PresidentielleEconomie

Le chômage, mal français et européen, le dossier du nouveau quinquennat

Catherine Bernard, mis à jour le 06.05.2012 à 21 h 37

Non, le chômage n'est pas une maladie française: le sous-emploi bat tous ses records dans plusieurs régions du monde et notamment dans l'Union européenne. Mais l'hexagone fait cependant figure de très mauvais élève.

A Pôle emploi, en 2009. REUTERS/Eric Gaillard/Files

A Pôle emploi, en 2009. REUTERS/Eric Gaillard/Files

10,9%en mars: tel est le dernier chiffre du taux de chômage dans la zone euro publié par Eurostat, l'organisme des statistiques européennes. Un chiffre en progression constante ces derniers mois puisqu'il a encore gagné 0,1 point par rapport à février, et même un point entier comparé à l'an dernier.

Dans l'Union à 27, les performances ne sont guère sensiblement meilleures: 10,2% pour mars 2012, inchangé par rapport à février, et en progression de 0,8 point sur un an. Jamais, depuis l'an 2000, la courbe du chômage dans l'UE n'avait ainsi dépassé les 9% de façon aussi durable.

Au total, 24,772 millions de personnes sont au chômage dans l'UE, et le phénomène est une réalité pour plus d'un jeune sur cinq.

Si elle est particulièrement touchée, l'Europe n'est cependant pas la seule victime de cette impressionnante vague de chômage qui semble déferler sur certaines régions du monde. L'Office International du Travail a ainsi tiré la sonnette d'alarme dans son dernier rapport annuel, publié cette semaine:

«Il ne s'agit plus simplement d'un ralentissement conjoncturel (...). La crise de l'emploi est entrée dans une nouvelle phase structurelle (…) Les déséquilibres sur le marché du travail seront donc plus difficiles à éliminer».

Les auteurs n'hésitent pas à dresser la liste des évolutions les plus préoccupantes:

- Les taux de chômage des jeunes ont augmenté dans quelque 80% des pays avancés et dans deux tiers des pays en développement.

- Les taux de pauvreté ont augmenté dans la moitié des économies développées et dans un tiers des économies en développement (...).

- En moyenne, plus de 40 % des demandeurs d’emploi des économies avancées sont au chômage depuis un an ou plus.

- Le travail à temps partiel contraint s’est accru dans deux tiers des économies avancées. L’emploi temporaire a aussi augmenté dans la majorité de ces économies.

- La part de l’emploi informel se situe à plus de 40% dans deux tiers des pays émergents ou en développement.

- Dans 26 des 40 pays pour lesquels nous disposons de données, la proportion des travailleurs couverts par une convention collective a décliné entre 2000 et 2009.

- 28 %  des pays émergents et en développement et 65 % des économies avancées ont mis en place des politiques visant à réduire les prestations sociales pendant la crise.

Avec, pour résultat, une augmentation significative dans 57 des 106 pays analysés, et notamment dans les économies avancées —de «l'indice des troubles sociaux» que calcule l'institut.

La situation française est particulièrement médiocre: avec 10% de chômage, la France se situe à la 15e position européenne (sur 27), et à la 10e position dans l'ex UE des 15, suivie seulement de l'Irlande, du Portugal, de la Grèce et de l'Espagne. 

Le chômage pour autant n'est pas une fatalité même dans les économies les plus avancées, pourtant concurrencées par les pays émergents. Ainsi, note Eurostat, «sur un an, le taux de chômage a baissé dans huit États membres».

Certes, les pays qui ont le plus amélioré leur situation partaient d'un taux de chômage élevé (la Lituanie, la Lettonie et l' Estonie notamment), mais ceci démontre cependant que les évolutions ne sont pas unilatérales. Certains de nos voisins, surtout, réussissent à conserver des taux de chômage très bas: l'Autriche (4,0%), les  Pays-Bas (5,0%), le Luxembourg (5,2%), l'Allemagne (5,6%).

Au total, 13 pays sur 27 (comme la Belgique, la Suède, la Finlande, le Royaume Uni, …) parviennent à contenir le chômage sous la barre des 8,5%. 

Comment échapper au chômage de masse? Certainement pas, affirme l'OIT, en associant rigueur budgétaire et déréglementation du marché du travail. Au contraire! En revanche, avance l'organisation, avec un plan alliant fiscalité et hausse des dépenses d’investissements publics et des prestations sociales, environ 2 millions d’emplois pourraient être créés en une année dans les économies avancées.

Elle publie en tous cas un intéressant graphique:

invest

Pendant la période 2007-2011, les pays qui ont le plus investi sont aussi ceux qui ont réussi à contenir la hausse de leur chômage.

Catherine Bernard

Catherine Bernard
Catherine Bernard (148 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte