Partager cet article

Sexe: mon manifeste pour le mal baiser

Zoo de Chiang Mai en Thaïlande, en janvier 2006. REUTERS

Zoo de Chiang Mai en Thaïlande, en janvier 2006. REUTERS

Les actuels diktats pour une sexualité épanouie sont fatigants et sans lien avec la vraie sexualité, celle qui se pratique après le boulot, et tout ce que ça implique de flemme, d’inefficacité relative et de semi-ratages.

La mode est au sexe intelligent. On ne se contente plus de décrire les positions, de donner des conseils techniques ou de recommander le bon sextoy. Si on veut écrire sur la sexualité et avoir l’air crédible, il faut se tripoter sérieusement les hémisphères et pondre des articles qui relient le sexe au cerveau.

Pas seulement parce qu’il est supposé être notre première zone érogène, mais parce que la sexualité est devenue un sport de combat, qui nécessite la réquisition de tous les outils disponibles pour en sortir vainqueur.

Il ne s’agit donc plus seulement d’atteindre l’orgasme, de connaître son corps ou d’explorer l’érotisme dans tous ses états. Le sexe, ça s’envisage et ça se réfléchit: il faut donc comprendre et décrypter tous les mécanismes qui nous permettent de jouir mieux, plus longtemps, plus fort et avec esthétisme.

Il y a bien longtemps que le sexe n’est plus une affaire de plaisir. Le «bien baiser» est devenu une sorte de culture, voire l’objet de recherches (plus ou moins) scientifiques. Nous nous passionnons pour l’histoire et l’analyse de certaines pratiques (parfois plus que pour la pratique elle-même), et savons aussi lesquelles se répandent et dans quelles tranches d’âge.

Tout cela est bien fatiguant. Et sans lien réel avec la sexualité, la vraie, celle qui se pratique sur une couette chiffonnée, après une journée de boulot, avec tout que ça implique de flemme, d’inefficacité relative et de semi-ratages. Regardons les choses en face: le sexe au quotidien, ce n’est ni une démarche culturelle ni une compilation d’analyses et d’enquêtes. Pire encore, la plupart du temps le sexe n’est même pas esthétique.

En outre, qui peut vraiment s’identifier à une sexualité magnifiée, décortiquée et autopsiée, donnant l’impression de passer un examen à chaque fois ? 12/20 en manœuvres d’approche, 14 en stratégie érotique, 16 en optimisation du bourrelet grâce à la position qui rend belle, 18 en fellation parce qu’on a un amant poli, et 16 en orgasme sonore parce qu’on a lu Cosmo, qui nous apprend à crier correctement depuis deux bonnes décennies. Même quand Agnès Giard met avec justesse le doigt là où ça fait mal en décryptant notre narcissisme.

Révoltons-nous. Et revendiquons le droit de mal baiser: oui, nous avons le droit d’avoir une sexualité qui ne ressemble ni à des partiels, ni à des qualifs de championnat, et d’en être pleinement satisfaits.

Officialisons la malbaise de la même façon que nous avons admis la malbouffe, et assumons-la. Sans forcément chercher de solution. Sans nous faire croire qu’on peut progresser (soyez réalistes: la plupart du temps, votre médiocrité sexuelle est ce  que vous pouvez faire de mieux). Et surtout, sans chercher à nous persuader que la sexualité est doit obligatoirement être belle, intelligente ou efficace.

Pour le droit de mal baiser:

Réhabilitons le cunnilingus raté: aucun mode d’emploi ne peut livrer les secrets de cette caresse en offrant de vraies garanties de réussite. Tous ces replis étranges sont bien trop bordéliques pour qu’on puisse véritablement apprendre quoi que ce soit. Le cunnilingus, c’est un peu comme une partie de poker dans une pièce obscure, avec un croupier sourd et muet. Mais même raté, ça peut être très agréable : ne boudons pas les approximations et sachons apprécier l’intention.

***

Considérons avec bienveillance la fellation miteuse: la main qui descend beaucoup trop bas et qui tire sur le frein, les dents en rabot agressif, le plaisir mêlé de crainte à l’idée d’avoir mal, la cadence trop rapide, trop lente, l’ennui, les doigts qui serrent trop fort, l’incertitude quant aux résultats, l’impossibilité de s’abandonner totalement… Ça, c’est une fellation commune. Celle dont le parcours n’est pas balisé à l’avance.

Certes, on peut toujours rêver de la pipe parfaite, mais elle n’existe pas. Sauf dans la bouche des flatteurs.

***

Assumons l’érection défaillante: aucun homme n’est à l’abri d’une demi-molle. Ce n’est pas pour autant une raison de consulter un psychiatre ou un sexologue. En toute objectivité, le pénis un peu mou n’est pas une insulte, mais plutôt une porte ouverte, et l’occasion de se détendre un peu.

Détachée de la performance, la demi-molle constitue bien souvent un regain d’inspiration pour d’autres pratiques ludiques (comme le cunnilingus raté ou la fellation miteuse, par exemple).

***

Ne nions pas la laideur potentielle du sexe féminin: l’essor de la chirurgie esthétique intime met en lumière les complexes des femmes quant à la beauté de leur vulve. Le discours dominant consiste donc à les rassurer en leur disant que tous les sexes sont beaux. Ce qui est faux, bien sûr. Il y en a de vraiment moches.

Par conséquent, il est plus judicieux d’admettre  que tous les goûts sont dans la nature, et que l’objectif n’est pas d’embellir son sexe ni même de le trouver beau à tout prix, mais de se dégoter un/e partenaire qui l’appréciera tel qu’il est. Ça nous reposera.

***

Refusons l’aseptisation de notre sexualité: le sexe, c’est sale. Ça peut sentir bon ou fort, c’est souvent assez gluant, ça tache les draps, et ça colle dans les cheveux. Ça peut aussi, dans certains cas, produire des bruits n’ayant reçu aucun agrément officiel, bruits occasionnés par les divers frottements de peau et autres effets de ventouse.

Tout cela est plutôt une bonne nouvelle, qui confirme que la sexualité est une chose extrêmement vivante, s’enrichissant des maladresses et des glissements involontaires.

***

Rions des coudes qui font mal: et des pieds coincés, des cheveux pris sous un avant-bras, des genoux bloqués en pleine action, et de l’absence globale de fluidité dans les mouvements. Cessons d’envier les enchaînements chorégraphiques des scènes de cul du cinéma. Oui, elles restent réalisables.

Mais nous aurions alors besoin d’un directeur de la photographie, d’un metteur en scène, d’un éclairagiste, d’une bonne douzaine de techniciens dans la pièce, et de quelques heures de répétition.

***

Saluons la partie de baise ennuyeuse (mais efficace): elle existe, elle est là, elle est partout. L’efficacité mécanique d’une étreinte de routine est aussi excitante qu’un verre d’eau tiède bu sans soif. Et pourtant, la tragique nécessité du sexe hygiénique s’épanouit pleinement dans le couple complice. Lutter contre la routine? Mais quelle idée stupide.

Un enchaînement aussi répétitif que bien rôdé, 8 minutes —essuyage des draps inclus, c’est l’assurance d’un sommeil serein et d’une nuit non écourtée. Précieux quand on se lève à 6h30 chaque matin.

***

Ne surestimons pas le goût du sexe: les raffinements modernes de l’érotisme intello tentent de nous inculquer les joies olfactives et gustatives du sexe oral, éduquant le peuple à l’amour absolu des odeurs et saveurs de l’autre. Tout/e réfractaire à la pipe ou au cunnilingus est donc considéré comme irrémédiablement coincé et rétrograde.

Mais de même que l’odeur de la coriandre en écœure certains, le goût des sécrétions vaginales ou l’odeur émanant d’un pénis ne séduit pas tout le monde. En admettant une bonne fois pour toutes que les hommes ne raffolent pas tous du sexe féminin, et que les femmes n’aiment pas toutes renifler l’odeur du pénis, on évitera pas mal d’hypocrisie.

***

Rendons justice à l’orgasme minable: après 20 minutes d’acharnement, cette pitoyable décharge de rien du tout, à la limite entre la pulsion réflexe et la douleur d’une irritation naissante, n’a d’orgasme que le nom. Mais de même que le Coca éventé désaltère quand même, l’orgasme même pas bon soulage et détend, mine de rien.

Valoriser l’orgasme laborieux au détriment de cette arnaque explosive qu’on nous survend comme la norme pourrait rassurer tous les peine-à-jouir complexés. Sans compter qu’on sous-estime trop souvent le pouvoir du «Bon, au moins ça, c’est fait».

***

Alors on peut nier, et prétendre ne pas connaître tout cela. Et personne ne nous contestera nos grands moments et nos fulgurances sexuelles, minutes de gloire souvent liées à un partenaire précis, d’ailleurs. Mais il n’en reste pas moins que le jour où nous aimerons notre façon de mal baiser, nous nous sentirons moins seuls.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte