France / Politique

Rachida Dati: «Il faut restaurer les victimes dans leur droit» [LE 20'12 #10]

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de l'émission 20'12
Capture d'écran de l'émission 20'12

POUR SA DIXIEME ÉDITION, le 20'12, l'émission politique de Slate.fr, L'Express, l'INA et Dailymotion reçoit Rachida Dati. Interviewée par Jean-Marie Colombani et Christophe Barbier, elle aborde notamment la question de son image, son bilan au ministère de la Justice et bien sûr la campagne de Nicolas Sarkozy.


Rachida Dati: "En 2007, il y avait des croix... par LEXPRESS

Sur son image

«Me réduite à des chaussures et du rouge à lèvres… Je trouve que la féminité fait partie de l’identité des femmes, pourquoi la nier ou la gommer? Je pense que chez beaucoup, notamment chez les hommes, la féminité est synonyme de légèreté, pour ne pas dire futilité ou pire…»

Sur le droit d’appel pour les victimes

«Je n’y suis pas favorable. Non pas parce que je considère que les victimes n’ont rien à dire et rien à réclamer quand des peines tombent, puisque nous avons souhaité d’ailleurs d’associer les victimes pour les libérations conditionnelles, pour l’application et l’exécution des peines. […] Je n’y suis pas favorable en l’état actuel du droit et de l’organisation judiciaire à la française. En revanche il faut réformer toute la procédure pénale.»

Sur le Front national

«Dans ma famille politique, et avec Jean-François Copé au premier plan, on ne fera jamais d’alliance avec le Front national. C’est une règle que nous avons. Comment on combat les idées du Front national? C’est en essayant de convaincre et de proposer des solutions républicaines aux les électeurs de ce parti. Le Front national peut soulever des questions pertinentes sur les difficultés des français, sur les problèmes liés à l’immigration ou à l’intégration. Mais nous ne sommes pas à la recherche du bouc émissaire, nous sommes à la recherche de solutions. Je combats les idées du Front national.»

Sur la place des victimes dans la justice

«La vraie justice, c’est celle qui va jusqu’à l’exécution de la décision de justice. On dit souvent à la victime «voilà votre décision de justice, vous vous débrouillez». Il y a deux choses que j’ai créé dont je suis extrêmement fière: le juge des victimes pour suivre jusqu’au bout la procédure, et le service d’aide au recouvrement des victimes d’infractions. Il faut restaurer les victimes dans leur droit.»

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio