Monde

Un missile sur l'Iran pourrait-il provoquer une explosion nucléaire accidentelle?

Brian Palmer, mis à jour le 14.04.2012 à 15 h 51

Non, mais le fait qu'un missile touche une installation nucléaire poserait néanmoins problème.

Test nucléaire au Nevada en 1953 / National Nuclear Security Administration.

Test nucléaire au Nevada en 1953 / National Nuclear Security Administration.

Lors de la réunion de l'AIPAC, en mars dernier, le président Obama et le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou ont tous deux fait allusion à des frappes militaires sur des installations nucléaires iraniennes et de nombreux commentateurs estiment que les risques de guerre augmentent. Avec tout l'uranium au sol, une frappe sur l'une des installations nucléaires de l'Iran pourrait-elle provoquer accidentellement un champignon atomique?

Non. Une explosion nucléaire ne peut se produire sans une quantité considérable d'uranium hautement enrichi. (Selon l'Agence internationale de l'énergie atomique, il faut au moins 25 kilos d'uranium pour créer une arme, mais certains experts estiment qu'une bombe nucléaire de taille modeste pourrait être fabriquée avec seulement 3 kilos d'uranium, en utilisant les toutes dernières technologies).

Des analystes soulignent que l'Iran n'a pas enrichi suffisamment d'uranium pour présenter un risque immédiat, et même s'ils se trompent et que l’Iran est en mesure de fabriquer une bombe, il reste très peu probable qu'un missile déclenche une réaction nucléaire en chaîne. L'explosion provoquerait plutôt le déversement des matières fissiles.

L'importante libération d'énergie qui se produit lors d'une explosion nucléaire est le résultat d'une réaction en chaîne. Un atome d'uranium se divise, libérant trois neutrons, qui à leur tour touchent les atomes d'uranium voisins et libèrent plus de neutrons, accélérant le processus.

Mais si l'échantillon d'uranium n'est pas stocké dans un conteneur de forme sphérique hermétiquement fermé, les neutrons qui s'échappent s'envoleront sans danger et la réaction cessera. Les installations d'enrichissement ne stockent pas leur uranium dans ces conditions sauf si elles fabriquent réellement une bombe. Selon les informations dont on dispose, l'Iran n'en est pas à ce stade.

Que se passerait-il néanmoins si l'Iran avait déjà fabriqué une bombe à partir de 55 kilos d'uranium enrichi à 90% et qu'un missile américain ou israélien touchait précisément ce matériel? Même dans ce cas, la frappe risque de ne déclencher qu'une légère explosion nucléaire.

Une réaction nucléaire en chaîne est provoquée de manière précise, la stratégie la plus courante consistant à entourer les matériaux fissiles d'explosifs classiques, puis de faire exploser l'arme à l'aide d'une charge électrique finement ajustée, ce qui a pour effet de comprimer l'uranium en même temps de tous les côtés et de l'empêcher de s'échapper trop rapidement de son conteneur.

Tous les explosifs classiques autour des matériaux fissiles doivent exploser en l'espace de microsecondes afin de retenir l'uranium. Dans le pire des cas, un missile qui toucherait une installation contenant des armes nucléaires perturberait certainement la synchronisation des charges et compromettrait la compression. La réaction nucléaire en chaîne n'aurait donc pas lieu ou serait interrompue.

Le fait qu'un missile touche une installation nucléaire poserait néanmoins problème. L'explosion pourrait libérer près de l'installation de l'uranium gazeux, qui peut causer des problèmes rénaux et d'éventuels cancers s'il est inhalé ou ingéré. Elle pourrait également libérer des gaz fluorés toxiques.

Cependant, l'uranium n'ayant pas provoqué une réaction significative, et n'ayant donc pas libéré de césium 137 ou d'autres particules hyper-radioactives, la situation ne serait pas aussi catastrophique qu'en cas de fissure d'un réacteur nucléaire actif ou d'une véritable attaque nucléaire. Le risque de maladies dues aux radiations serait faible.

Bonus : Peut-on faire exploser une bombe classique en tirant dessus avec une arme? Cela dépend de l'explosif. Certains, comme la dynamite, sont très sensibles à l'impact. D'autres, comme le C4 ou la TNT, peuvent être touchés par une balle, voire prendre feu, sans exploser.

Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à [email protected].

L’Explication remercie Bruce Blair du World Security Institute, l'ancien secrétaire d’État adjoint Philip Coyle, Corey Hinderstein de l'Initiative contre la menace nucléaire, Hans Kristensen de la Fédération des scientifiques américains et Steven Pifer de l'institut Brookings.

Brian Palmer

Traduit par Charlotte Laigle

Brian Palmer
Brian Palmer (157 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte