Société

«Le dialogue est ouvert»

Temps de lecture : 2 min

3ème jour de blocage dans les prisons françaises.

La ministre de la justice, Rachida Dati était l'invité ce matin, mercredi 6 mai, de la radio RMC info afin de réagir à l'actualité des prisons.

Pour la troisième journée consécutive, les surveillants de prisons bloquent les accès aux maisons de détention afin de demander des moyens et du personnel supplémentaires. Plus d'une centaine de centres, sur les 194 français, sont touchés par ces manifestations.

Rachida Dati salue le personnel en grève: «Je rends d'ailleurs hommage à leur responsabilité. Les difficultés, leurs préoccupations sont légitimes et je les entends. C'est pour ça que j'accède à leurs mesures. Avec leurs organisations syndicales, ils ont demandé un certain nombre de revendications légitimes auxquelles j'ai dit oui : la création d'un bureau d'action sociale, revoir les modalités de contrôle des arrêts maladie, revoir la prime de sujétion retirée en cas d'arrêt maladie, renforcer les effectifs de nuit notamment dans les établissements les plus petits. Les effectifs vont augmenter : en 2008 on a créé 1100 emplois nouveaux et 1264 en 2009.»

Ecouter l'intégralité de l'interview sur RMC info

Crédit photo: Creative Commons / FLICKR

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Une vie sauvée vaut 37 fois le coût du sauvetage par les pompiers

Une vie sauvée vaut 37 fois le coût du sauvetage par les pompiers

Dans les Bouches-du-Rhône, une opération sanitaire permettrait d'économiser, en moyenne et en valeur de vie humaine, 38.991 euros.

Le pèlerinage de Shikoku, l'un des plus beaux sentiers du Japon

Le pèlerinage de Shikoku, l'un des plus beaux sentiers du Japon

Similaire à Saint-Jacques-de-Compostelle par sa longueur, environ 1.200 kilomètres, le pèlerinage de Shikoku fait le tour de l'île japonaise du même nom. Depuis 1.200 ans, les pèlerins relient quatre-vingt-huit temples et cheminent...

Pourquoi le racisme a cessé d'être envisagé comme une question de santé publique

Pourquoi le racisme a cessé d'être envisagé comme une question de santé publique

Jusqu'à Richard Nixon, les États-Unis étudiaient officiellement les liens entre problèmes sociaux et santé mentale.

Newsletters