Culture

Le retour de Cat Stevens

Temps de lecture : 2 min

Son nom a changé, pas son message.

Un parterre de stars, dont Colin Farrell et Chris Isaak, s'était réuni lundi 11 mai pour un concert privé dans un club de Californie. Il ne s'agissait pas du dernier concert de Britney Spears ou de U2, mais du premier concert à Los Angeles depuis 33 ans de Yusuf Islam, plus connu sous le nom de Cat Stevens, nom qu'il a changé en 1977 lorsqu'il s'est converti à l'Islam.

Le chanteur légendaire des années 60 et 70, qui sort un nouvel album intitulé «Roadsinger», a reçu un accueil chaleureux du public. «La soirée entière semblait baigner dans de bonnes vibrations» rapporte CNN.

En 2004, Yusuf Islam s'était vu refusé l'entrée sur le sol américain après que son nom soit apparu sur une liste noire. Il s'agissait en fait d'un homonyme. «Il n'y avait pas d'erreur possible sur la scène du théâtre El Ray, note CNN. A 60 ans, il ressemble peut-être plus à un professeur d'université branché qu'au sex symbole qu'il était dans les années 70, mais son message et sa musique sont restés les mêmes.»

[Lire l'article complet sur CNN]

(Photo: Cat Stevens au théâtre El Rey à Los Angeles, REUTERS/Mario Anzuoni)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Pourquoi le premier épisode de Buffy est toujours parfait (ou presque)

Pourquoi le premier épisode de Buffy est toujours parfait (ou presque)

Ça fait 23 ans que le pilote de Buffy contre les vampires a été diffusé à la télévision américaine. En France, on l'a découvert en 1998 sur M6 pendant la «Trilogie du samedi». Pour ce hors-série de Peak TV, retour sur un premier épisode...

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

La comédie de Jean-Pascal Zadi et John Wax convie un grand nombre de têtes d'affiche issues des dites «minorités visibles» pour interroger les impasses du communautarisme.

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Maîtriser la peur n'a pas été difficile pour ces adeptes des frissons.

Newsletters