France

De Al Capone à Toulouse via la Résistance, l'histoire du 11.43mm

Pierre Ancery, mis à jour le 20.03.2012 à 9 h 43

A Toulouse et à Montauban, la même arme a été utilisée: un calibre 45 (11,43 mm). On la retrouve dans toute l'histoire de l'armée américaine et dans le «milieu» français d'après 1945.

Parade du général américain Patton à Los Angeles en juin 1945. Un de ses signes distinctis était les deux Colt aux crosses en nacre qu'il portait au ceinturon. National Archives and Records Administration,

Parade du général américain Patton à Los Angeles en juin 1945. Un de ses signes distinctis était les deux Colt aux crosses en nacre qu'il portait au ceinturon. National Archives and Records Administration,

Quand on parle de calibre d'une arme à feu, que nomme-t-on exactement? Tout simplement le plus grand diamètre possible des balles que l'on peut y charger. Et donc, par extension, le calibre désigne aussi la munition elle-même. Ainsi, le calibre 11.43 désigne une munition de 11,43 X 23 mm, ce qui correspond aux États-Unis au calibre .45 ACP (pour Automatic Colt Pistol).

Il faut remonter au tout début du siècle pour voir apparaître ce type de cartouche. Dans les années 1900, la cavalerie américaine teste de nouveaux modèles de revolver. Le concepteur d'armes John Moses Browning, en collaboration avec l'entreprise Colt, met au point en 1905 le premier pistolet automatique de calibre 45.

Le prototype subira plusieurs ajustements dans les années suivantes, pour aboutir au modèle historique de 1911. Celui connaîtra un tel succès que pour les spécialistes, ce Colt est quasiment synonyme de calibre 11.43, même si d'autres armes moins populaires utilisent le même calibre.

colt

Le Colt M1911

Particulièrement robuste et fiable, le M1911 (aussi appelé Colt 45) sera l'arme de tous les records pour Colt, puisque de 1911 à aujourd'hui, 2,69 millions de pistolets militaires et 380.000 pistolets civils ont été fabriqués.

C'est la plus forte production de toutes les armes de poing Colt. Véritable emblème national, il est jusqu'en 1985 le pistolet officiel des Forces armées américaines. On le retrouve ainsi en tant qu'arme de poing des soldats américains pendant les deux guerres mondiales, pendant la guerre de Corée et pendant la guerre du Viet Nâm.

Pourtant, ce gros calibre n'est pas sans inconvénient: son diamètre élevé limite la capacité des armes (sept coups pour le Colt M1911), il provoque un recul important en raison de sa lourdeur (14,9 grammes) et sa faible vélocité ne lui autorise qu'une portée assez limitée de 50 mètres.

En revanche, il est à l'époque de son apparition le pistolet le plus rapide, le plus puissant et le plus précis du marché. Le calibre 45 présente en effet un certain nombre d'avantages (du moins pour le tireur) qui lui font prendre le dessus sur la concurrence :

- Une puissance d'arrêt considérable, c'est-à-dire une bonne capacité à mettre l'adversaire hors de combat dès le premier impact —ce qui le distingue des plus petits calibres qui permettent à la cible de continuer à se mouvoir.

- Une faible capacité du projectile à traverser la cible, ce qui a pour effet de nécessiter chez le blessé une intervention chirurgicale plus lourde, puisque la balle ne ressort pas et que le chirurgien doit l'extraire lui-même.

- Pas d'importantes flammes de bouche et détonation.

- Sa balle sub-sonique permet l'utilisation d'un silencieux sans avoir à utiliser de cartouches spécifiques.

Le succès de la mitrailleuse Thompson

Une autre arme célèbre de calibre .45 est le pistolet-mitrailleur Thompson, qui fit les beaux jours de la pègre et de la police américaines pendant la Prohibition. Moins répandu que le cinéma n'a bien voulu le laisser croire par la suite, il reste malgré tout emblématique des affrontements de l'époque. Impressionnante avec son chargeur «camembert» et sa cadence de tir élevée (1.000 coups/minute), la PM Thompson voit sa production commencer en 1921.

thompson

Pistolet-mitrailleur Thompson M1 (modèle de 1943)

Plusieurs surnoms lui sont attribués: «Tommy Gun», «Chicago Typewriter», «Chicago Piano», «Chicago Style» ou «The Chopper». Le modèle de 1928 se retrouve aux mains de célèbres bandits comme Al Capone, John Dillinger, Machine Gun Kelly, ou Bonnie et Clyde. C'est en particulier l'arme utilisée lors du tristement célèbre massacre de la Saint-Valentin du 14 février 1929.

On la rencontre depuis dans quantité de films de gangsters, tels Miller's Crossing des frères Coen en 1990.

Pendant la deuxième guerre mondiale, une version simplifiée et allégée, la M1, est produite en masse pour les forces américaines: près d'1,4 million de pistolets-mitrailleurs sont fabriqués. La France et la Grande-Bretagne passent des commandes substantielles aux États-Unis, équipant en priorité leurs troupes d'élites, Commandos et Corps-Francs. Simultanément, la Résistance se munit de Colt 45, qui sont parachutés dans toute l'Europe, tandis que les Forces Françaises Libres sont équipées de même par les Américains.

Notons que pendant le conflit, le brevet étant tombé dans le domaine public, un certain nombre de clones du Colt 45 d'origine apparaissent, fabriqués par d'autres marques (Remington notamment).

Un calibre passé de mode

L'armée française utilise encore le Colt 45 et la Thompson lors des guerres d'Algérie et d'Indochine, mais une fois les capacités de production remises en état, elle les abandonne toutes deux. En fait, dès les années 50, elles sont remplacées par des armes françaises: côté pistolets-mitrailleurs, par le MAS 49 d'abord puis par le Famas.

On ne retrouve guère le calibre 45 dans le civil puisque dès 1939, il est classé «arme de guerre», ce qui rend aux tireurs amateurs son accès particulièrement difficile. Toutefois, à la Libération, de nombreux Français «héritent» de Colt 45 laissés par les Américains (ils les échangeaient contre du bon vin ou des faveurs sexuelles).

Dans l'après-guerre, le Colt 45 devient, parmi d'autres, l'arme des malfrats. Rustique, puissante, efficace, elle jouit d'une certaine image de marque qui la rend populaire dans le milieu, notamment dans les années 70. Ainsi, le 1er février 1977, le truand marseillais Jacky Imbert, dit «Jacky le mat», reçoit dans le corps 7 balles de 11.43 et quinze plombs de chevrotine. Il survit miraculeusement.

Aujourd'hui, en France, ce calibre est un peu passé de mode. Les malfrats lui préfèrent généralement des Glock 9mm ou des armes venues des pays de l'Est, même si dans le sud de la France, il conserve une certaine aura. Aux États-Unis aussi, son heure de gloire est passée: dans les années 1980, l'armée américaine opte pour des armes de poing de calibre 9mm parabellum, le calibre 45 étant désormais réservé aux forces spéciales. Cependant, là-bas comme en France, il est encore utilisé par certains tireurs sportifs.    

Pierre Ancery

photos Wikipédia)

Pierre Ancery
Pierre Ancery (15 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte