PresidentielleFrance

Guéantomètre #15: violente semaine politique pour Eva Joly, qui fait son entrée dans le top 10 général

Cécile Dehesdin et Grégoire Fleurot, mis à jour le 16.04.2012 à 18 h 38

Fukushima et affaire Bettencourt: beaucoup d'accusations de mensonge et de politiques qui persistent et signent après une attaque.

Eva Joly à Nantes le 4 avril 2012, REUTERS

Eva Joly à Nantes le 4 avril 2012, REUTERS

Les politiques calment le jeu à une semaine du premier tour, avec un total de 2.399 points de violence, soit la moitié du total du Guéantomètre #14 (4.721 points).

La violence politique ne s'est pas pour autant totalement arrêtée, mais aucune attaque n’a récolté énormément de réactions, ni beaucoup de reprises médiatiques.

Après des semaines plutôt pacifiques, Eva Joly se lâche sur sa fin de campagne. Elle double d’un coup son total général, réalise la meilleure progression de la semaine (de la 21e à la 8e place) et fait du même coup son entrée dans un top 10 qui n'avait plus bougé depuis deux semaines. 

Elle a affirmé que Marine Le Pen était «l’héritière d’une fortune illégitime» via son père Jean-Marie Le Pen «qui a pratiqué la torture en Algérie». Une violence verbale (+30) reprise dans les médias, et à laquelle les Le Pen ont répondu en menaçant de porter plainte (Jean-Marie, +20) et en portant effectivement l’affaire devant la justice (Marine, +40), donnant un total de 258 points à Eva Joly.

    Total traite de menteur moquerie persiste et signe
1. Nicolas Sarkozy 11056,5 60 660 50
2. François Hollande 6368,5 60 320 0
3. Claude Guéant 3228 0 0 100
4. Marine Le Pen 3184,5 40 360 50
5. Jean-Luc Mélenchon 2509,5 0 240 0
6. François Fillon 1512,5 20 60 50
7. Jean-Marie Le Pen 1045 0 90 100
8. Eva Joly 973 40 120 100
9. Laurent Fabius 935 0 60 0
10. Alain Juppé 903 0 30 30

La candidate d’EELV ne s’est pas arrêtée là puisqu’elle a également obtenu 225 points en attaquant Nicolas Sarkozy sur l’affaire Bettencourt lors de son passage à l'émission Des paroles et des Actes sur France 2. Le président-candidat lui a répondu le lendemain lors de son intervention sur le même plateau, d’un «c’est l’amie de monsieur Hollande, c’est bien ça?» (moquerie, +30), suivi de «sur la volonté de détruire et de démolir parce qu'on a rien à dire et qu'on est à trois semaines des élections, permettez-moi de vous opposer le mépris le plus cinglant à ce qu'elle a dit» (violence verbale, +30), auxquels s’est ajouté un «persiste et signe» de la candidate en meeting le lendemain (+50).

Pendant qu’Eva Joly se préoccupait de la droite et de l’extrême droite, son soutien Daniel Cohn-Bendit se concentrait sur l’extrême gauche, affirmant que la vie «n’est pas aussi simple qu’un discours de Mélenchon». Le candidat du Front de gauche a répliqué en qualifiant Cohn-Bendit de type «spécialisé à tirer dans le dos» (150 points au total pour DCB).

On notera le silence de Claude Guéant et de Laurent Fabius, qui après un début de campagne tonitruant (phrase sur les civilisations pour l’un, débat acerbe avec Nicolas Sarkozy pour l’autre) n’ont plus marqué de points depuis la semaine 10, et voient leur position au classement général s’effriter.

Au contraire, on notera la régularité de Bruno Le Roux et de Jean-François Copé, deux lieutenants qui ont marqué des points lors des quatre dernières semaines. Le premier passe de la 26e à la 19e place avec 140 points, tandis que le second se rapproche doucement du Top 10 (14e place) avec 126,5 points. Seulement trois petits nouveaux au classement général: Steeve Briois, Thierry Repentin et Salima Saa.

Nicolas Sarkozy mène cependant encore une fois le top 5 de la semaine avec 719 points, récoltés entre autres grâce au déplacement qu’il s’est inventé à Fukushima, très moqué par François Hollande, Bernard Cazeneuve ou encore Eva Joly (+130 points), sa participation à Des Paroles et Des Actes (+310 points), ou ses propos sur «la vie des quartiers» (comprendre, les banlieues) dans laquelle il serait «très impliqué» (+160 points avec les reprises médiatiques, l’accusation de mensonge et les moqueries de François Hollande).


Le top 5 de la semaine

1. Nicolas Sarkozy: 719 points

2. Eva Joly: 566 points

3. François Hollande: 260 points

4. François Fillon: 205 points

5. Marine Le Pen: 188,5 points


En plus des politiques qui ont persisté et signé après une attaque (+50 points, Eva Joly en a récolté deux, François Fillon un, lorsqu’il a réaffirmé que la France serait la proie des marchés si François Hollande remportait la présidentielle), la semaine a été marquée par un nombre record d'accusations de mensonge: neuf politiques en ont accusé d’autres de mentir, soit plus du double de la semaine dernière, qui avait déjà fixé un  record à quatre accusations de ce type.

 
    Afficher :
 

Cécile Dehesdin et Grégoire Fleurot

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte