Culture

Google prédit le gagnant de l'Eurovision

Temps de lecture : 2 min

Google est-il le moyen le plus sûr de prédire qui gagnera le prochain concours de l'Eurovision ? Le géant d'Internet a mis à disposition un nouveau gadget qui mesure la popularité de chaque candidat en fonction des requêtes dans son moteur de recherche. A partir de ces chiffres, l'outil calcule ensuite le nombre de votes que chaque candidat obtiendrait si le concours avait lieu aujourd'hui.

Au lundi 11 mai, le Norvégien Alexander Rybak arrive en tête du classement avec un score de 364 devant la Turque Hadise (336). Patricia Kaas, qui représente la France cette année, est classée quatrième avec 237 votes. Elle compte sur ses nombreux fans dans les pays francophones, germaniques et même en Russie, où elle a chanté plusieurs fois pour Vladimir Poutine au Kremlin, pour remporter le concours, qui se tient à Moscou. Mais selon Google, cela ne suffira pas.

La dernière victoire française remonte à 1977, quand Marie Myriam l'avait emporté avec la chanson «L'oiseau et l'enfant». L'année dernière, Sébastien Tellier avait terminé 19e avec sa chanson «Divine», qui avait généré une polémique bien de chez nous parce que chantée partiellement en anglais.

GF

(Image: Capture d'écran de Google)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

J'accuse Roman Polanski (et les réactions face à l'affaire)

J'accuse Roman Polanski (et les réactions face à l'affaire)

Les gens s'en foutent des violences sexuelles.

Wang Quan’an en trois films indispensables

Wang Quan’an en trois films indispensables

Le festival Un état du monde du Forum des images rend hommage à Wang Quan’an, un cinéaste chinois méconnu en France, malgré l’Ours d’or à Berlin et le succès en salles du Mariage de Tuya en 2007.

Le rap est-allemand, nostalgie d'un pays que les jeunes n'ont jamais connu

Le rap est-allemand, nostalgie d'un pays que les jeunes n'ont jamais connu

Trente ans après la chute du mur de Berlin, les odes à la RDA rencontrent un surprenant succès auprès d'une génération qui n'a jamais connu son pays scindé en deux.

Newsletters