Life

Google Drive, Drop Box... A quand le disque de stockage universel et illimité?

Farhad Manjoo, mis à jour le 01.05.2012 à 10 h 38

Les services de stockage en ligne auraient tout intérêt à s’associer et former un gigantesque espace pour tout stocker.

REUTERS/Supri

REUTERS/Supri

Depuis longtemps, avant l’existence de certains de ses concurrents, le bruit courait selon lequel Google allait se lancer dans le stockage en ligne. Le premier indice est apparu sur la Toile en 2004, l’année où Mark Zuckerberg a démarré Facebook. Depuis, tous les deux ou trois ans, les fans de Google sont tombés sur des preuves toutes fraîches indiquant l’arrivée imminente de GDrive. Mais il n’en fut rien.

Google semblait mieux placé que quiconque pour lancer un service d’hébergement de fichiers: le géant de l’Internet gère des hectares de datacenters; il ne jure que par «le cloud»; et pour pérenniser son succès, il est impératif qu’il permette aux entreprises et aux particuliers d’accéder à leurs données sur le Web. Curieusement, Google a résisté à l’idée de créer un «disque dur» géant dans les nuages.

Il faut reconnaître que Google Drive est doté de quelques fonctions uniques en leur genre. Il y a par exemple ce moteur de recherche capable d’identifier et de parcourir du texte dans vos fichiers image: si vous prenez en photo une page de journal, plus tard, vous pourrez retrouver un titre ou une citation – pas mal! Google veut également vous vendre plus d’espace de stockage que n’importe lequel de ses concurrents.

Vous pouvez acheter jusqu’à 16 téraoctets d’espace pour stocker vos documents – ce qui vous permettrait d’y entreposer 5.000 films haute définition – pour la relativement modique somme de 800 dollars [un peu plus de 600 euros] par mois. Pour un prix plus raisonnable, vous pouvez obtenir 25 Go d’espace pour 2,49 dollars [1,90 euros] seulement par mois.

Ne dépensez pas vos sous dans de l’espace!

Pourquoi payer Google – ou une autre entreprise – pour disposer d’espace supplémentaire? Mettre la main au portefeuille pour stocker des documents en ligne serait tout simplement stupide. Car ce qu’il y a d’absolument génial dans cette situation de rude concurrence entre les différents services de stockage en ligne, c’est que vous n’êtes pas obligé d’en choisir un. Vous avez tout intérêt (c’est moins cher) à en recourir à plusieurs à la fois.

Google, Microsoft, Dropbox, SugarSync et box.com proposent tous de l’espace de stockage gratuit et vous demandent une petite participation pour plus d’espace. Mais de combien d’espace avez-vous vraiment besoin? Il y a des années que j’utilise Dropbox, et je n’ai jamais dépassé sa limite de 2 Go. Pourtant, Dropbox a plein de clients qui payent. Comme quoi certains ont besoin de plus d’espace. Un peu plus, peut-être, mais sûrement pas tant que ça: selon les chiffres de Microsoft, 99,94% des utilisateurs de SkyDrive stockent des documents dont la taille cumulée ne dépasse pas 7 Go.

Stocker gratuitement, ici et là

Si toutefois vous avez besoin d’encore plus, vous n’avez qu’à répartir vos fichiers sur plusieurs services de stockage, maximisant ainsi la quantité d’espace offerte par chacun d’entre eux. Au total, il y a 25 Go d’espace de stockage entièrement gratuit à prendre. Et il y a des chances que ce chiffre augmente: avec l’effondrement du prix des disques durs et le renforcement de la concurrence, les services de stockage en ligne seront obligés de proposer de plus en plus d’espace gratuit.

Pour Microsoft et Google, cette dynamique n’est pas mauvaise. Ni l’un ni l’autre ne s’attend à faire de gros bénéfices sur l’hébergement de fichiers. Les deux géants considèrent que le stockage vient compléter leurs autres produits: SkyDrive permet d’en faire plus avec les appareils Windows, tandis que Google Drive fidélise les clients qui utilisent les logiciels publicitaires de Google. Mais pour des startups spécialisées dans le stockage dans le cloud telles que Dropbox, la montée de la concurrence des services de stockage risque d’être terrible.

A l’heure où je vous écris, mes dossiers SkyDrive et Google Drive sont vides, ainsi que mon espace Dropbox. Le jour où j’atteindrai le seuil des 2 Go, il me suffira de me tourner vers l’un des deux autres espaces. Seulement si tout le monde fait comme moi, les 4 milliards que pèse Dropbox partiront en fumée.

C’est pourquoi si j’étais à la place du fondateur de Dropbox, Drew Houston (ou d’un autre patron de startup avide de succès), je chercherais un moyen de former, avec mes concurrents, un seul et gigantesque espace de stockage en ligne. Car si les utilisateurs se mettent à stocker leurs fichiers un peu partout, ils risquent de ne plus s’y retrouver et de criser. Ai-je mis mes photos de famille sur SkyDrive ou sur Dropbox? Et ce courrier du fisc hyper important, l’ai-je sauvegardé sur Google Drive? Ou ailleurs, peut-être? Mais où, bon sang?!

SugarDropSkyGoogDriveBox

Imaginez un système qui gérerait ces différents espaces de stockage à votre place. Il pourrait s’appeler le SugarDropSkyGoogDriveBox (quoique, appelons-le simplement le Everything Drive [«Disque de stockage pour tout»]). Il s’agirait d’un système de gestion de tous les espaces de stockage en ligne auxquels vous êtes abonné.

Quand vous enregistrerez un fichier sur votre Everything Drive, il serait automatiquement placé sur votre espace Dropbox, Google Drive, SkyDrive ou autre, en fonction de l’espace disponible. Quand vous aurez besoin du fichier en question, il vous suffirait de cliquer sur votre Everything Drive (accessible depuis n’importe quel appareil [Ndlr: ordinateur, tablette ou smartphone]) pour le télécharger instantanément. Inutile même de savoir sur quel espace précis il est stocké.

Les principaux services de stockage en ligne sont ouverts aux développeurs. Du point de vue technique, donc, créer l’Everything Drive devrait être faisable. Il suffit qu’un programmeur calé s’y mette. Pas vrai, les ingénieurs? Qu’en dites-vous?

Traduit par Micha Cziffra

Farhad Manjoo
Farhad Manjoo (191 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte