Monde

Les salafistes égyptiens ont la charia en poupe

Sarah A. Topol, mis à jour le 16.01.2012 à 8 h 48

Et on ne peut exclure une future alliance entre les militaires au pouvoir et les fondamentalistes religieux. Objectif: neutraliser les Frères musulmans.

Une femme marche sous une affiche électorale du parti al-Nour (le plus grand des partis salafistes) dans le quartier al-Arafa, au Caire (27/11/2011) / Amr Dalsh / REUTERS

Une femme marche sous une affiche électorale du parti al-Nour (le plus grand des partis salafistes) dans le quartier al-Arafa, au Caire (27/11/2011) / Amr Dalsh / REUTERS

A

u matin du troisième et dernier tour des élections législatives en Egypte, Ammar Fayed, militant du parti politique des Frères Musulmans est très nerveux.

Ce manager en marketing de 28 ans, membre du comité directeur du Parti de la Justice et de la Liberté (PLJ), section jeunesse, dans le gouvernorat de Dakhalia porte un petit badge du PLJ sur le revers de son blazer gris et arbore un pouce coloré de bleu, indiquant qu’il vient de voter. Il nous expose la situation: trente-six sièges sont à pourvoir dans cette province fertile du delta du Nil. Cette région conservatrice est le bastion traditionnel des Frères Musulmans – cette élection aurait dû être jouée d’avance.

Les salafistes,

une machine électorale performante

Oui mais: les Frères Musulmans se trouvent débordés sur leur aile droite par le parti salafiste al-Nour, qui s’est emparé des référents religieux du mouvement et, ce faisant, a obtenu une grande assise électorale. Les salafistes peuvent espérer remporter entre 25 et 30% des voix, même si les Frères Musulmans devraient remporter les élections avec une majorité écrasante et constituer, de loin, le parti le plus nombreux de la nouvelle assemblée.

Qui aurait pu imaginer que les salafistes – qui adhèrent à une version fondamentaliste de l’Islam et qui ont, jusqu’à la révolution égyptienne, rejeté la politique comme non-islamique – se transformeraient en machine électorale performante ? Même les Frères musulmans, dont les capacités à évaluer les intentions de vote impressionneraient les directeurs de campagne de candidats à la présidentielle en Occident, n’ont rien vu venir et le succès des salafistes menace de faire capoter les plans du mouvement de domination de la scène politique de l’Egypte post-révolutionnaire.

Après des années passées à tenter de convaincre les libéraux, les gauchistes et d’autres activistes égyptiens de leur engagement dans le but de résoudre les problèmes économiques titanesques de l’Egypte, les Frères se trouvent soudain contraints d’évoquer quand et comment ils vont mettre en place la loi islamique. Leurs efforts pour tenter de donner davantage de garanties dans le domaine religieux n’auront pour seul effet que de provoquer des tensions avec les autres blocs parlementaires, tandis que les conflits avec al-Nour donneront aux militaires aux pouvoirs, rompus aux manigances, la possibilité de les exploiter afin de conserver le pouvoir et de se placer hors de tout contrôle.

Frères musulmans et salafistes

sont à couteaux tirés

Les Frères musulmans ne peuvent se permettre d’ignorer la montée en puissance des salafistes. «Nour attaque notre noyau dur en affirmant que les Frères sont un parti comme un autre et qu’ils se contentent de faire de la politique au lieu de défendre l’Islam» comme le confie Fayed avec amertume.

Ces deux factions islamiques sont déjà à couteaux tirés sur la question la plus controversée: l’entrée en vigueur de la loi islamique. Pour avoir le point de vue des salafistes, j’ai rencontré Ibrahim AbdulRahman, le très barbu porte-parole d’al-Nour dans le gouvernorat de Dakhalia. Il a choisi le lieu du rendez-vous: un café chic dans le centre ville de Mansoura.

L’interview fut difficile: les salafistes ne semblent guère enthousiastes à l’idée de s’expliquer devant des journalistes étrangers. AbdulRahman ne tenait pas en place sur sa chaise et a passé l’essentiel de notre rendez-vous à tenter d’éluder toute conversation franche, en commençant par nier qu’al-Nour soit un parti religieux, feignant de s’étonner que des Chrétiens ne rejoignent pas ses rangs, faisant ainsi fi des déclaration publiques des chefs d’al-Nour qui ont mentionné leur refus catégorique de soutenir un éventuel président chrétien.

Au bout d’une vingtaine de minutes de bavardages inutiles, AbdulRahman s’est enfin attaqué à ses concurrents. «Je dirais que les salafistes et le parti al-Nour sont un peu plus au fait des sciences religieuses et connaissent mieux la religion que les Frères musulmans» a–t-il déclaré.

Pour le parti al-Nour,

faire appliquer la charia très vite

Les désaccords entre les deux partis, portant sur le rythme de l’entrée en vigueur de la Charia sont, selon AbdulRahman, la clé de leur opposition: «Pour le parti al-Nour, un des objectifs premiers est de faire appliquer la charia le plus rapidement possible.»

Si AbdulRahmane n’est guère enthousiaste à l’idée de s’expliquer devant les médias occidentaux, Mohammed Yousef, porte-parole du PLJ dans le gouvernorat, n’a quant à lui qu’une seule crainte: que le monde se méprenne sur le compte de son parti.

Je l’ai rencontré au quartier-général du PLJ à Mansoura – un immeuble de bureau aux murs blancs, avec des téléviseurs à écran plat et des ordinateurs. Une carte, figurant le pourcentage de musulmans dans les pays d’Afrique, avec des nuances de vert, orne le mur. Par dessus son épaule, une bannière du PLJ, décorée d’une blanche colombe prenant son envol, est frappé de d’un slogan,  «Nous protégeons la Liberté et bâtissons la Justice», sur les ailes de l’oiseau.

Al-Nour est un parti «très fondamentaliste» déclare Yousef – au contraire du PLJ qui «considère que l’Etat doit être laïque avec une culture  musulmane. Tous les droits de chaque citoyen seront respectés, garantis par la loi et la constitution et pas par les croyances religieuses des citoyens.»

Certes, reconnaît Yousef, les Frères musulmans souhaitent faire appliquer la loi islamique – mais progressivement, à l’horizon de plusieurs décennies, afin que la société soit prête. Il ajoute: «al-Nour entend frapper un grand coup et prône un passage immédiat et en force vers la Charia.»

Pour les Frères musulmans,  

renvoyer l’armée dans ses casernes

Dans l’ambiance feutrée de son bureau, Yousef décrit le conflit qui s’annonce entre les deux mouvements: «Si le parti al-Nour ou un autre parti salafiste entré au Parlement y fait pression pour que les hudûd [les punitions prévues par le Coran comme la lapidation pour les adultères ou les mains coupées pour les voleurs] soient immédiatement appliqués, les Frères musulmans s’y opposeront fermement.»

Cette question n’est pas la seule à opposer les deux groupes. Alors que les Frères musulmans veulent évoquer leur plan de création de nouveaux emplois, les salafistes souhaitent mettre, au cœur du débat, les questions de respect de la religion comme le port du voile, l’idolâtrie religieuse et l’interdiction de l’alcool.

Les Frères musulmans sont également favorables à une montée en puissance du parlement et souhaitent voir les militaires regagner leurs casernes, tandis que le parti al-Nour entend surtout et avant tout promouvoir son programme conservateur.

Certains vont jusqu’à se demander si le Conseil Suprême des Forces Armées, actuellement au pouvoir, ne pourrait pas s’allier à al-Nour deuxième force au parlement, afin de neutraliser les Frères musulmans – cette tactique du «diviser pour mieux régner» a, ne l’oublions pas, bien servi Moubarak autrefois.

«Tout simplement, les militaires pourraient encourager la mise en place du programme moraliste des Salafistes en échange de la garantie de conserver leurs prérogatives de l’ère Moubarak.» Tel est l’avis d’Omar Achour, de l’Institut des Etudes Arabes et Islamiques de l’Université d’Exeter et qui est actuellement présent au Caire en tant qu’observateur des élections.

Trancher avec le passé

Les préoccupations de la plupart des électeurs de Mansoura. La majorité des Egyptiens souhaite avant tout élire un gouvernement qui tranchera avec les pratiques du passé – et qui pourrait mieux assurer cette rupture qu’un parti qui n’ jamais cherché à obtenir le pouvoir ?

Mosaab Talat, étudiant vétérinaire de 21 ans et qui boit un thé en compagnie de deux amis dans un petit magasin de téléphonie mobile dit qu’il a voté pour le parti al-Nour mais semble totalement abasourdi lorsqu’on lui demande s’il se considère comme un salafiste. Il affirme avoir voté pour al-Nour parce qu’il considère que ce parti est moins corrompu que l’ancienne classe dirigeante de l’Egypte.

«Ils sont différents des autres, des anciens, à cause de leur religion. Comme ils sont musulmans, ils prendront soin de l’Egypte», dit Talaat. Durant la campagne, Talaat a vu, lors d’un meeting, un célèbre cheik salafiste qui fait campagne pour al-Nour à Mansoura. Ceci l’a conduit à penser que, peut-être, l’Islam combiné à la politique entraînerait moins de corruption.

Talaat pense enfin que la compétition entre les Frères musulmans et les salafistes est bonne pour l’Egypte. «Ca devrait être la norme. Dans tous les parlements, il y a une opposition», dit-il. «Les deux vont à présent travailler pour améliorer l’Egypte.»

Cela reste à démontrer. Si cette «compétition» n’a pour seul objet que de brandir des références islamiques et de fournir à la junte en place un nouvel outil pour diviser et régner, la turbulente transition de l’Egypte vers la démocratie et une économie en essor ne sera, en effet, qu’une turbulente transition – et ce sont les Egyptiens qui en paieront le prix.

Sarah A. Topol (Mansoura - Egypte)

 Traduit par Antoine Bourguilleau

Sarah A. Topol
Sarah A. Topol (3 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte