Politique

Un déjeuner à l'Elysée

Temps de lecture : 2 min

Un déjeuner à l'Elysée, voici le titre de la chronique de Jean Daniel postée sur son blog, Carnets d'Actualité, le 11 mai. Il raconte son invitation à la table du Président accompagné de Denis Olivennes et Jacques Julliard. «Les grandes choses, on les décide seul car le consensus interdit l'audace. Reste que les grandes réformes, comme la décolonisation ou l'élection au suffrage universel, sont nécessairement impopulaires au départ puis qu'elles modifient le cours des choses», leur confie Nicolas Sarkozy.

Un président présenté «à cœur ouvert» par le fondateur de l'Obs, «sans crainte liée à son impopularité, peu stressé par ses occupations, jamais déprimé, sans jugement désagréable». Nicolas Sarkozy dit et Jean Daniel retranscrit: «il dit qu'au Proche-Orient, il peut aider l'Amérique en raison de sa popularité auprès des Israéliens et de sa capacité à leur dire la vérité sur les colonies, sur un Etat palestinien, sur Gaza et même sur Jérusalem. Il dit qu'il n'acceptera jamais que l'on mette en danger la sécurité d'Israël mais il pense que l'heure est venue de bousculer le calendrier afin d'imposer le retour des Israéliens aux négociations sur un Etat palestinien et la restitution à la Syrie du plateau du Golan.»

Manifestement plus que sous le charme, l'éditorialiste du Nouvel Obs continue à décrire un président hors norme, qui laisse ces invités légèrement dubitatifs quant à sa personnalité: «tandis que notre déjeuner se termine, nous nous disons que nous n'avons pas encore tout à fait percé le secret de ce président jeune et ludiquement impétueux, si peu conforme à ceux qui l'ont précédé dans ce palais et qui, en dépit de ce qu'il dit avec sincérité, joue avec volupté à imprimer sa marque dans l'histoire.»

Lire l'intégralité du billet sur le blog de Jean Daniel

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Crédit photo: Palais de l'Elysée, Joe Shlabotnik, Creative Commons FLICKR

Newsletters

Le mouvement antivax n'est pas qu'une dérive complotiste

Le mouvement antivax n'est pas qu'une dérive complotiste

[Chronique #17] On peut se moquer des anti-vaccins, mais il faut reconnaître dans leur mouvement une réaction de défense à l'égard d'un pouvoir et d'une parole frappés de soupçon.

Pegasus et coutume des réseaux sociaux

Pegasus et coutume des réseaux sociaux

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la liberté d'expression est une notion fragile en France

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la liberté d'expression est une notion fragile en France

[TRIBUNE] Selon une récente étude, ce n'est pas tant le principe de cette valeur fondamentale qui pose problème, mais sa mise en pratique.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio