Monde

Vers une nouvelle ère nucléaire

Temps de lecture : 2 min

Le nombre de puissances nucléaires pourrait doubler.

Le nombre de puissances nucléaires dans le monde pourrait plus que doubler dans les prochaines années si aucun effort radical pour le désarmement n'est entrepris, a prévenu Mohamed El Baradei, le directeur général sortant de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA), dans un entretien au Guardian. Selon El Baradei, le régime actuel de limitation de la prolifération nucléaire risque de s'effondrer à cause de son manque d'équité. «Tout régime ... doit être équitable et juste, ce qui n'est pas le cas ici.»

El Baradei préside l'AIEA depuis plus de 11 ans et doit prendre sa retraite en novembre. Il est devenu mondialement célèbre et a gagné le prix Nobel de la paix en 2005 pour s'être opposé à George Bush sur la présence d'armes de destruction massives en Irak. Une âpre bataille diplomatique est en cours pour sa succession.

Le directeur général de l'AIEA est le garant d'un régime mondial de contrôle d'armes basé sur le traité sur la non-prolifération des armes (TNP) de 1970, qui limitait le nombre de puissances nucléaires à cinq pays. Mais dans les quarante dernières années, Israel, l'Inde, le Pakistan et la Corée du Nord ont développé l'arme nucléaire en dehors du cadre du TNP.

Aujourd'hui ce système est au bord de l'effondrement selon El Baradei. «Nous vivons encore dans un monde où acquérir l'arme nucléaire revient à acheter du pouvoir et une assurance contre les attaques.» Selon lui, la nouvelle vague de prolifération se fera à travers des «puissances nucléaires virtuelles», des pays qui produisent du plutonium et savent comment en faire des armes, mais qui ne fabriquent pas de bombe nucléaire. Ces pays, dont l'Iran est l'exemple le plus médiatisé, se soumettent donc techniquement aux exigences du TNP, mais pourraient déployer une arme nucléaire en quelques mois. «Il y aura bientôt neuf puissances nucléaires et dix à vingt puissances nucléaires virtuelles.»

Selon El Baradei, le seul moyen d'empêcher une prolifération massive est que les puissances nucléaires existantes montrent l'exemple et se désarment rapidement. «Nous pouvons réduire les 27 000 têtes nucléaires que nous avons, dont 95% sont en Russie et aux Etats-Unis. On peut facilement réduire les arsenaux à 1 000 ou même 500.»

[Lire l'article complet sur le Guardian]

Lire aussi sur Slate.fr:

Et si l'Iran avait déjà l'arme nucléaire?

La prolifération nucléaire est dangereuse

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

La fille de Poutine se serait rendue à Munich plus de cinquante fois en deux ans

La fille de Poutine se serait rendue à Munich plus de cinquante fois en deux ans

Il semblerait qu'elle ait de forts liens avec l'Europe de l'Ouest, région tant critiquée par son père.

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

C'est normalement le montant à payer pour une «brève évaluation émotionnelle et comportementale». Mais dans le cas d'une internaute, ce prix semble loin d'être justifié.

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio