Monde

Le revirement d'Obama

Temps de lecture : 2 min

photos de torture: hors de sa vue

Barack Obama a expliqué mercredi 13 mai qu'il se battrait pour empêcher la publication de nouvelles photos témoignant des abus de prisonniers en Irak et en Afghanistan par le personnel militaire américain. Le président a donc changé d'avis sur la question, après que des commandants ont prévenu de l'impact éventuel des images: elles pourraient déclencher des réactions violentes contre les troupes américaines, les mettre ainsi en danger dans les zones de conflit actuelles, et agraver l'anti-américanisme.

L'administration Obama avait déclaré le mois dernier qu'elle ne s'opposerait pas à la sortie des photos, mais le président n'avait pas encore vu les photos, ni reçu d'avertissement du Pentagone. Le revirement est problématique: un accord avait été passé avec l'American Civil Liberties Union, (union américaine pour les libertés civiles), qui s'était battue pour que soient rendues publics les clichés des incidents d'Abu Ghraib, et d'une demie-douzaine d'autres prisons. Le département de la justice a informé la Cour de New York, qui avait soutenu la demande de l'ACLU, qu'il ferait appel de la décision, pour revenir sur l'accord.

[lire l'article complet sur le New York Times]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Newsletters