Politique

Bayrou n'a pas le droit de rendre hommage à Schuman

Temps de lecture : 2 min

François Bayrou, qui voulait se recueillir sur la tombe de Robert Schuman à l'occasion de son passage en Moselle, s'en est vu refuser l'accès par le président UMP du Conseil général Philippe Leroy.

«Nathalie Griebseck, eurodéputée sortante du Mouvement démocrate, avait, par lettre, fait part au sénateur Leroy de la venue de M. Bayrou le 9 mai - journée de l'Europe - à l'université de Metz pour une convention de son parti» rapporte l'AFP. Elle l'y informait du souhait de Bayrou de se rendre sur la tombe du père fondateur de l'Union Européenne.

Mais M. Leroy a répondu par une lettre, que l'agence s'est procuré, que «malheureusement ce site, propriété du Conseil général», serait «inaccessible ce samedi 9 mai en début de matinée, en raison de la préparation et de la sécurisation des lieux dans le cadre des manifestations liées à la journée de l'Europe».

L'entourage de Bayrou précise que «le dirgeant centriste a tenté à plusieurs reprises de joindre M. Leroy, mais en vain» et que «cette situation ne restera pas sans réponse».

[Lire l'article complet sur l'AFP]

(Photo: Flickr)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

L'ambassadeur des États-Unis au Mexique est devenu une star de Twitter

L'ambassadeur des États-Unis au Mexique est devenu une star de Twitter

La communication friendly de Christopher Landau révèle le rôle complexe des réseaux sociaux en diplomatie.

«Le Liban c'est la famille de la France»

«Le Liban c'est la famille de la France»

Pour témoigner de son soutien, Emmanuel Macron s'est rendu à la capitale à la suite de l'explosion dramatique qui l'a secouée. Il en faudra certainement davantage au peuple libanais pour se relever.

Et si les médias anglo-saxons contribuaient (sans le savoir) à la réélection de Donald Trump?

Et si les médias anglo-saxons contribuaient (sans le savoir) à la réélection de Donald Trump?

Quatre ans après leur autocritique à l'issue de la victoire inattendue du président américain en 2016, il semblerait que les journalistes retombent dans le même travers.

Newsletters