Culture

50% de réussite: les résultats de nos pronostics (presque) scientifiques pour les César 2012

Cécile Dehesdin et Jean-Marie Pottier, mis à jour le 25.02.2012 à 9 h 52

Nous avions vu juste pour le doublé film/réalisation de «The Artist», mais pas pour les prix d'interprétation.

Roberto Benigni reçoit un César d'honneur le 22 février 2008. REUTERS/Benoit Tessier.

Roberto Benigni reçoit un César d'honneur le 22 février 2008. REUTERS/Benoit Tessier.

Deux de nos quatre pronostics se sont vérifiés lors de la soirée des César, vendredi 24 février: les prix du meilleur film et du meilleur réalisateur sont effectivement allés à The Artist, de Michel Hazanavicius. En revanche, nous n'avions classé Omar Sy et Bérénice Bejo, César du meilleur acteur et de la meilleure actrice, que parmi les outsiders.

***

Les César, c’est artistique? Mieux que ça, c’est scien-ti-fique, et même ma-thé-ma-tique. Comme l’an dernier, nous avons en effet décidé, à l’occasion de la 37e cérémonie des César, de nous livrer au petit jeu des prévisions sur quatre catégories: meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur et meilleur actrice.

Pour cela, nous nous sommes inspirés des travaux du chercheur américain Andrew B. Bernard, qui a établi en 2004 un coefficient «d’oscaritude», et des statisticiens Ian Pardoe et Jay Bennett. «Si vous choisissiez à l’aveugle, vous n’auriez qu’une chance sur cinq [ou sur sept pour les Césars, comme le nombre de nommés] d’avoir raison. Rien qu’en utilisant ces […] facteurs, vous montez à 50-50», expliquait ce dernier dans une interview en 2004.

L’an dernier, nous avions vu juste à 80%, quatre bonnes réponses sur cinq. Quel sera notre score cette année?

Le palmarès des statistiques

Meilleur film: The Artist de Michel Hazanavicius
Meilleur réalisateur: Michel Hazanavicius pour The Artist
Meilleur acteur: Olivier Gourmet pour L’Exercice de l’Etat
Meilleure actrice: Valérie Donzelli pour La Guerre est déclarée

 

Meilleur film: The Artist de Michel Hazanavicius

Pourquoi il devrait gagner. Sur les 37 films (dont deux ex-aequo) récompensés depuis 1976, le vainqueur de la statuette comptait en moyenne 8,7 nominations, contre près de deux de moins (7) pour les perdants. Cette année, les films qui comptent plus de nominations que la moyenne de la catégorie sont Polisse (13), L’Exercice de l’Etat (11), The Artist (10) et Intouchables (9).

Comment arbitrer entre eux? Au niveau des genres, The Artist est notamment avantagé par son statut de film d’époque (plus souvent primés aux César que les films contemporains) et de film «international» (les cartons du film sont en anglais, des stars américaines figurent au casting) qui a déjà bénéficié à des prédécesseurs comme Providence, Tess ou Le Pianiste.

Mais c’est surtout au niveau des distinctions déjà reçues qu’il se distingue. Le film est aussi nommé aux Oscars (seuls Tess et Le Pianiste, tous deux César du meilleur film, ont été dans ce cas) et a été sacré aux Bafta (comme Jean de Florette, Au revoir les enfants, Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain et Le Pianiste, tous César du meilleur film, avant lui).

L’outsider. Polisse, Prix du jury à Cannes: dans 40% des cas environ, un film primé sur la Croisette reçoit un prix comparable aux César, comme ces dernières années Un Prophète ou Des hommes et des dieux.

Michel Hazanavicius dans une interview pour Allociné

Meilleur réalisateur: Michel Hazanavicius pour The Artist

Pourquoi il devrait gagner. Dans près de 70% des cas, l’Académie «couple» César du meilleur film et César du meilleur réalisateur (depuis 2006, c’est le cas les années paires, pas les années impaires, et nous sommes en... 2012). On ne voit pas de raison pour laquelle ça ne serait pas le cas cette année, vu que Michel Hazanavicius a remporté le Bafta du meilleur réalisateur et est nommé pour l’Oscar: des six réalisateurs français nommés pour l’une de ces deux récompenses et également aux César, seul Kryzstof Kieslowski (Trois couleurs: Rouge) n’a pas gagné le prix.

L’outsider. Comme pour le César du meilleur film, Maïwenn peut entretenir un espoir pour Polisse.


Meilleur acteur: Olivier Gourmet pour L’Exercice de l’Etat

Pourquoi il devrait gagner. Trois critères principaux comptent chez les acteurs. Le fait d'avoir son film nommé dans la catégorie «meilleur film», exceptions faites des vieilles gloires (mais aucune n’est nommée cette année), ce qui concerne François Cluzet (Intouchables), Jean Dujardin (The Artist), Olivier Gourmet (L'Exercice de l'Etat) et Omar Sy (Intouchables).

L'(in)expérience: il vaut mieux être à sa première candidature qu'avoir été déjà gagnant, et il vaut mieux avoir déjà été gagnant que déjà perdant, ce qui avantage Omar Sy et Olivier Gourmet.

L'âge, enfin, 47,5 ans en moyenne (Eric Elmosnino allait sur ses 47 l'an dernier). Ce troisième facteur sacre Olivier Gourmet, 49 ans en juillet.

L’outsider. Difficile d’en distinguer un avec certitude. Pour l’expérience, Omar Sy, jamais nommé, l’emporte sur François Cluzet (déjà gagnant pour Ne le dis à personne) qui lui-même devance Jean Dujardin (nommé sans gagner pour le premier OSS 117). Mais pour l’âge, c’est l’ordre exactement inverse. On mettra Dujardin devant d’un cheveu pour un précédent prestigieux: en 1991, Gérard Depardieu avait été nommé aux Oscars, comme lui, pour Cyrano de Bergerac et avait remporté le César du meilleur acteur.

Meilleure actrice: Valérie Donzelli pour La Guerre est déclarée

Pourquoi elle devrait gagner. Les mêmes facteurs s'appliquent que pour les acteurs, avec un âge moyen de 38 ans. Or une candidate a justement cet âge, en est à sa première candidature et a son film nommé pour le César du meilleur film: Valérie Donzelli. Si elle l’emporte, elle sera la première à remporter le César de la meilleure actrice pour un film qu’elle a réalisé.

L’outsider. A 36 ans, Bérénice Bejo (The Artist) est proche de l’âge «idéal» et n’a également jamais été nommée, contrairement à Marina Foïs. A noter que si nos deux pronostics «film» et «réalisateur» se réalisent et que c’est aussi le cas des deux outsiders pour les acteurs, The Artist remporterait les quatre César principaux, une première depuis Le Dernier Métro de Truffaut, en 1981.  

Cécile Dehesdin et Jean-Marie Pottier

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte