Comment les Français ont voulu rééduquer mon vagin

Pompes vaginales et jeux vidéo, une Américaine à Paris raconte son expérience de la rééducation périnéale.

Money shot / denverjeffrey via Flickr CC License By

- Money shot / denverjeffrey via Flickr CC License By -

La semaine dernière, j’ai commencé à me rééduquer le vagin. Laissez-moi m’expliquer: j’habite en France.
 Peu de temps après que mon mari et moi sommes arrivés à Paris, je suis tombée enceinte, ce qui fut un soulagement puisque j’avais enfin un prétexte physiologique légitime pour engraisser, autre que tous ces pains au chocolat.

Quand j’ai accouché de ma fille en novembre dernier, mon mari et moi avons passé cinq jours à la maternité de la Clinique Leonardo Da Vinci aux frais de la princesse, où nous avons découvert que les repas d’hôpitaux comprennent fromage et dessert et que dans le cadre de mon traitement post-partum, on me prescrirait entre 10 et 20 séances de la rééducation périnéale.

C’est un genre de kinésithérapie visant à remuscler le périnée, vagin inclus, et c’est l’une des pierres angulaires du suivi postnatal français. Deux mois après la naissance de notre fille, j’ai pris mon courage à deux mains et je suis partie enseigner de nouveaux tours à mon vagin.

Hum, j’ai l’impression que c’est le genre de papier où le mot «vagin» va beaucoup apparaître. Je suis consciente que la terminologie anatomique peut en gêner certains —comme cet ami qui m’a suppliée lors de mon 6e mois de grossesse: «Tu pourrais s’il te plaît arrêter de prononcer le mot utérus?»

Mais pas de panique! J’ai cherché sur Google les euphémismes d’usage courant pour désigner le vagin, et j’incorporerai les plus inoffensifs au fil du texte.

Les Français, un tantinet plus blasés que les Américains quant au corps féminin

Comme vous pouvez l’imaginer si vous avez déjà vu une comédie romantique gauloise, les Français sont un tantinet plus blasés que nous autres Américains en matière de corps féminin. Je m’en suis rendue compte dès ma première visite chez le gynécologue ici.

«Enlevez votre pantalon et vos sous-vêtements», m’a-t-il intimé d’une voix lasse en levant à peine les yeux de son ordinateur. Heu attends, il ne va pas sortir? Me-suis-je indignée. Il n’y a pas de petite blouse en papier?

Juste avant de me rendre compte à quel point cette petite blouse en papier est complètement idiote, après tout. Oui, enlevez juste votre pantalon et vos dessous. On est tous des adultes et ce n’est pas la première fois qu’on passe par là; on ne va pas couler une bielle pour une malheureuse exhibition de ma féminité.

À la fin de ma grossesse, mon corps avait tellement changé que j’avais jeté ma pudeur américaine par-dessus les moulins et que j’étais devenue une vraie pro. «J’enlève mon pantalon et ma culotte maintenant?» était devenu un automatisme, même lorsque je n’avais rendez-vous que pour un simple monitoring.

Tout avait tellement changé, je n’étais même plus sûre que ce corps soit encore à moi —enfin au milieu en tout cas. Il était clair que ce ventre et ces nénés ne pouvaient pas être les miens, alors qu’importait qui les voyait?

La rééducation, pour que votre vagin redevienne votre ami

Et puis vinrent les suites de couche. Le milieu de mon corps s’était remis en place, mais avec des seins encore plus gros et plus fermes! (D’accord ils fuyaient bien un peu de temps en temps mais peu importe). Mais qu’est-ce qui se passait en bas, là, dans mes, heu, parties intimes?

Ma vieille copine autrefois confortable et familière était devenue une étrangère, ou ce genre de parent qu’on ne voit qu’une fois par an pendant les vacances. Notre badinage facile venait d’être brutalement remplacé par une interaction forcée et manquant de naturel.

La rééducation est la solution française à ce problème, remboursée par la sécurité sociale depuis 1985. La France est l’un des seuls pays à sponsoriser un tel programme, et l’idée derrière cela, c’est que…eh bien, il n’y en a pas qu’une justement, mais plusieurs.

Vu que c’est la France, tout le monde veut que vous puissiez reprendre les relations sexuelles avec votre mari le plus tôt possible (vous feriez mieux de vous remuscler la zone vite fait avant qu’il ne se lasse de votre convalescence et ne se dégotte une maîtresse!)

D’un autre côté, le gouvernement veut aussi s’assurer que vous pourrez avoir un autre enfant facilement et sans complications; grâce en partie aux incitations officielles, le taux de natalité français est désormais le 2e plus élevé de l’UE, avec 2,1 enfants par femme.

Et puis, bon, mais c’est quoi le problème là en bas? Est-ce que je vais vraiment faire quelques gouttes de pipi à chaque éternuement pour le restant de mes jours?

Visite chez le kiné avec son bébé

La première étape dans ces séances de musculation du yoni est un long entretien avec votre kinésithérapeute. On vous demande dans quel état sont vos muscles à cet endroit, s’il y a eu des complications à l’accouchement, si vous avez des problèmes d’incontinence et autres mystérieuses questions sur la descente d’organes, objet d’une véritable paranoïa chez les Français.

Et puis, vous l’aviez deviné— arrive l’instant «enlevez votre pantalon et vos sous-vêtements». Comme ces séances ont généralement lieu pendant le congé maternité, la plupart des kinés permettent de venir avec son bébé.

Vous vous retrouvez donc à moitié nue, une femme inconnue en train de vous sonder le minou pendant que votre bibou vous regarde depuis sa poussette, ce qui ajoute une toute nouvelle dimension de bizarrerie à l’ensemble.

Une petite partie de Pac-chatte?

Il existe deux méthodes pour la rééducation: manuelle et par biofeedback, et la plupart des kinés associent les deux. La première, comme son nom l’indique, consiste pour le praticien à insérer deux doigts dans votre abricot et à vous demander de faire une série d’exercices conçus pour vous donner un meilleur contrôle de vos muscles.

Par exemple, pouvez-vous contracter le vagin et attirer ses doigts vers l’intérieur? Vous trouverez peut-être cela horriblement gênant, surtout après, quand elle vous assène que «c’est assez faible» et qu’il va vous falloir plus de 10 séances.

La méthode du biofeedback est un peu moins humiliante mais un peu plus effrayante, dans la mesure où elle nécessite d’acheter une «sonde» ou (comme l’indique l’emballage) un rééducateur vaginal électronique. Une sonde c’est un petit godemiché hérissé d’électrodes qu’un kiné vous insère dans le bonbon, avant de le connecter à un ordinateur portable qui enregistre la force de vos contractions internes.

Vous pouvez voir sur l’écran la force avec laquelle vos muscles se contractent et même jouer à de petits jeux vidéo en utilisant la sonde comme un joystick. J’ai fait une course de voitures lors de ma dernière séance, et une amie à moi a fait une partie de ce que je ne peux qu’appeler le Pac-chatte.

Pompes de berlingot

J’ai terminé ma dernière séance avec une série de pompes très profitables où il fallait que je contracte mes muscles à moitié, puis complètement, puis à moitié, puis plus du tout. J’étais complètement nulle. Ma fille, qui a maintenant 3 mois, est en train d’apprendre la coordination main-œil, et lutte pour agripper un jouet placé devant elle.

J’ai tout à fait compris ce qu’elle peut ressentir quand j’ai essayé de faire obéir mon berlingot; je ne me souvenais pas avoir jamais tenté de faire volontairement bouger ces muscles-là. Tout ça m’a fait m’esclaffer, de ce rire où se mêlent la gêne, l’absurdité et le désespoir, et que je me surprends à émettre sans arrêt en France (je suis sûre que les Allemands ont un mot composé à rallonge pour ça).

C’était si difficile et à la fois si ridicule —mais qu’est-ce que je fichais les fesses à l’air dans cet immeuble de bureaux haussmannien à écouter cette Française me répéter en boucle de respirer et de serrer, «soufflez … et contractez!»?

Des séances aussi ridicules qu'efficaces

Mais vous savez quoi? Malgré la gêne qu’elles suscitent parfois, ces séances fonctionnent vraiment. Il n’existe pas d’études très complètes sur le sujet, mais celles qui ont été menées révèlent que la rééducation réduit de façon significative l’incontinence et les douleurs pelviennes neuf mois après l’accouchement.

Honnêtement, je suis ravie qu’un professionnel de santé se soit inquiété de ce qui se passe dans ma culotte. Les publications américaines et canadiennes se moquent de la rééducation périnéale qu’elles considèrent comme l’un des plus criants exemples de la complaisance de l’État-providence français, mais à ma connaissance, aux États-Unis nous ne faisons absolument rien pour aider les femmes à retrouver la forme après un accouchement.

La femme américaine laissée seule avec son vagin

La femme américaine passe un examen de santé six semaines après son accouchement, et si elle n’a pas de problème grave, elle repart avec l’autorisation de reprendre les relations sexuelles. Si elle a de la chance, son médecin ou sa sage-femme lui rappellera de faire ses exercices de Kegel, mais sans la guider beaucoup.

Et pendant ce temps, en tout cas selon l’expérience de beaucoup de mes amies, elle peut souffrir de toute une variété de symptômes qui, sans être graves d’un point de vue médical, sont pour le moins ennuyeux, gênants et étranges, et pas franchement propices à remettre sa vie sexuelle sur les rails.

Le «rajeunissement vaginal» facultatif par chirurgie plastique est en augmentation aux États-Unis, mais cette reconstruction chirurgicale est principalement esthétique et ne prête pas ou peu d’attention au retour de la sensation ou du contrôle des muscles de la femme.

Ce manque d’attention typiquement américain au corps de la parturiente est notre version à nous de la blouse interconfessionnelle ou du mot «vajayjay» [utilisé par Oprah Winfrey pour ne pas dire «vagin»]; nous nous couvrons les yeux et faisons comme s’il n’y avait rien à cet endroit-là, jusqu’à ce qu’il devienne impossible de continuer à l’ignorer.

Il est bien possible, d’un autre côté, que la rééducation périnéale me donne bien plus d’informations sur ma bonbonnière —ou, comme je préfère l’appeler, mon vagin— que je ne l’aurais souhaité. Mais une fois la gêne initiale passée, je trouve que je me sens plus à l’aise avec mon corps post-accouchement. On verra bien si ça dure.

La sécurité sociale finance aussi ici des séances de «rééducation abdominale» qui débutent après la rééducation périnéale. Elles visent officiellement à aider à renforcer les abdos en cas de faiblesse ou après une césarienne, mais elles ont pour effet secondaire de donner «un meilleure aspect du ventre

Eh oui les filles, je fais des pompes financées par le gouvernement pour retrouver la ligne avant le retour des maillots de bain! C’est la France, bien sûr.

Claire Lundberg

Claire Lundberg est une écrivain anciennement new-yorkaise, qui vit désormais à Paris.

Traduit par Bérengère Viennot

NDT: tous les termes en italiques étaient en français dans la version originale.

Mis à jour le 09/03/12: la «cage à miel» est un synonyme pour l'oreille, et non le vagin (le «piège à miel» désigne en revanche une technique d'espionnage reposant sur le sexe), le terme a été remplacé par «bonbon».

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
L'AUTEUR
Les articles signés Slate.com ont d'abord été publiés en anglais sur Slate.com Ses articles
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
T'as un beau sexe, tu sais
D'autres ont aimé »
Publié le 09/03/2012
Mis à jour le 09/03/2012 à 15h58
17 réactions