Partager cet article

Guéantomètre 14: record de violence à deux semaines de la présidentielle

Nicolas Sarkozy et François Hollande au dîner annuel du CRIF, le 8 février 2012. REUTERS/Christophe Guibbaud

Nicolas Sarkozy et François Hollande au dîner annuel du CRIF, le 8 février 2012. REUTERS/Christophe Guibbaud

Cette semaine, Nicolas Sarkozy et François Hollande ont cumulé les trois quarts des points de notre baromètre de la violence politique.

Développé par Slate.fr, le Guéantomètre est un baromètre pour mesurer l’ambiance au sein de la classe politique du pays et le niveau de violence politique pendant la campagne présidentielle à travers un système de points attribués par nos soins en fonction de la violence des sorties, du nombre de réactions politiques et de reprises dans les médias (pour plus d’explications, c’est ici). Cliquer sur le (+) pour le détail des points.

***

Deux semaines avant le premier tour, la campagne électorale n’a jamais été aussi violente que pour cet épisode 14 du Guéantomètre, où les politiques ont récolté 4.721 points, le record de notre baromètre de la violence politique.

Mais le classement de la semaine montre bien comme ces points se partagent inégalement entre les candidats: à eux deux, François Hollande et Nicolas Sarkozy ont récolté 75% des points de ces sept derniers jours (1.405 points pour le candidat du PS et 2.130 pour celui de l’UMP). En troisième position, Marine Le Pen et ses 491 points arrivent loin derrière.

Le stand-up de Jean-Pierre Raffarin, qui a entre autres accusé Ségolène Royal d'avoir «parlé jusqu'à 20h02 pour que François Hollande ne soit pas repris dans les journaux télévisés» et s'est amusé à dire qu'il y avait «plus de communistes en France qu'en Chine» (120,5 points), ou dans un autre style les 160 points d'Arnaud Montebourg pour ses moqueries comparant Nicolas Sarkozy à «un gamin mal élevé» (métaphore filée de la semaine pour le PS) n'ont pas réussi faire entrer les deux hommes au top 5 de la semaine:


Classement de la semaine

1. Nicolas Sarkozy: 2.130

2. François Hollande: 1.405

3. Marine Le Pen: 491

4. Dephine Batho: 210

5. Bruno Le Roux: 210


Sans même parler de Nicolas Dupont-Aignan qui ne ramasse que 97,5 points, alors qu’il a tout de même déclaré que s’il devait être dans la peau de Nadine Morano pendant 24 heures, il «se flinguerait». Preuve de la difficulté des «petits» candidats à susciter des réactions et des reprises dans les médias, même quand ils décident d’être moqueurs et violents.

Soulignons également les efforts de Geoffroy Didier, secrétaire national de l’UMP, qui malgré des communiqués moqueurs sur le «boulet» Hollande ou agressifs sur les «individus gauchistes», «communautaristes et groupusculaires» du PS, n’a pas réussi à faire réagir la gauche ni à être repris dans les médias.

Du côté des poids lourds du Guéantomètre, Nicolas Sarkozy a récolté la majeure partie de ses points avec l’annonce de son programme (860, grâce aux nombreuses réactions de la gauche, toutes en moqueries et en violence verbale et à la défense des siens via des communiqués outrés), mais aussi avec sa sortie anti-syndicalistes (grâce à laquelle il a engrangé de nombreuses reprises médiatiques, des réactions passionnées dont une remarque de Philippe Poutou, une autre de François Hollande et 475 points), sa qualification de «boule puante» pour l’affaire Woerth-Bettencourt, sans compter plusieurs moqueries contre François Hollande.

Le candidat socialiste a lui amassé 450 points avec l’annonce des actions qu’il mènerait durant ses cent premiers jours s’il était élu (notamment grâce aux nombreuses réactions du côté de l’UMP, toutes aussi violentes que moqueuses, ainsi qu’à la défense de son propre camp), mais il a surtout récolté 727 points avec son violent «On va le taper» lancé à propos de Nicolas Sarkozy en début de semaine (le démenti lui a enlevé 20 points de violence, mais pas plus).

Résultat, les semaines passent et le Top 10 du classement général du Guéantomètre ne change pas:

    Total traite de menteur violence verbale moquerie
1. Nicolas Sarkozy 10337,5 60 210 600
2. François Hollande 6108,5 20 60 260
3. Claude Guéant 3228 0 60 0
4. Marine Le Pen 2996 40 150 240
5. Jean-Luc Mélenchon 2440,5 0 270 210
6. François Fillon 1307,5 20 30 30
7. Jean-Marie Le Pen 1025 0 0 90
8. Laurent Fabius 935 0 30 60
9. Alain Juppé 903 0 120 30
10. Nadine Morano 841 50 150 20

Nicolas Sarkozy conforte sa place de leader incontesté, tandis que François Hollande se pose en poursuivant esseulé, et creuse l'écart avec Claude Guéant et Marine Le Pen, qui se suivent de très près aux troisième et quatrième places. 

Comme la semaine dernière, le Guéantomètre a battu un nouveau record en termes de moqueries, avec pas moins de 38 occurrences. Autre thème à la mode cette semaine, les accusations de mensonge: Marine Le Pen et Bernard Thibault ont accusé Nicolas Sarkozy de mentir (l'une sur la crise économique, l'autre sur sa supposée appartenance au PCF), tandis que le président-candidat et son parti ont accusé François Hollande de mentir sur son bilan et dans ses propos sur la jeunesse.

 
    Afficher:
 

Cécile Dehesdin et Grégoire Fleurot

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte