Culture

Le retour de Cat Stevens

Temps de lecture : 2 min

Son nom a changé, pas son message.

Un parterre de stars, dont Colin Farrell et Chris Isaak, s'était réuni lundi 11 mai pour un concert privé dans un club de Californie. Il ne s'agissait pas du dernier concert de Britney Spears ou de U2, mais du premier concert à Los Angeles depuis 33 ans de Yusuf Islam, plus connu sous le nom de Cat Stevens, nom qu'il a changé en 1977 lorsqu'il s'est converti à l'Islam.

Le chanteur légendaire des années 60 et 70, qui sort un nouvel album intitulé «Roadsinger», a reçu un accueil chaleureux du public. «La soirée entière semblait baigner dans de bonnes vibrations» rapporte CNN.

En 2004, Yusuf Islam s'était vu refusé l'entrée sur le sol américain après que son nom soit apparu sur une liste noire. Il s'agissait en fait d'un homonyme. «Il n'y avait pas d'erreur possible sur la scène du théâtre El Ray, note CNN. A 60 ans, il ressemble peut-être plus à un professeur d'université branché qu'au sex symbole qu'il était dans les années 70, mais son message et sa musique sont restés les mêmes.»

[Lire l'article complet sur CNN]

(Photo: Cat Stevens au théâtre El Rey à Los Angeles, REUTERS/Mario Anzuoni)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

«La femme qui s'est enfuie», trois pas vers la perfection

«La femme qui s'est enfuie», trois pas vers la perfection

Entièrement construit autour de personnages féminins, le nouveau film de Hong Sang-soo invente une nouvelle tonalité à son exploration délicate, parfois cruelle et souvent drôle, des mille brins d'émotion qui tissent l'existence quotidienne.

Covid-19 et amours à distance: trois conseils pour bien gérer sa relation aux écrans

Covid-19 et amours à distance: trois conseils pour bien gérer sa relation aux écrans

Un amour peut-il durer et se fortifier uniquement au travers d’un quotidien rythmé par le virtuel? C’est la question que pose, avec subtilité et émotion, A cœur battant, le film de la réalisatrice israélienne Keren Ben Rafael, qui sort le 30 septembre sur les écrans.

Il y a vingt ans, Lunatic plongeait le rap français dans le noir

Il y a vingt ans, Lunatic plongeait le rap français dans le noir

L'unique album du duo, «Mauvais Œil», célèbre ses 20 ans. L'occasion de rappeler que ce classique est né d'un long cheminement de violence musicale et de marketing hors des codes.

Newsletters