dire vrai, je m'en fiche royalement. Je sais seulement que tous les deux, nous étions inséparables.

Les BD de cette rentrée littéraire à dévorer (et celles à recycler)

Les BD de cette rentrée littéraire à dévorer (et celles à recycler)

Notre sélection des meilleures BD de la rentrée 2018, sans oublier quelques déceptions.

Jet Li a refusé de jouer dans Matrix pour rester maître de ses mouvements

Jet Li a refusé de jouer dans Matrix pour rester maître de ses mouvements

L’acteur chinois redoutait de se faire déposséder de ses techniques d’arts martiaux si un studio américain les numérisait.

Newsletters