PresidentielleFrance

[Le 20'12] Jean-François Copé: «Nous ne ferons jamais alliance avec le Front national»

Slate.fr, mis à jour le 31.01.2012 à 19 h 53

[Le 20'12 #6] Campagne sans candidat, Front national, économie et Internet... Le secrétaire général de l'UMP répond aux questions de Jean-Marie Colombani, de Slate.fr, et Christophe Barbier, de L'Express, en partenariat avec l'INA et Dailymotion.

Pour sa sixième édition, Le 20'12, l’émission politique de Slate.fr, L'Express, l'INA et Dailymotion reçoit Jean-François Copé. En fin d'émission, retrouvez la chronique de Cécile Dehesdin sur (feu) le site megamorano.com.

En plus d'évoquer une campagne qui se fait pour l'instant sans candidat officiel («ce n'est plus qu'une affaire de jours ou de semaines» avant que Nicolas Sarkozy ne se présente) , le secrétaire général de l'UMP et maire de Meaux a répondu aux questions de Christophe Barbier et Jean-Marie Colombani sur Internet, les rapports de son parti avec le FN, la différence économique entre François Hollande et Nicolas Sarkozy...

On vous conseille comme toujours l'excellent portrait Internet de l'invité du 20'12, en tout début d'émission, où Mathieu Deprieck essaye cette semaine de réconcilier Jean-François Copé avec l'Internet, dont il notait surtout les aspects négatifs en 2009 («cet immense espace qu'est internet dans lequel on peut finalement diffuser n'importe quelle image, la tronquer dans tous les sens»).

Internet, «un petit miracle»

Après avoir évoqué les photos fuitées de Laure Manaudou dans le plus simple appareil comme exemple des «pires choses» qui peuvent se passer sur Internet, «une atteinte évidente à sa vie la plus intime», Jean-François Copé (qui, niveau Internet, a également été pendant deux ans chroniqueur sur Slate.fr) se concentre sur les aspetcs positifs du web:

«Internet c'est un outil extraordinaire, un petit miracle, c'est une autre manière de voir le monde et je crois que c'est quelque chose dont les aspects positifs l'emportent infiniment sur les aspects négatifs. Pour autant je considère qu'un responsable politique doit aussi de temps en temps dire "attention, y a des choses qui vont trop loin y a une interprétation des faits qui parfois amène à déformer la réalité, et c'est bien de le rappeler".»

Nicolas Sarkozy contre François Hollande sur l'économie

«Il y a deux formules, celle qui marche pas du tout c'est celle qui consiste à dire on va donner du pouvoir d'achat et des emplois par la dépense publique, c'est en gros Hollande [...] On peut pas se le permettre, ça coûte des fortunes, il n'y a plus un état moderne en Europe qui peut accroître les dépenses publiques.

Il y a l'autre formule maintenant, c'est celle qu'a présenté hier Nicolas Sarkozy, et qui consiste à dire: emploi, pouvoir d'achat, la seule stratégie possible c'est d'empêcher les délocalisations.»

A 5'35'', une passe d'armes entre Jean-Marie Colombani et Jean-François Copé sur la stratégie économique de Nicolas Sarkozy, et particulièrement son augmentation de la TVA (et à 16'40'', le secrétaire général de l'UMP propose au fondateur de Slate.fr un stage d'un mois à la mairie de Meaux!).

Sur le risque d'un vote FN important

«Ce risque existe, aujourd'hui les indications de sondages d'opinion montrent que le Front national risque de faire un score important. [A propos de possibles triangulaires] Si les gens votent pour le Front national, comme nous ne ferons jamais d'alliance avec le Front national, et bien ça risque de faire passer la gauche, ce qui est le contraire de ce que les gens veulent.»

Quelles consignes de votes en cas de 21 avril à l'envers?

«Oh écoutez moi là dessus je n'ai pas du tout l'intention de répondre à cette question avant qu'elle ne soit posée. Une question comme celle-là on y répond quand elle se pose, et d'autant plus que je n'ai aucune leçon à recevoir dans ce domaine de qui que ce soit. Vous avez devant vous quelqu'un qui a préféré perdre que de s'allier avec le Front national, personnellement. Je n'ai aucune leçon à recevoir notamment d'une gauche qui n'a jamais eu d'états d'âme à faire des liens avec l'extrême-gauche.»

Nadine Morano et Megamorano.com

Dans sa chronique (à 17'45''), Cécile Dehesdin parle du site Megamorano.com, créé la semaine précédente comme une parodie du site de téléchargement et streaming Megavideo fermé mi-janvier par le FBI, dans un pari pour s'attirer le plus d'internautes possibles (le site s'est depuis transformé en megapolitique.com).

Jean-François Copé n'a que du bien à dire de la ministre de l'apprentissage Nadine Morano:

«Pour qu'une équipe soit efficace il faut que chacune des personnes qui la compose apporte sa propre personnalité. C'est quelqu'un qui a pour elle d'être courageuse, d'être toujours au combat lorsque les temps sont difficiles, et croyez-moi dans ces périodes, c'est très intéressant et très révélateur des tempéraments de chacun. Vous avez les courageux et vous avez ceux qui le sont moins... Et Nadine fait incontestablement partie de la première catégorie.

[Jean-Marie Colombani regrette qu'elle agisse comme un «petit fusible» pour Nicolas Sarkozy]

Nadine Morano c'est quelqu'un qui a une personnalité, une expression très directe dont je dois dire, que même si elle peut agacer un peu en particulier à l'intérieur du périphérique parisien, elle crée un vrai attachement à l'extérieur du périphérique.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte