Monde

Battisti et «l'homme de l'ombre»

Temps de lecture : 2 min

En prison au Brésil, l'ancien brigadiste raconte comment il a quitté la France.

Battisti est incarcéré au Brésil. Vu de France, l'homme est écrivain. Vu d'Italie, il est terroriste. Paris-Match l'a rencontré dans sa prison brésilienne.

Condamné à perpétuité par la cour d'assises de Milan, en fuite depuis 1981, il s'est d'abord réfugié en France où il a débuté une carrière d'écrivain. En 2004, alors que la France s'apprête à l'extrader vers l'Italie, il gagne le Brésil où il est incarcéré trois ans plus tard, en 2007. Cette semaine, les Brésiliens doivent décider si l'écrivain-brigadiste doit être extradé.

Aujourd'hui l'ex-militant d'extrême gauche, accusé de quatre assassinats (qu'il nie), affirme qu'il préférerait se suicider plutôt que de se retrouver dans une prison italienne. En effet, dans quelques jours, la justice brésilienne donnera sa décision quant à sa possible extradition.

Battisti se confie à Match: il maintient n'avoir jamais tué. Selon lui, le gouvernement italien a fait de lui «un chef, un assassin, un monstre».

L'ancien militant raconte les circonstances dans lesquelles il a quitté la France: à Paris, on l'a contacté pour lui remettre un passeport. Ce contact est selon lui un homme «proche du gouvernement Mitterrand», un homme qu'il appelle «l'homme de l'ombre».

Lire l'article au complet sur Paris Match

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Crédit photo: Battisti est escorté par la police brésilienne, Jamil Bittar / REUTERS

Slate.fr

Newsletters

Combien de personnes sont tuées par des volcans?

Combien de personnes sont tuées par des volcans?

Le Kilauea, à Hawaï, est en éruption depuis plusieurs semaines. Heureusement, il n'a fait aucune victime.

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

Durant la guerre d'Espagne, Alphonse Laurencic a dessiné des cellules de l'enfer à Barcelone: les «checas».

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

Leurs parents veulent les préserver des violences du conflit qui touche la région.

Newsletters