Économie

UBS va augmenter ses cadres pour les retenir

Temps de lecture : 2 min

UBS, la première banque suisse, a annoncé ce week-end qu'elle avait l'intention d'augmenter les salaires des cadres de sa banque d'investissement pour faire face à la fuite des cerveaux. «Nous constatons que nous perdons systématiquement des gens dans des domaines importants et dont nous avons besoin. Et ça nuit à notre capacité concurrentielle» a confié le président d'UBS, Kaspar Villiger, au Berner Zeitung.

«Il y a eu des augmentations de salaire exceptionnelles dans le secteur de la banque d'investissement, afin de conserver les bons employés» a confirmé Andreas Kern, le porte-parole d'UBS, au Sonntag.

Reste à savoir où UBS, qui est dans une situation difficile, va trouver de l'argent. «Selon des chiffres du spécialiste financier Lipper, rien qu'en avril, UBS aurait subi une perte de 900 millions de francs [600 millions d'euros]. A cela s'ajoutent 2,54 milliards de francs [1,68 milliard d'euros]qui pourraient échapper à la banque car ils proviennent de contrats à mauvaise solvabilité, selon le rapport trimestriel» note Le Matin.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Un jour ou l'autre, le monde manquera de sable

Un jour ou l'autre, le monde manquera de sable

Deuxième ressource naturelle la plus utilisée après l'eau, le sable est indispensable à notre développement. Mais aujourd'hui, le matériau s'épuise et devient un facteur de déstabilisation.

Les taux d'intérêt bas ne sont pas une aubaine mais une calamité

Les taux d'intérêt bas ne sont pas une aubaine mais une calamité

Ils s'imposent depuis des années parce qu'on tente de s'en servir pour remédier aux dysfonctionnements de l'économie.

Pourquoi le «travailler plus pour gagner plus» ne fonctionne pas

Pourquoi le «travailler plus pour gagner plus» ne fonctionne pas

On ne peut plus utiliser les mêmes leviers pour la retraite et le pouvoir d'achat qu'il y a cinquante ans car le profil des Français·es a évolué.

Newsletters