Les meilleurs jeux de société pour Noël

Risk - Onyx Edition/derekGavey via Flickr CC License by

Risk - Onyx Edition/derekGavey via Flickr CC License by

Pour les cadeaux de Noël, il y a les jeux vidéo, les trains électriques et les téléphones mobiles, la cravate ou la chemise et le bon d’achat. Mais il y a aussi les jeux de société, pour tous les âges et tous les goûts.

Depuis plusieurs années, l’offre s’est incroyablement diversifiée en la matière et, d’un coup d’un seul, les Monopoly, Pictionnary, Trivial poursuit, Scrabble et Docteur maboul prennent un sacré coup de vieux. Pour jouer, en famille, entre amis ou en couple, petit tour d’horizon rapide des jeux de société sortis ces dernières années et qui mériteraient de figurer dans vos placards.

Les jeux à deux

Il est de nombreux jeux de société auxquels il est possible de jouer à deux. Mais des jeux spécifiquement conçus pour deux personnes sont de plus en plus nombreux et certains sont excellents.

Guerre Froide: CIA vs. KGB

Sorti en 2007, ce jeu est un petit bijou. Un des joueurs incarne le KGB et l’autre la CIA pour tenter de prendre le contrôle de plusieurs pays (Afghanistan, Chili, Egypte, Vietnam, Panama, Turquie) et tous les coups sont permis. Le système est assez proche de celui du Black jack: il s ‘agit d’atteindre et de ne pas dépasser la valeur du pays en jeu (9, 11 ou 13 en fonction des pays) en piochant des cartes. Ces cartes, en plus de leur valeur (de 1 à 6) ont également des fonctions qui peuvent vous permettre de chiper d’autres cartes à votre adversaire ou d’en éliminer chez lui (ou chez vous si vous dépassez le score).

Chaque manche s’ouvrant avec le déploiement (caché) d’un agent (le maître espion peut vous permettre, par exemple, de l’emporter si vous avez perdu), bluff et coups tordus sont au programme.

-Catégorie: Bluff, stratégie
-Durée moyenne d’une partie: 30 minutes

Kahuna

Jeu de plateau utilisant des cartes, Kahuna voit s’opposer deux sorciers pour le contrôle magique d’un archipel. Une carte d’une île permet de poser un pont magique entre cette île et une autre. Quand on détient la majorité des liaisons d’une île, cette île vous appartient. Subtilité importante: une île qui passe sous le contrôle d’un joueur perd tous les ponts magiques de la couleur de l’autre. Aussi, en cascade, la perte d’une seule île peut entraîner la perte de plusieurs îles voisines. Vous l’aurez compris, voilà un jeu où il faut savoir calculer, se montrer patient et parfois retors.

-Catégorie: Stratégie
-Durée moyenne d’une partie: 40 minutes

1960: Kennedy contre Nixon

On change de calibre avec un jeu de plateau, un vrai, sans doute davantage destiné aux habitués du genre. 1960: Kennedy contre Nixon propose ainsi de revivre ce qui fut l’élection la plus serrée de l’histoire des Etats-Unis. A l’aide de cartes et de pions, les deux camps, démocrate et républicain, s’affrontent pour l’emporter. Visuellement, le jeu est superbe et la mécanique de jeu est absolument merveilleuse, avec un système de cartes à double effet, pouvant être utilisée pour leur valeur (forte ou faible) ou pour la fonction qui leur est accolée.

Ces cartes sont au cœur du système et permettent de recréer des éléments clés de la campagne: la question du catholicisme de Kennedy ou le fait que Nixon apparaissait toujours comme mal rasé et transpirant (ce qui le plombait à la télévision). Il ne faut naturellement négliger aucun domaine: les médias, l’économie, mais aussi et avant tout les électeurs, le dernier tour étant celui du décompte des voix. Un jeu passionnant de bout en bout, destiné à un public appréciant les jeux.

-Catégorie: Stratégie, simulation, jeu de plateau
-Durée moyenne d’une partie: 90 minutes

Les jeux entre copains

Il en faut pour tous les goûts: pour ceux qui aiment bien jouer et en ont l’habitude comme pour ceux qui pensent que c’est plus de leur âge ou que c’est bien trop compliqué…

Les Colocs

Ce jeu de cartes, d’un humour franchement douteux,  permet à plusieurs adultes de simuler leur vie commune dans un même appartement. Après avoir tiré une carte correspondant à votre occupation du moment (batteur, bibliothécaire, serveuse, technicien de hotline, etc.) vous devez faire votre possible pour atteindre votre «objectif glandouille.» Pour cela il convient de vous adonner à des activités (dodo, télé, jeux de rôles) d’acheter des choses (clopes, alcool) ou de recevoir de la visite (chats, amis rigolos) dans la limite de votre temps libre et de vos revenus.

Mais les autres joueurs peuvent vous gêner: la carte «plan cul» peut avoir des effets désastreux sur les cartes «dodo» de vos voisins de gauche et de droite et l’arrivée intempestive du taxeur habituel (généreusement envoyé par un de vos colocs) peut faire rapidement disparaître vos paquets de cigarettes. Bref, on rigole, on se fait des coups en douce, le hasard joue un assez grand rôle et les parties sont courtes: idéal pour un début de soirée.

-Genre: jeu de carte, ambiance
-2 à 5 joueurs
-Durée moyenne d’une partie: 20 minutes.

Pandémie

Les joueurs incarnent les membres d’une organisation sanitaire mondiale chargée d’endiguer quatre épidémies mortelles et de trouver les vaccins pour les éradiquer. Raconté comme cela, Pandémie ne fait pas forcément rêver.

Pourtant, ce jeu de plateau est une véritable merveille, bien pensé, avec un matériel superbe et une donnée qui change tout: les joueurs ne jouent pas les uns contre les autres, mais ensemble contre le système. On gagne tous ou on perd tous. Chaque joueur dispose d’une capacité spéciale que les autres n’ont pas. Les foyers d’infections étant tirés au hasard au début de la partie et les rôles pouvant varier, aucune partie ne ressemble à une autre.

Pandémie est une course contre la montre: il faut en effet avoir trouvé les 4 vaccins avant que la pioche des cartes soit épuisée. Mais il faut aussi empêcher que les maladies ne se répandent trop ou que la surinfection d’une ville ne provoque l’infection des villes voisines avec, parfois, des effets boule de neige qui peuvent faire perdre la partie. Chaque partie est donc très tendue, car il ne faut jamais se reposer sur ses lauriers et, surtout, tirer partie des compétences de chacun tout en coordonnant ses actions, bref: faire à chaque tour des choix qui peuvent s’avérer payant ou désastreux.

-Genre: Stratégie, plateau
-2 à 4 joueurs (une extension actuellement épuisée mais bientôt rééditée permet de jouer à 5)
-Durée moyenne d’une partie: 45 minutes

Antique

Sorte de mélange réussi de Civilisation et du Risk. Boite splendide, matériel de toute beauté et système d’une très grande élégance sont au programme. Sur l’un des deux plateaux (Haut-Empire Romain ou Conquêtes d’Alexandre le Grand, au choix), les joueurs peuvent ainsi lever des ressources, déplacer des troupes, bâtir des villes, des temples ou des merveilles et, par des dépenses adéquates, obtenir des progrès techniques (ex: navigation), économiques (ex: monnaie) ou politiques (ex: démocratie) pour leurs civilisations respectives.

Le but du jeu est d’obtenir, pour son camp, un certain nombre de personnages prestigieux. Ils peuvent être des rois, des savants, des généraux, des navigateurs ou des citoyens. Ces personnages peuvent être obtenus en bâtissant des cités (pour les rois), en détruisant des temples adverses (pour les généraux), en occupant des espaces maritimes (pour les navigateurs).

Autant le dire toute de suite, une stratégie trop monolithique est vouée à l’échec: passer son temps à bâtir des cités ou à agresser ses voisins est le meilleur moyen de perdre. Il faut jouer, subtilement, sur tous les tableaux. Avec ses règles d’une grande simplicité et qui ne laissent pas de place au hasard, Antique est un petit bijou stratégique.

-Genre: Stratégie, diplomatie
-De 2 à 6 joueurs
-Durée moyenne d’une partie: 2h30

Le coin des enfants

Oui, il y a une vie après les petits chevaux!

6 qui prend!

Un jeu pour les petits et les grands (la boîte indique à partir de 10 ans, mais on peut y jouer dès 8 ans) et qui consiste à se débarrasser de ses cartes en en récoltant le moins possible. Chaque joueur reçoit dix cartes au début de la partie, avec une valeur allant de 1 à 110 et un nombre, variable, de tête de bétail (de un à sept). A chaque tour, les joueurs doivent jouer une carte, découverte simultanément et qui doit être placée à côté de la carte déjà posée sur la table et da la valeur la plus proche ET inférieure à celle posée. On forme ainsi des colonnes et le joueur qui pose la sixième carte sur une colonne ramasse les cinq cartes précédentes, la carte qu’il vient de poser devenant la nouvelle base. Les avis sur ce jeu sont partagés: jeu de stratégie indéniable pour ceux qui gagnent; jeu de pur hasard pour ceux qui perdent!

-Genre: jeu de cartes, hasard et stratégie
-Pour 2 à 10 joueurs
-A partir de 8-10 ans
-Durée moyenne d’une partie: 15 minutes

Les Aventuriers du rail

Ce jeu de plateau, sorti en 2004, a connu depuis un grand succès, tout à fait mérité, et de nombreuses éditions (Europe, Scandinavie) ainsi que des extensions, signe, bien souvent de la bonne santé d’un jeu.

Jeu de plateau, les Aventuriers du rail place les joueurs dans le fauteuil des barons du rail de la fin du XIXe siècle, aux Etats-Unis ou en Europe (deux versions existent, avec de petites variantes). Les joueurs doivent en effet bâtir des lignes de chemin de fer reliant des villes les unes aux autres. Pour cela, on pioche des cartes de couleurs, correspondant au tracé des lignes sur le plateau. Chaque liaison obtenue (en possédant un nombre de cartes correspondant au nombre de cases et à la couleur de la route) rapporte des points. Les cartes objectifs, elles, demeurent cachées: elles permettent à un joueur de gagner des points supplémentaires s’il est parvenu à relier les deux villes mentionnées sur les cartes dont il dispose, ajoutant une grande incertitude au jeu. Abattues lors du décompte final, elles peuvent modifier considérablement la donne. Un jeu simple et plutôt court, mais non dénué de finesse.

-Genre: plateau, stratégie
-Pour 2 à 5 joueurs
-A partir de 8 ans
-Durée moyenne d’une partie: 45 minutes

La salade de cafards

Un petit jeu de carte tout simple: on partage équitablement toutes les cartes entre les joueurs et, chacun son tour, on doit poser une carte face ouverte en annonçant ce qui y figure: tomate, salade, poivron ou chou-fleur. Mais attention: le chef, en cuisine, qui entend le nom des ingrédients que ses apprentis (les joueurs) utilisent, n’est pas content si on place deux fois de suite le même ingrédient dans la salade. Si votre voisin de droite a posé une carte tomate (en annonçant «tomate!») et que vous tirez, à votre tour, une tomate, il faut annoncer autre chose: poivron, chou-fleur ou salade. Une trop longue hésitation ou une erreur et vous ramassez toutes les cartes tirées et les réincorporez à votre paquet. Il peut également arriver que vous tiriez une carte «cafard» liée à un des légumes: ce légume devient alors tabou et son nom de doit plus être prononcé… quand bien même vous tirez une carte correspondante. Le premier à s’être débarrassé de toutes ses cartes a gagné. Un jeu rapide et drôle, pour petits et grands.

Il en existe de nombreuses variantes, toutes aussi réussies.

-Genre: Cartes, rapidité

-De 2 à 6 joueurs
-A partir de 6 ans
-Durée moyenne d’une partie: 15 minutes

Antoine Bourguilleau