Sports

La cocaïne sexuellement transmissible?

Nina Shen Rastogi, mis à jour le 05.06.2009 à 12 h 19

L'annonce du contrôle positif du tennisman Richard Gasquet en marge du tournoi de Miami a secoué le sport français. Le joueur affirme n'avoir jamais consommé de cocaïne et avoir été piégé. Il a porté plainte contre x pour «administration de substance nuisible ayant porté atteinte à son intégrité physique».

Comment peut-on ingérer accidentellement de la cocaïne ? Slate.com s'était penché sur la question et apportait une réponse: les rapports buccaux génitaux.

Un policier de Manhattan qui a été contrôlé positif à la cocaïne prétend que la drogue est entrée dans son corps parce qu'il a pratiqué un cunnilingus sur sa petite amie, dont il a découvert plus tard qu'elle était une consommatrice régulière. Le New York Daily News a rapporté que, comme l'homme s'était soumis volontairement au test sur un poil de son bras, il n'allait dans tous les cas pas être réadmis dans la police. Est-il vraiment possible d'«ingérer passivement» de la drogue via un cunnilingus ?

La réponse est oui, mais pas assez pour être détecté lors d'un test. Il faudrait ingérer 200 milligrammes de cocaïne dans une période de trois mois précédent le test pour que la drogue puisse être détectée avec certitude dans vos poils. (C'est l'équivalent d'environ deux lignes.) On ne sait pas quelle quantité exacte de cocaïne est présente dans les sécrétions vaginales d'une consommatrice régulière, mais il est probable que cela soit très peu.

En revanche, l'information équivalente pour les hommes est disponible. Un rapport de 1996 estime que les utilisateurs chroniques excrètent jusqu'à 0,01 milligrammes de cocaïne par gramme de sperme après la consommation d'une dose particulièrement forte. Etant donné qu'une éjaculation moyenne contient environ deux grammes de sperme, cela prendrait 10 000 rapports sexuels précisément synchronisés sur une période de trois mois pour qu'un non utilisateur risque d'être testé positif. (Selon les registres du tribunal, le policier et sa copine faisaient l'amour «trois ou quatre fois par semaine».) L'étude montrait également que «l'absorption de cocaïne par le vagin ou le rectum est généralement efficace,» mais un tel procédé aurait peu de chance de générer des résultats de test positifs (ou l'euphorie) chez les partenaires de consommateurs masculins de cocaïne.

Explication bonus:

Les registres du procès au tribunal de New York indiquent également que le couple «suait souvent» pendant l'acte sexuel. Un contact de peau à peau a-t-il pu causer le résultat positif du test? C'est possible. La cocaïne est secrétée dans la sueur à des niveaux qui peuvent atteindre 100 nanogrammes par millimètre. En théorie, c'est plus qu'assez pour qu'un test sur un poil de bras enduit de sueur se révèle faussement positif. Mais un bon laboratoire aurait effectué une procédure minutieuse de lavage sur le poil qui aurait enlevé toute contamination en surface et supprimé toute trace de cocaïne qui aurait pénétré dans les couches extérieures du poil. Dans les procédures les plus rigoureuses, les niveaux de cocaïne trouvés dans les résidus du lavage sont même soustraits aux niveaux trouvés dans le poil lavé, ce qui réduit encore un peu plus les chances de contamination externe pouvant provoquer un faux résultat.

Article de Nina Shen Rastogi paru sur Slate.com le 9 avril, traduit par Grégoire Fleurot

(Photo: Kim Kyung Hoon / Reuters)

Nina Shen Rastogi
Nina Shen Rastogi (29 articles)
dopageGasquetsexualitéSportssexe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte