Culture

A quoi sert la cinéphilie

Jean-Michel Frodon, mis à jour le 19.03.2012 à 16 h 26

Cinéma-découverte, cinéma-passion, cinéma-découverte, cinéma-pensée… Au-delà du simple rapport de consommation et de loisir, le cinéma participe depuis longtemps à d’autres rapports au monde, plus ouverts, plus intenses, plus formateurs.

Recyclage de bandes de films célèbres. REUTERS/Karoly Arvai

Recyclage de bandes de films célèbres. REUTERS/Karoly Arvai

Au moment où la rengaine de «l’éducation artistique» sert de cache-sexe à l’absence de propositions politiques dans le champ culturel et où la réflexion sur l’éducation tend à se résumer au nombre de postes ouverts ou fermés, reprendre en compte l’histoire longue de la cinéphilie en France, et notamment un de ses effets les plus massifs et les plus efficaces, la présence du cinéma en milieu scolaire, permet de souligner à la fois l’ampleur des enjeux artistiques, pédagogiques et politiques, la multiplicité des pratiques, les espoirs et les dangers qui accompagnent cette action.

Le 17 janvier, sous l’appellation «Patrimoine cinématographique, éducation et construction de la cinéphilie», la journée de rencontres et de débats organisée par l’Institut National du Patrimoine, a permis de mettre en évidence les origines, les conditions d’existence et les perspectives de cette construction qui assemble les films, l’amour du cinéma et l’éducation. A l’école et en dehors.

Ce montage réunit les principaux temps forts des interventions durant cette journée.

1. Présentation des enjeux et arrière-plan historique

Jean-Michel Frodon, coorganisateur de cette journée avec Marc Vernet, présente les principaux enjeux de la journée.

Eric Garandeau, président du CNC, explicite le sens et la portée de l’action publique dans ce domaine, et annonce de nouvelles mesures en faveur du patrimoine cinématographique et de sa diffusion.

Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes et directeur de l’Institut Lumière à Lyon, met en évidence l’environnement dans lequel est née la cinéphilie d’après-guerre, notamment avec l’essor des revues de cinéma.

Dimitri Vezyroglou, maître de conférence à Paris 1, décrit la naissance de la cinéphilie, cette «passion française», durant la Première Guerre mondiale, et son essor dans les années 1920.


Histoire de la cinéphilie en France - Partie 1 par Slatefr


2. Les dispositifs «cinéma» en milieu scolaire aujourd’hui

Anne Cochard, responsable de l’Action culturelle au CNC, décrit la mise en place et le fonctionnement des dispositifs dans les écoles, collèges et lycées.

François Hurard, inspecteur général des affaires culturelles, met en évidence le cadre stratégique dans lequel s’inscrivent ces dispositifs, et les problèmes auxquels ils sont confrontés.

Eugène Andréansky, délégué général des Enfants de cinéma, décrit le fonctionnement de cette association dans le cadre du dispositif Ecole et cinéma, et les problèmes suscités par les évolutions techniques, mais aussi politiques, de la période actuelle.

Jean-Michel Frodon revient sur une approche dynamique et originale de la présence du cinéma à l’école, à partir des travaux et des actions d’Alain Bergala.


Histoire de la cinéphilie en France - Partie 2 par Slatefr


3. La construction des regards

François Campana, directeur de Kyrnea, Passeurs d’image, décrit l’expérience des projections et des ateliers dans les cités.

Didier Kiner, directeur de l’ACRIF, souligne à partir de sa propre expérience en Ile de France le rôle des salles les plus impliquées dans l’action cinéphile, dans le cadre scolaire ou en dehors, notamment vis à vis des jeunes publics.

Leila Delannoy, intervenante cinéma en milieu carcéral, décrit son expérience à la prison des Baumettes à Marseille et au Centre éducatif fermé d’Avignon, et explique comment le cinéma interroge la situation carcérale et les représentations d’eux-mêmes des prisonniers.

Frédéric Lavigne, directeur de l’action éducative au Forum des images, décrit des expériences singulières de rencontres entre films et jeunes spectateurs, selon les tranches d’âge, y compris les tout petits.


Histoire de la cinéphilie en France - Partie 3 par Slatefr


4. Expériences en milieu éducatif

Daniel Burg, professeur de lycée, intervenant cinéma à La Rochelle et Rochefort, raconte sa longue expérience d’organisation des rencontres entre les lycéens et les films.

Clarisse Calté, professeure au lycée de Vire, décrit le fonctionnement en section spécialisée «cinéma».

Marianne Khalil-Romeo, directrice de l’Eclat à Nice, montre l’articulation entre action pédagogique et recherche esthétique, y compris par la présence d’artistes invités.

Charles-Philippe Scheinhardt, professeur au lycée Jean-Baptiste Corot de Savigny-sur-Orge, dresse un premier bilan, plutôt mitigé, du nouveau dispositif de «ciné-club en VOD», Ciné-lycée.

Barbara Laborde, doctorante à Paris 3, propose un parallèle entre les ciné-clubs des années 50 et Ciné-lycée.


Histoire de la cinéphilie en France - Partie 4 par Slatefr


5. Perspectives en milieu éducatif

Patrick Laudet et Henri de Rohan Csermak, inspecteurs généraux de l’Education nationale, reviennent sur les enjeux et les actions en cours de la part de l’Education nationale, en insistant notamment sur la singularité du cinéma aussi bien vis à vis des autres arts que vis à vis des autres productions audiovisuelles.


Histoire de la cinéphilie en France - Partie 5 par Slatefr

Jean-Michel Frodon

Jean-Michel Frodon
Jean-Michel Frodon (498 articles)
Critique de cinéma
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte