PresidentielleFrance

Guéantomètre #9: la violence physique fait son entrée dans la campagne

Cécile Dehesdin et Grégoire Fleurot, mis à jour le 05.03.2012 à 19 h 18

Nicolas Sarkozy, François Hollande et Claude Guéant confortent leur mainmise sur le podium.

Nicolas Sarkozy à Bayonne le 1er mars 2012. REUTERS/Philippe Wojazer.

Nicolas Sarkozy à Bayonne le 1er mars 2012. REUTERS/Philippe Wojazer.

Pour la première fois depuis le lancement de notre baromètre de la violence politique, le Guéantomètre enregistre de la violence physique, ou plutôt des réactions politiques à des violences physiques.

L’agression d’Arnaud Montebourg et Audrey Pulvar par des jeunes criant «Juden, Juden» («Juifs, Juifs» en allemand) et autres «Jean-Marie nous a donné la permission de minuit» a ainsi récolté 400 points, entre les réactions du Parti socialiste et ses éléments de langage (Jean-Marc Ayrault et Harlem Désir ont tous deux dit que l’incident montrait le «vrai visage» du Front National, +20), Arnaud Montebourg qui a accusé Marine Le Pen et le FN de racisme (+30), Jean-Marie Le Pen qui a prévenu qu’il porterait plainte pour ces propos (+20), les communiqués du CRAN et de SOS Racisme (+10) et les nombreuses reprises médiatiques.

Arnaud Montebourg fait ainsi presque malgré lui son entrée dans le classement général en se plaçant directement à la 10e place. C’est le seul changement que l’on observe dans les 10 premières places du classement, où les poids lourds François Hollande, Nicolas Sarkozy et Claude Guéant confortent leur mainmise sur le podium.

    Total éléments de langage accusation de racisme moquerie
1. Nicolas Sarkozy 5555,5 40 0 90
2. François Hollande 3932,5 20 0 90
3. Claude Guéant 3127 20 0 0
4. Marine Le Pen 1792,5 0 0 150
5. Jean-Luc Mélenchon 1335,5 0 90 90
6. Jean-Marie Le Pen 995 0 0 60
7. Alain Juppé 813 20 0 30
8. Nadine Morano 811 40 0 0
9. Christian Vanneste 730 0 0 0
10. Arnaud Montebourg 580 0 30 0

Nicolas Sarkozy ne s’est pas fait agresser mais huer lors de sa visite à Bayonne, ce qui n’a pas empêché Jean-François Copé de parler de «casseurs» pour évoquer les manifestants (violence verbale, +30). Entre le président-candidat qui a mis en cause François Hollande dans ce chahut basque (disant que les esprits étaient échauffés parce que le candidat socialiste avait «annoncé l’épuration s’il était élu»), le point Godwin (+100) de Guillaume Lambert disant que l’incident lui rappelait «l’action des ligues en 1934», et François Bayrou annonçant qu’il ne participerait pas à «ces combats de coqs», le voyage au pays basque a accumulé 530 points.

Mais l’événement qui a récolté le plus de points Guéant cette semaine n’a rien à voir avec une quelconque violence physique. C’est la proposition de François Hollande de créer une nouvelle tranche d’imposition taxée à 75% pour les revenus de plus de 1 million d’euros, qui totalise 590 points. L’idée n’est pas en elle-même violente, mais c’est plutôt du côté des nombreuses reprises sur Google News et des réactions moqueuses qu’il faut chercher les points: la droite est montée au créneau (+20) avec pas moins de six communiqués où le candidat socialiste s’est fait traiter de «candidat du mou et du flou», de «prestidigitateur», d’«homme montgolfière» (plusieurs +30 pour moquerie) ou de menteur (bonus mensonge, +20).

 
    Afficher:
 


Nicolas Sarkozy –dans un rôle plus actif avec plusieurs montées au créneau– et François Hollande –dans un rôle plutôt passif à part un élément de langage et un bonus «digne»– sont les deux politiques qui marquent le plus de points cette semaine.


Classement de la semaine

1. Nicolas Sarkozy: 652 points

2. François Hollande: 630 points

4. Claude Guéant: 507 points

2.Marine Le Pen: 165 points

5. Nicolas Dupont-Aignan: 100 points


Claude Guéant n’est pas en reste avec sa petite phrase reliant vote des étrangers et viande halal du vendredi 2 mars:

«Accepter le vote des étrangers, c’est la porte ouverte au communautarisme. Nous ne voulons pas que des conseillers municipaux étrangers rendent obligatoire la nourriture halal dans les repas des cantines.»

Il récolte à lui seul 507 points, puisque la gauche est montée au créneau (+20) avec force violence verbale (+30) et moqueries (Bernard Cazeneuve parlant de «l’être et le Guéant», +30), François Rebsamen qualifiant cette sortie de «dérapage» (+20), et une accusation de xénophobie par le Parti communiste (+30). Même Nathalie Kosciusko-Morizet et Rachida Dati prenant leurs distannces (-20 chacune) n’ont pas suffit à calmer la polémique.
Notons tout de même qu’outre cette tentative des deux Sarkogirls, plusieurs autres responsables politiques ont gagné des points négatifs cette semaine, faisant baisser le niveau général de violence: -150 points pour Jean-Michel Baylet et sa tribune appelant tous les partis au calme et à la retenue, et -30 pour Henri Guaino revenant sur sa colère en plateau télévisé la semaine précédente.

Cécile Dehesdin et Grégoire Fleurot

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte