Partager cet article

Jugement majoritaire: votre avis sur les candidats a-t-il changé?

Election day/@rgs via Flickr CC License by

Election day[email protected] via Flickr CC License by

Résultat de notre première consultation: Sarkozy arrive 10e et François Hollande premier, mais avec une majorité de «assez bien». Vous pouvez dès à présent participer à la deuxième phase de notre «sondage» utilisant le système de vote novateur développé par deux chercheurs de l'Ecole polytechnique.

Avec l’annonce officielle de la candidature de Nicolas Sarkozy, la campagne présidentielle a passé un cap important mercredi 15 février. L’occasion d'ouvrir une deuxième phase de vote après celle désormais close du 1er au 15 février où les lecteurs de Slate se sont exprimés grâce à notre outil de «jugement majoritaire», un système de vote développé par Michel Balinski et Rida Laraki, chercheurs à l’Ecole polytechnique, et expliqué en détail sur Slate par Olivier Ferrand, président de la fondation Terra Nova.

Nous avons décidé de vous permettre de donner votre avis à plusieurs périodes de la campagne afin de mettre en valeur l'évolution des notes que vous donnez aux candidats.

L’idée ici n’est pas, comme à l’occasion d’un sondage ou de l'élection, de voter pour un seul candidat, mais de noter chacun d’entre eux sur une échelle allant de «à rejeter» à «très bien», en passant par «insuffisant», «passable», «assez bien» et «bien». Chaque candidat se voit ensuite attribuer une «mention majoritaire», celle qui, additionnée aux mentions supérieures, recueille plus de 50% des voix.

Ce système écarte, par exemple, un candidat qui arriverait en tête au premier tour en recueillant 30% des voix mais que les 70% d’électeurs restants trouveraient exécrable, au profit d’un candidat qui ne recueillerait que 20% mais que les 80% restants considéreraient acceptable.

Voici les résultats de notre premier tour de vote, qui s’est étendu du 1er au 15 février 2012 à 17 heures, soit quelques heures avant l’annonce officielle de candidature de Nicolas Sarkozy au JT de TF1, et sur un total de 6.627 votants:

Bien sûr, ces résultats ne prétendent à aucune représentativité autre que celle des lecteurs de Slate qui ont bien voulu participer (un seul vote étant possible par adresse IP). Les scores de Christine Boutin, qui a retiré sa candidature la veille de la fin des votes, et Hervé Morin, qui fait de même dans le Figaro Magazine du vendredi 17 février, sont pris en compte, même si les deux candidats ont été retirés du nouveau round de vote. Quels enseignements peut-on tirer de ces résultats, et en quoi diffèrent-ils des sondages nationaux publiés régulièrement?

  • Le sentiment de rejet des candidats est très présent parmi les personnes qui ont voté. Huit candidats sur les 15 que nous avons présélectionnés recueillent la mention «à rejeter», soit plus de la moitié des aspirants à l’Elysée. Le meilleur candidat, François Hollande, pourrait plutôt être qualifié de «moins pire», avec une mention majoritaire d’«assez bien –».
  • Nicolas Sarkozy fait l’objet d’un fort rejet. Alors qu’il est placé second dans tous les grands sondages nationaux, Nicolas Sarkozy arrive à la 10e place de ce premier classement. Deux manières de lire ce résultat: soit les lecteurs de Slate beaucoup plus anti-sarkozystes que la population générale, soit le jugement majoritaire prouve son efficacité. Ce système de vote a en effet été conçu pour qu’un candidat qui recueille beaucoup d’opinions négatives ne puisse pas être élu. Or le suffrage universel ne rend compte que des opinions positifs sur un candidat. En additionnant les mentions «bien» et «très bien» de chaque candidat, Nicolas Sarkozy remonte ainsi à la 5e place.
  • François Bayrou est le candidat qui attire le moins de rejet, avec seulement 14,58% de mentions «à rejeter». Un phénomène plutôt logique pour le candidat du centre, qui par définition est moins polarisant, mais qui n’est pas mis en évidence par les sondages classiques.

Grégoire Fleurot

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte