Économie

Porsche et Volkswagen vont fusionner

Temps de lecture : 2 min

Volkswagen et Porsche ont annoncé leurs plans de fusion mercredi 6 mai. Cette annonce devrait mettre fin à une saga de plus de trois ans autour de l'avenir de Volkswagen, le premier constructeur automobile en Europe, et soulager les problèmes d'endettement de Porsche.

Suite à une rencontre entre les deux parties à Salzbourg, le clan familial de Porsche a accepté de créer un «groupe de fabrication automobile intégré» réunissant dix marques, dont Porsche et les neuf marques actuelles de Volkswagen.

Cet accord met fin aux ambitions de Porsche, qui voulait prendre le contrôle de Volkswagen. Détenteur de 51% de Volkswagen, Porsche ambitionnait encore fin 2008 de monter à hauteur de 75% dans le capital du premier constructeur européen. «L'indépendance de toutes les marques et explicitement de Porsche seront assurés» a précisé Porsche dans un communiqué.

Porsche Automobil, qui a dépensé environ 23 milliards d'euros pour acquérir près de 51% du capital de Volkswagen, avait accumulé un endettement de 16 milliards d'euros. Une dette qui pourrait être remboursée en partie à la suite d'une augmentation de capital qui pourrait aller jusqu'à cinq milliards d'euros.

[Lire l'article complet sur le Financial Times]

(Photo: Les logos de Porsche et de Volkswagen, REUTERS/Heinz-Peter Bader)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Réforme des retraites: ce que le système italien peut nous enseigner

Réforme des retraites: ce que le système italien peut nous enseigner

Promouvoir l'investissement et une croissance économique durable avec un taux d'emploi et des salaires élevés serait sans nul doute la meilleure stratégie, quel que soit le cadre.

Choose France

Choose France

Les trois erreurs stratégiques de Renault-Nissan qui ont coûté cher à Carlos Ghosn

Les trois erreurs stratégiques de Renault-Nissan qui ont coûté cher à Carlos Ghosn

L'ancien PDG fugitif aurait peut-être mieux fait de prendre en considération les États français et japonais et d'adopter un autre style de leadership.

Newsletters