Économie

Le keffieh, tissu de discorde entre militants et bobos

Temps de lecture : 2 min

«Quel est le point commun entre David Beckham, Yasser Arafat et votre voisin de palier?», se demande Eco89. Tous ont porté, portent, ou porteront un keffieh.

Aujourd'hui le keffieh est à la mode au point que ses acheteurs semblent oublier le sens premier de ce bout de tissu. Baliencaga puis H&M, Zara..., presque toutes les enseignes s'y sont mises. Le keffieh est-il un accessoire de mode comme un autre? Pas seulement, il reste encore «vecteur de message politique. Dans les sommets altermondialistes et les manifestations, il est arboré en marque de soutien à la cause palestinienne, symbole de résistance, de lutte contre l'oppression», explique le site économique.

Aussi bien qu'aux Etats-Unis, le port de ce foulard reste très mal vu, puisque souvent ce soutien est assimilé à de l'antisémitisme. En France, il est vendu à bon marché et sous toutes ces formes. C'est un business comme un autre.

D'ailleurs, le keffieh n'est même plus fabriqué en Palestine maintenant mais le plus souvent en Chine et en Inde.

[Lire l'article complet sur Eco89]

Photo Flickr myahya

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Bercy

Bercy

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

En se prononçant pour la construction de nouveaux réacteurs, Macron remet le sujet à l'ordre du jour. À droite, c'est clairement oui, à gauche, c'est plutôt non, avec plus ou moins de clarté.

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio