La revente des cadeaux en ligne, ce «tabou» qui saute chaque année

Plus les internautes revendent leurs cadeaux en ligne, plus la presse s’en fait l’écho. Ou serait-ce l’inverse? La merveilleuse histoire d’un «tabou» qui «saute» très opportunément chaque lendemain de Noël.

Un magasin de jouets à Dortmund en Allemagne en 2011. REUTERS/Ina Fassbender.

- Un magasin de jouets à Dortmund en Allemagne en 2011. REUTERS/Ina Fassbender. -

Qu'on se le dise, à Noël 2012, la revente des cadeaux en ligne n'est toujours pas un «tabou». L'occasion de relire cet article sur ce phénomène qui se répète chaque année dans les médias.

***

Depuis quelques années, les sites de e-commerce écrivent leur lettre au Père Noël. Lettre dont la formulation varie peu d’une année sur l’autre, pouvant se résumer à:

«Cher Père Noël, cette année j’ai été très sage, j’ai fait +xx% de croissance en volume de ventes et mon C.A. a encore grimpé de yy% vs année précédente. J’aimerais donc recevoir pour Noël une flopée d’articles Société sur le phénomène de la revente en ligne des cadeaux de Noël non désirés. Si tu pouvais insister sur le fait que désormais c’est une pratique courante décomplexée, et introduire le nom de ma boîte ou à la rigueur interviewer mon PDG sur une chaîne leader à une heure de grande écoute pour que les gens impriment bien le truc, ce serait top»

Cette année encore, le Père Noël a globalement livré le matos en temps et en heure. Sous le sapin des PriceMinister, eBay et autres Pixmania, la désormais rituelle avalanche d’articles sur «la fin d’un tabou».

Un étude réalisée sur Internet auprès des usagers (le Baromètre Noël 2011) pour lancer la machine et le tour est joué. Suivront une série d’articles, reportages, brèves reprenant un à un les éléments de langage de PriceMinister et de l’étude sur le boum de la revente en ligne financée et commanditée par… PriceMinister, vous aviez deviné.

Le communiqué indique notamment :

«“La dédramatisation du tabou permet aujourd'hui de réconcilier la joie d'offrir un cadeau avec l'envie de faire vraiment plaisir à son destinataire. Tout comme l'échange, la revente devient une solution efficace de plus en plus évidente, et bien vécue, pour un plus grand nombre de personnes”, déclare Pierre Kosciusko-Morizet, Président Cofondateur de PriceMinister. »

C’est beau comme un conte de Dickens. Et voici en quels termes plusieurs médias relaient cette «info» dans les jours qui suivent le réveillon de Noël :

Elle.fr :

«Choquant? Une chose est sûre, la pratique, encore tabou il y a quelques années, fait chaque Noël toujours plus d’adeptes. Le site PriceMinister a ainsi enregistré une hausse de 50% des mises en vente samedi soir par rapport au même moment l'an dernier.»

La Provence:

«Revendre ses cadeaux est une chose mais le dire à la personne qui les a offerts en est une autre... Mais là encore, une tendance se dessine: les tabous tombent et la revente est un acte de plus en plus assumé, 72 % des personnes interrogées assurant même que ces nouvelles pratiques seront de moins en moins choquantes.»

Bref, vous avez saisi l’idée. Et depuis quelques jours, c’est comme ça sur toutes les télés et toutes les radios. On compte 90 résultats sur Google Actualités avec le mot-clé «PriceMinister» correspondant à la thématique Revente de cadeaux après Noël.

googlenews

Les sites d’e-commerce, PriceMinister et son étude en tête, réalisent donc un formidable hold-up des pages de l’après-Noël. Avec des médias qui relaient AU MOT PRES le message publicitaire de la marque, comme en témoigne ce superbe doublé article / bannière web:

pubnoel

Un tabou qui tombe chaque année à date fixe?

Pour Noël, les sites d’e-commerce ont donc misé sur les relations presse et la communication chiffrée. Une stratégie qui faisait déjà ses preuves en 2010. Et en 2009. Et aussi en 2007:

Le Parisien, 25 décembre 2009

«La revente des cadeaux de Noël sur le Net commence fort 

Un présent décevant, jugé de mauvais goût ou inapproprié, en double exemplaire... De plus en plus de personnes revendent leurs cadeaux de Noël sur Internet. Et les déçus du réveillon ne perdent pas de temps. Les premiers présents ont été remis en vente dans la nuit de jeudi à vendredi sur le Net. Pour le plus grand bonheur des sites spécialisés qui ont connu une forte hausse de leur affluence par rapport à l'an dernier, selon un premier bilan établi vendredi par PriceMinister et 2Xmoinscher. Le site PriceMinister a ainsi constaté une augmentation de 30% des produits mis en vente sur son site à la mi-journée et une hausse de 35% de son audience par rapport au 25 décembre 2008, selon un communiqué.»

***

Et le lendemain, toujours dans Le Parisien

«Un tabou est tombé», confirme Pierre Kosciusko-Morizet, le PDG de PriceMinister.

***

Mais aussi, à la même période, sur L’Express.fr:

«Avec des millions d'objets revendus après les fêtes, se débarrasser de cadeaux tout en empochant de l'argent rentre peu à peu dans les moeurs.“"C'est un tabou qui tombe”, confirme Pierre Kosciusko-Morizet, patron de PriceMinister, qui revendique la deuxième place en France en terme d'audience derrière le site d'enchères eBay

***

En décembre 2008, à nouveau sur L’Express mais aussi sur le site de LCI

«Pour Pierre Kosciusko-Morizet, président de Price Minister, "il y a un tabou qui est tombé. Les gens osent plus revendre leurs cadeaux qu'avant. En plus, il y a la crise, les gens cherchent à améliorer leur quotidien et donc ils sont particulièrement intéressés à revendre leurs cadeaux". Résultat, priceminister.com a enregistré le 25 décembre "deux fois plus de produits mis en vente que durant une journée normale (environ 200.000)" et "50% de plus que le 25 décembre 2007".»

***

Déjà, dans le Parisien, le 26 décembre 2007:

«Les douze coups de minuit à peine sonnés, les paquets à peine défaits, des milliers de cadeaux de Noël ont été mis en vente dès hier sur Internet. Aujourd'hui, les grands magasins devraient voir débouler les clients par centaines pour échanger ou se faire rembourser un présent mal choisi. Selon un sondage TNS/Sofres réalisé pour eBay au début du mois, un internaute sur trois envisage de revendre cette année ses cadeaux de Noël sur Internet. Phénomène jusqu'ici un peu honteux, la revente et l'échange de cadeaux s'est largement décomplexé au point que l'après-Noël constitue une période capitale pour les sites de vente et d'enchères en ligne entre particuliers, comme PriceMinister ou eBay.»

Tiens, à l’époque c’était le concurrent eBay qui se chargeait du sondage rituel… Notez aussi au passage qu’en 2007, ils étaient déjà 1 sur 3 à envisager revendre un cadeau de Noël selon eBay. Contre 3 sur 10 seulement en 2011 selon l’étude PriceMinister…

Mais excepté ce détail, d’année en année, il n’y a que deux choses qui changent: les phrases d’introduction des articles («A peine déballés… déjà revendus!», «Sitôt offerts, sitôt revendus!», «Après le déballage, la grande braderie!», etc.) et le chiffre du formidable pic de vente d’après Noël communiqué par les sites d’e-commerce.

Lequel, évidemment, augmente sensiblement par rapport à la même période de l’année précédente… On peut sans doute continuer comme ça jusqu’en 2020. Pierre Kosciusko-Morizet, le fondateur et PDG de PriceMinister, admet d’ailleurs tout  à fait ce caractère rituel de la communication d’après Noël. Et date la tradition de l’époque du démarrage du site en 2001 , lorsqu’un premier «pic» a été observé au lendemain des remises de cadeaux. Ce n’est qu’à partir de l’année 2006 qu’un baromètre a été mis en place et que la communication sur ce phénomène s’est véritablement systématisée.

La circulation circulaire de l’info « revente des cadeaux en ligne »

L’étude de PriceMinister, support de tous les articles précités pour la fournée 2011 ainsi que véritable prétexte à la médiatisation de la sainte cause de la revente décomplexée, en dit long sur la stratégie adoptée. En particulier une question sur le levier à activer pour favoriser le passage à l’acte du Français moyen encore un poil réticent, et qui concerne le rôle des médias…

Extrait du communiqué de presse de PriceMinister :

« Les vendeurs deviennent tous récidivistes : seulement 1,8% des revendeurs ne serait pas prêt à recommencer !

C’est aussi un acte auquel on pense de plus en plus naturellement (75,3%), mais la presse joue un rôle d’aiguillon non négligeable car dans près de 10% des cas, c’est un article ou un reportage qui a déclenché le passage à l’acte.»

pr

On se situe donc au-delà de l’inoffensif et traditionnel marronnier de Noël. Si on accepte cette hypothèse du rôle prescripteur des médias, on comprend mieux le phénomène de circulation circulaire de certaines informations: les médias font eux-mêmes partie de ce qu’ils feignent d’observer comme un tendance qui naîtrait ex nihilo.

Accélérateurs voire déclencheurs, les médias qui parlent de la revente des cadeaux sur le net favoriseraient l’augmentation du nombre de clients décomplexés, lequel aura un impact sur le millésime 2012 de l’étude PriceMinister, qui sera d’autant plus relayée, etc. Et l’intitulé du communiqué du site de e-commerce, La revente des cadeaux de Noël augmentera de +50% cette année!, pourrait être un très bel exemple de prédiction autoréalisatrice.

Jean-Laurent Cassely

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
L'AUTEUR
Jean-Laurent Cassely est journaliste et auteur. Il a publié récemment un bêtisier des mœurs parisiennes, «Paris, Mode d'emploi». Le suivre sur Google+. Ses articles
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
D'autres ont aimé »
Publié le 30/12/2011
Mis à jour le 26/12/2012 à 14h29
4 réactions