Culture

Abécédaire subjectif de l'année musicale

Temps de lecture : 8 min

De Auteur à Zimmermann en passant par Emeutes, Retromania, Saxophone et Vingt-Sept, retour en vingt-six entrées sur les tendances marquantes de l'année.

La pochette de l'album «ABC» des Jackson Five (Motown, 1970)
La pochette de l'album «ABC» des Jackson Five (Motown, 1970)

Pour synthétiser une année musicale, il y a la traditionnelle liste d'albums ou de chansons (comme celle que nous avons publiée), tel un programme à réviser plus tard. Autre exercice comme à l'école pour la résumer: un abécédaire subjectif de 2011, la musique comme Slate l'a vécue. Telle qu'on l'écoute, la lit, la regarde, la raconte la possède, la vend, la partage, la classe, la redécouvre...

A comme... Auteur (droit d')

Ceux qui s'apprêtaient à lancer dans un an un label de réédition des Beatles ou des Stones peuvent prendre du temps pour peaufiner leur business plan: l'Union européenne a validé en septembre le principe très contesté d'un allongement du copyright sur les enregistrements musicaux de 50 à 70 ans. Pour presser sa propre édition de Love Me Do, il faudra désormais attendre 2033. A lire également: «Dans le labyrinthe du domaine public».


B comme... Black

Pas comme Rebecca Black, plutôt comme Black Lips, auteurs du jouissif Arabia Mountain, ou comme Black Keys, dont le Camino a été très bien accueilli et placé dans de nombreux classements de fin d'année. L'occasion de se poser une question: c'est quoi, être blues en 2011?

C comme... Comeback

Mi-octobre, les grandioses Stone Roses ont annoncé une reformation complète pour 2012: tournée mondiale, troisième album en chantier. On croise les doigts, sans trop y croire, pour que leur retour ait la classe de celui des Feelies, revenus en 2011 avec un nouvel album, Here Before, et de bons conseils de reformation:

«Is it too late to do it again?
Or should we wait another ten?
Nobody knows, everyone cares
Everyone's asking for answers to prayers
Well you never know
How it's gonna go»

D comme... Disparus

Pour la disparition la plus médiatisée de l'année, se reporter à la lettre (double) V. Mais 2011 nous a aussi vu saluer dans ces colonnes les figures de Cesaria Evora, Gil Scott-Heron, John Barry ou encore du député PS métallophile Patrick Roy.

E comme... Emeutes

Trente ans après 1981 et le Ghost Town des Specials, l'Angleterre s'est enflammée le temps de nouvelles émeutes urbaines, mais sans bande-son évidente pour les illustrer cette fois. Qu'est-ce qui symbolise le mieux l'Albion des émeutes de 2011, Wu Lyf, le grime ou X-Factor?

F comme... Facebook

On pensait que poster un clip ou une playlist sur le réseau de Mark Zuckerberg pouvait aider nos friends à voir la lumière, mais la triste nouvelle est tombée à Noël, époque des listes de fin d'année: selon une étude de l'université de Harvard, les contenus postés sur Facebook ont peu d'influence sur nos goûts culturels.

G comme... Ground Zero

Le World Trade Center entouré de la fumée des attentats du 11-Septembre, dans une lumière orangée: ce paysage après la bataille illustrant la pochette d'un album de Steve Reich, WTC 9/11, a fait polémique aux Etats-Unis, tout comme une étrange annonce de concert pour Explosions In The Sky. Le symbole d'un évènement qui, dix ans après, conserve de nombreuses ramifications musicales. A lire également: «Oussama Ben Laden en chansons».

H comme... Hip-hop

Il y a eu la digestion, comme après un réveillon, du gargantuesque My Beautiful Dark Twisted Fantasy de Kanye West, puis son retour en compagnie de Jay-Z pour un Watch The Throne mi-bling-bling, mi-torturé. Mais l'évènement de l'année a été la confirmation de l'émergence d'une nouvelle génération prolifique, digitale, un brin slacker. Wiz Khalifa, Kendrick Lamar, The Cool Kids... «Ils sont cools, le savent, et sont en train d’exploser».

I comme... Immatérielle

Il se vend encore pas mal de vinyles, on fait toujours des tops cassettes, on n'a plus trop envie de CD, on télécharge et on streame... Et à l'avenir, votre musique, vous la prendrez comment? En nuage? En données?

J comme... Jacno

Il est absent des tops rééditions (souvent anglo-saxons) qui abondent sur le net, mais a eu droit une belle résurrection deux ans après son décès: trois ressorties (le second Stinky Toys, Rectangle et Tout va sauter), un tribute, un concert-hommage, un livre, sans oublier sa présence en filigrane dans le documentaire Des jeunes gens mödernes de Jérôme de Missolz ou son influence évidente sur les très hypes La Femme... Il ne reste plus qu'à espérer une réédition de son chef-d'oeuvre, la BO des Nuits de la pleine lune de Rohmer.

K comme... Katz (Richard)

Une homérique phrase de 35 lignes (vous pouvez vérifier, c'est page 249) mêlant tournées, drogues, procrastination, projets de complaisance, ennuis judiciaires... Le meilleur portrait de musicien de l'année, on ne l'a pas lu dans la presse mais dans un livre, Freedom de Jonathan Franzen: celui de Richard Katz, musicien indie touché tardivement par «cet accident qu'est le succès», adoubé par Michael Stipe et Jeff Tweedy et dont les fans découvrent «le ressentiment que l'on peut éprouver lorsque votre groupe inconnu préféré se retrouve soudain sur les playlists de tout le monde». A lire également: «Jonathan Franzen, le Tolstoï de l'ère internet».


L comme... Lana del Rey

Vraie réussite musicale ou arnaque ultra-marketée? Pour l'instant, on ne dispose que d'une poignée de chansons pour s'écharper sur le cas Lana del Rey, «première chanteuse star de l'ère Facebook». Rendez-vous fin janvier avec son premier album, Born to Die, pour savoir si on restera suspendu à ses lèvres, avec une certitude: haters gonna hate.

M comme... Majors

Une de chute: avec le rachat à la découpe d'EMI par Universal et Sony, il ne reste plus que trois majors sur le marché. Un traumatisme national en Angleterre, à qui la maison de disques centenaire avait offert quelques uns de ses plus beaux fleurons: Beatles, Stones, Radiohead...

N comme... Noms (de groupe)

Un petit tour sur les playlists de fin d'année et quelques tendances se détachent: en 2011, le nom de groupe se portait de préférence plutôt court et bizarre (Blouse, Cheveu, Tennis) ou compliqué (Portugal The Man, Cage The Elephant, Foster The People). A quand le grand (éternel) retour du «The»? A lire également: «Les nouvelles figures de style des noms de groupe».

O comme... Originales (bandes)

Parce qu'il n'y a pas eu que Kavinsky dans Drive, petite sélection subjective de beaux moments ciné: une série B des Strokes (I'll Try Anything Once) qui enjolive un film raté (Somewhere), un vrai garde suisse et faux pape qui passe du Mercedes Sosa (Habemus Papam), le générique lentement flottant d'Un amour de jeunesse (The Water de Laura Marling et Johnny Flynn), le Bad Girl de Lee Moses exhumé par Bertrand Bonello (L'Apollonide), Jello Biafra qui s'égosille sur l'ouverture jouissive du Dharma Guns de FJ Ossang ou un type en maillot du Benfica qui susurre une chanson de slacker (L'Epée et la Rose). A lire également: «Les séries connaissent la musique».

A visionner: notre playlist YouTube des BO de 2011.

P comme... Pochettes

On a beau être largement passés au MP3 ou au streaming, la musique serait un peu triste sans la petite fenêtre cover de Spotify ou iTunes. C'est sûrement aussi ce que pensait Radiohead qui, pour King of Limbs, a imaginé un visuel très élaboré en forme d'«album-journal», nous donnant l'occasion d'une liste des "emballages" de disques les plus étranges de l'histoire.

Q comme... Quitter la scène

On parlait du retour élégant des Feelies: son symétrique parfait aura été les divorces par consentement mutuel de LCD Soundsystem et de R.E.M. Les premiers sont partis sur une série de concerts très courus, les second sur un titre qui résume tout (We All Come Back To Where We Belong) et un clip où Kirsten Dunst nous regarde pendant quatre minutes. A lire également: «La carrière de R.E.M. en vidéos» et «La révolution R.E.M.».

R comme... Retromania

Le livre-rock le plus important de l'année: en douze chapitres, le critique rock britannique Simon Reynolds, déjà auteur d'une histoire de référence du post-punk, rassemble en un même bouquet une série de phénomènes (l'archéologie des rééditions, l'émergence du rock curator, l'empire du rétro et du revival, la culture du sample...) qui font de nous les captifs consentants d'un grand musée du passé pop. Traduction française prévue en février chez l'éditeur Le Mot et le Reste.

S comme... Saxophone

L'instrument préféré de Bill Clinton a été très présent dans la musique pop mais a perdu un de ses serviteurs les plus connus, Clarens Clemons du E-Street Band de Springsteen. Ceux pour qui il était jusque-là synonyme d'horreurs à la Careless Whisper se seront eux consolés à l'écoute d'un des plus beaux albums de l'année, véritablement kaputt devant Destroyer.

T comme... Twitter

Plus besoin de lire des interviews ou des blogs de musiciens, ils réservent maintenant leurs punchlines et le récit de leur quotidien de tournée aux 140 signes de Twitter. On se sera ainsi bien amusés toute l'année à lire, dans des styles très différents, les comptes de Bethany Cosentino (Best Coast), Wayne Coyne (Flaming Lips), Tracey Thorn (Everything But the Girl) ou Liam Gallagher, auteur d'un double jeu de mots de génie après la victoire 6-1 de son cher Manchester City sur le terrain de l'ennemi United.

U comme... Un (numéros)

2011, ou l'année des divas: à elles cinq, Rihanna, Adele, Katy Perry, Lady Gaga et Britney Spears ont occupé près des trois quarts du temps la tête des charts singles aux Etats-Unis. Un phénomène qui n'empêche pas ces mêmes charts d'être sexistes, selon une récente étude.

V comme... Vingt-Sept (club des)

Le 23 juillet 2011, Amy Winehouse mourait à Londres à l'âge de 27 ans et dix mois. L'occasion pour les médias de ranimer les fantômes de Jimi Hendrix, Brian Jones, Jim Morrison, Janis Joplin et Kurt Cobain. Bref, du contesté «club des 27» auquel nous avions consacré en 2010 un article mentionnant... Amy Winehouse. A lire également: «Amy Winehouse, la naissance d'un mythe», «Amy Winehouse: peut-on mourir de ne plus boire?» et «La malédiction du club des 27 est un mythe».

W comme... Wilson (Brian)

Il avait d'abord laissé filtrer des morceaux du projet inachevé Smile, puis l'avait joué dans son intégralité en tournée et l'avait réenregistré avec son groupe: le génie des Beach Boys a fini par pousser cette logique à son terme en sortant enfin dans le commerce son album maudit, piraté par tous ses disciples depuis quatre décennies. La plus belle réédition de l'année et la plus mélancolique, mélange de «enfin!» et de «et si...».

X comme... X (génération)

La commémoration des vingt ans de Nevermind a résumé les ambiguïtés de la retromania actuelle, à la fois fructueuse (une version Deluxe du classique de Nirvana, enrichie du mixage original avant son «dopage» par Andy Wallace) et glauque («Cette rétrospective a un petit air obligé, [...] ce retour en force vient clairement d’en haut, pas du public», dixit Simon Reynolds). Préparez-vous pour la piqûre de rappel en 2014, quand on commémorera les vingt ans de la mort de Kurt Cobain. A lire également: «La longue traîne du grunge».

Y comme... Year-End Lists

Ceux qui n'aiment pas les listes de fin d'année se plaignent qu'internet les fait pulluler hors de proportion: pas faux, mais cela permet aussi à chacun de trouver liste à son pied, des meilleures et pires collaborations aux oubliés des tops en passant par les meilleures chansons de jogging. Car rappelons-le, les listes, c'est top.

Z comme... Zimmermann (Robert)

En 2011, on a beaucoup parlé de Bob Dylan sur Slate: ses soixante-dix ans (pour autant de chansons), les démêlés de sa tournée en Chine, la disparition de sa muse Suze Rotolo, les rumeurs l'annonçant pour le prix Nobel de littérature... Pour 2012, on attend avec impatience les cinquante ans de son premier disque en mars, une exposition à Paris et enfin son choix comme colistier pour la présidentielle par Barack Obama.

Jean-Marie Pottier

Jean-Marie Pottier Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).

Newsletters

«Roubaix, une lumière», territoire de la douceur

«Roubaix, une lumière», territoire de la douceur

Le nouveau film d'Arnaud Desplechin accompagne le travail d'un flic dans une ville violente et construit la possibilité d'un autre regard sur une réalité jamais édulcorée ni simplifiée.

Fausses couches, accidents et morts, l'autre facette de Woodstock

Fausses couches, accidents et morts, l'autre facette de Woodstock

L'image d'un festival Flower Power est un mythe qui occulte son côté destructeur.

Au Liban, l'inquisition gagne du terrain (et c'est inquiétant)

Au Liban, l'inquisition gagne du terrain (et c'est inquiétant)

Mashrou'Leila, un groupe de rock pro-LGBT, a vu son concert annulé cet été à Byblos à la suite des critiques du clergé, suscitant l'indignation de la société civile et des ONG.

Newsletters