France

ATTALI: positiver après la perte du AAA

Jacques Attali, mis à jour le 17.01.2012 à 2 h 47

Et si la dégradation de la note de la France par Standard & Poor's était une chance pour le pays?

Las Vegas en 2003. REUTERS/Ethan Miller/Las Vegas Sun

Las Vegas en 2003. REUTERS/Ethan Miller/Las Vegas Sun

La perte du triple A par la France pourrait, si l'on s'y prend bien, devenir une très bonne nouvelle. Elle pourrait constituer le déclic, en soi dérisoire, qui nous fera enfin comprendre la gravité de la situation, nous indigner contre celle-ci et refuser de nous y soumettre. Il faudrait pour cela qu'à la résignation succède la résistance.

Il faudrait positiver.

Trop de mauvaises nouvelles nous assaillent. Depuis des années. Trop de catastrophes et de menaces économiques, sociales, financières, écologiques. Avec leurs conséquences humaines, fracassant des entreprises et des vies, menaçant chacun de nous d'un irréversible déclassement. Face à ces menaces, le monde semble trop vaste, la France, trop petite. Le marché semble trop puissant, la démocratie, trop fragile. Les tentations sont alors grandes d'abandonner, de renoncer, de baisser les bras, de fuir.

C'est ainsi que s'amorcent toujours les grandes faillites individuelles et collectives. C'est ainsi que, sans en avoir conscience, les plus belles civilisations commencent à disparaître. C'est ainsi que les prophéties les plus noires se réalisent. Il faut, pour l'éviter, prendre toutes ces mauvaises nouvelles comme autant de défis. Et, pour y parvenir, nous devons retrouver l'élan vital, le désir d'affronter les coups du sort et de les vaincre. Et ressentir qu'au-delà du danger la vie et la France en valent la peine.

Ce sentiment doit se nourrir d'une nostalgie et d'une espérance, de courage et de respect de soi-même. Alors, seulement, on trouvera la force de ne pas se résigner, de ne pas fuir. On réussira à considérer l'adversité comme une bonne nouvelle parce qu'elle forcera à se dépasser.

Chacun de nous a été ou sera confronté, à un moment de sa vie, à ce genre de situation. Elle est presque toujours réversible. Et, lorsqu'elle ne l'est pas, c'est seulement parce que la fin arrive. Or, pour une nation, il n'y a pas nécessairement de fin. Un pays peut être immortel, s'il s'en donne les moyens, s'il sait donner du sens, une raison d'être, à ses habitants, pour qu'ils y restent, qu'ils y créent, qu'ils y bousculent les pouvoirs, y aient des enfants, y inventent un avenir.

La perte, attendue, du triple A doit donc être considérée comme une bonne nouvelle pour la France: enfin, on ne va plus pouvoir se contenter de craindre l'avenir. Enfin, on ne va plus pouvoir éviter de se prendre en main et on devra réagir.

Tous ensemble. Au plus vite. Sans même attendre qu'un nouveau pouvoir se mette en place en juin.

En tout cas, j'espère que nous trouverons en nous-mêmes l'élan vital pour le vouloir. Comme nous l'avons trouvé dans d'autres moments dramatiques de notre Histoire.

Parce que la France en vaut la peine. Et parce que tous ceux qui l'ont amenée jusque-là, en quinze siècles, ne nous pardonneraient pas de ruiner en dix ans un si bel héritage.

Jacques Attali

Cet article a été également publié par L'Express

Jacques Attali
Jacques Attali (175 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte