Partager cet article

Le retour des petits seins

Un défilé en 2007. REUTERS/Marcelo del Pozo

Un défilé en 2007. REUTERS/Marcelo del Pozo

Est-ce enfin la fin de la tyrannie des poitrines imposantes?

Les fortes poitrines sont devenues la norme au début du siècle, et le phénomène ne semble pas s’estomper. Se faire augmenter les seins de manière radicale est désormais monnaie courante, peu importe les conséquences. Mais que se passe-t-il si vous vous assommez en courant pour attraper votre bus? Si vous ne pouvez entrer dans aucun vêtement tendance avec votre taille zéro et vos seins gros comme des melons? Cela vaut-il le coup pour attirer les regards des mâles alentour?

La nouvelle tendance dans les restaurants (les initiés les appellent déjà les breastaurants, contraction de «breast», qui signifie poitrine en anglais, et de restaurant) repose directement sur cet engouement pour les gros seins. Parmi les exemples de ce type d'établissements figurent le Chicka Latte, à Seattle, où les serveuses sont habillées en pompiers, en pom-pom girls et en pilotes de course, et le Tilted Kilt, qui compte plus de cinquante restaurants aux Etats-Unis et un au Canada.  Il y a aussi le Pink Taco

Mais tenons-nous en à notre sujet: par rapport aux bikinis des serveuses de ces breastaurants, même les tenues des serveuses de Hooters, la chaîne la plus célèbre, risquent de paraître discrètes, sobres et distinguées, sans parler de ce qui pourrait provoquer une attaque à mon pendant féministe.

Malgré l’engouement mondial pour les gros seins, je suis convaincu que la roue finira par tourner. Les modes sont de nature cyclique. Je sais ce que vous pensez: seul un gay peut sérieusement croire que les gros seins finiront par «être démodés». Pourtant, étant d’un certain âge, je suis suffisamment âgé pour me souvenir de l’époque des petits seins.

Petit retour en arrière

Fin des années 1960. Je suis au cinéma avec plusieurs camarades hétéros, qui ignorent mon désintérêt pour les femmes et sont tous obsédés par les seins de ces dernières. Nous sommes venus voir Performance, un film glauque et branché, avec  Mick Jagger, Anita Pallenberg et Michèle Breton dans le rôle de trois artistes toxicomanes menant une vie de bohème à Notting Hill et faisant ménage à trois. Les scènes de nu ne manquent pas. Lors d'une scène où Mick et ses deux partenaires s'éclaboussent dans un bain, alors que j'essaye désespérément d'apercevoir les fesses de Mick, mes camarades n'ont d'yeux que pour les poitrines des deux jeunes femmes.

Plus tard dans la soirée, au pub, mes amis s'extasient sur les petits seins de Pallenberg. Ils sont particulièrement enthousiastes quant à la petite poitrine aguichante de Breton, qui tient toute seule. Pour eux, les gros seins sont l'apanage des serveuses et des stripteaseuses. Les filles cool comme Twiggy, Ali McGraw, Mia Farrow et les dégénérées citées ci-dessus étaient toutes très désirables malgré leurs petits seins.

Des images de la poitrine de mademoiselle Breton me sont revenues lors d'une récente séance de cinéma. Le film Millenium: Les hommes qui n'aimaient pas les femmes, comme ceux d'entre vous qui l'ont vu en seront malheureusement conscients, s'anime de temps en temps grâce à des scènes surprenantes de porno sadomasochiste, où tous les coups sont permis. Dès que le scénario commence à faiblir, l'actrice Rooney Mara et ses petits seins bien formés apparaissent.

Durant les scènes habillés et non pornographiques du film, je me suis demandé si la fascinante mademoiselle Mara et ses seins plats parviendraient à mettre un terme à l'ère des poitrines porno? Peut-elle réhabiliter les poitrines naturelles? Les petits seins, ou Bristols [1], redeviendront-ils populaires grâce à ce film?

Fausse joie

Mes spéculations optimistes ont faibli (un peu comme l'élastique d'une brassière vintage de  Frederick’s of Hollywood) quand un ami m'a révélé que dans le tome 2 de Millenium, La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette,  l'héroïne de Stieg Larsson, Lisbeth Salander, profitait des possibilités de la chirurgie esthétique pour se faire poser des prothèses mammaires!

En fait, tant qu'il s'agit d'hétérosexuels au sang chaud, la question ne se pose pas. Ces derniers sont trop occupés à fantasmer sur les gros seins pour penser à toute autre option. A cet égard, ils sont terriblement égoïstes. Après tout, beaucoup de femmes lorgnent sur les petites fesses des joueurs de football, mais combien d'entre vous, messieurs les hétéros grassouillets, seriez prêts à faire de la chirurgie esthétique pour le plus grand plaisir de vos compagnes?

Au final, les préoccupations en matière de santé pourraient bien clore le débat. Le New York Times a récemment publié un article sur le rappel de milliers d'implants défectueux, présentant des fuites (NDLE les fameuses prothèses PIP). Les autorités sanitaires françaises ont invité 30.000 femmes à se faire retirer ces implants suspects dès que possible, suivies des autorités allemandes et hollandaises.

Mais tâchons de terminer sur une note positive: savez-vous comment s'appelle mon breastaurant favori du moment? Twin Peaks. N'hésitez pas à surenchérir dans les commentaires en indiquant le nom savoureux d'un breastaurant près de chez vous ou fruit de votre imagination.

Bon appétit!

Simon Doonan

Traduit par Charlotte Laigle


(1) NDT: Bristols est l'argot cockney pour tétons (Bristol city rime avec tittie = téton en anglais). Retourner à l'article

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte