France

Penser la France

Temps de lecture : 2 min

Quatre conceptions de notre pays s'opposent. On peut mourir pour un territoire, une culture ou des valeurs. Qui mourrait pour un hôtel?

La garde républicaine défile le 14 juillet Jean-Paul Pelissier / Reuters
La garde républicaine défile le 14 juillet Jean-Paul Pelissier / Reuters

En cette période de fêtes, où vont se multiplier les conversations en famille et entre amis, le moment est propice pour poser les fondements de projets d’avenir. Chacun, à un moment ou un autre de cette quinzaine, posera le bilan de l’année écoulée, prendra des engagements et fera la liste de ses projets pour l’année à venir. Chacun, pour en décider, se fondera sur une certaine conception de son identité, réelle et rêvée; sur ce qu’il croit essentiel à défendre et à conquérir: il faut savoir qui on est et qui on veut être, pour choisir qui on souhaite rester ou devenir; et comment y parvenir .

Il en va de même pour la communauté nationale: avant même de commencer à réfléchir aux choix que chacun devra faire au moment des prochaines échéances électorales, il faudrait oser expliciter l’idée qu'on se fait de la France, des valeurs qu’elle doit défendre, et de ce qu’elle doit devenir.

Aujourd'hui, quatre conceptions de notre pays s'opposent, définies chacune par ce qui, aux yeux de ceux qui la défendent, constituent l’identité du pays. Ces quatre conceptions, rarement explicitées, constituent en fait les soubassements de toutes les positions politiques possibles. D’elles découlent tous les projets politiques imaginables.

1 Un territoire

Pour certains, la France est d'abord définie par son territoire. C'est lui qu'il faut défendre et mettre en valeur. Pour ceux qui pensent ainsi, rien ne vaut plus que les frontières; rien n'est plus important que ceux qui sont nés sur ce territoire, qui en sont seuls propriétaires. La politique se réduit donc à sa mise en valeur, et à sa défense.

2 Une langue et une culture

Pour d'autres, la France est définie par une langue et une culture; ce sont elles qu'il faut défendre et promouvoir avant tout. Et pour cela, la priorité du politique doit aller à l'éducation, à la culture, à la défense de l’usage du français, à sa promotion dans le monde. Tout étranger est donc bienvenu à condition qu’il apprenne et parle parfaitement notre langue et qu’il accepte notre mode de vie; il faut en particulier attirer les meilleurs créateurs, les meilleurs étudiants.

3 Des valeurs universelles

Pour d'autres encore, la France est définie par des valeurs, qu'il faut défendre à tout prix, en France et ailleurs: la liberté, l'égalité, la fraternité, les droits de l'homme. Pour ceux-là, le plus important est de construire et de défendre un Etat de droit et un système économique et social conformes à ces valeurs, de les exporter, de construire une Europe et un monde conforme à ces idéaux.

4 Un simple lieu de vie

Pour d'autres encore, la France n’est plus définie que comme un simple lieu de vie, où chacun doit se sentir heureux et avoir des perspectives personnelles; et chacun doit se sentir libre d’en partir s'il n'en obtient pas ce qu'il en espère. Pour ceux-là, la France n’est qu’un hôtel parmi d’autres, avec lequel aucun client, aucun employé, n’a de lien particulier; et elle doit donc d’abord offrir, si elle veut retenir sa jeunesse, un bon système de santé, de sécurité et des emplois.

Chacune de ces façons de penser la France est apparue successivement, dans cet ordre, à diverses étapes de notre Histoire; chacune se nourrit de la précédente; elles sont de plus en plus virtuelles, de plus en plus abstraites, de moins en moins assumées, de moins en moins discutées: on peut mourir pour un territoire, une culture ou des valeurs. Qui mourrait pour un hôtel?

On ne peut espérer défendre simultanément ces quatre conceptions: la rareté des ressources force, plus que jamais, à des choix. A chacun de nous d’oser assumer ce que nous rêvons pour la France, avant de choisir son avenir.

Jacques Attali

Cet article est également publié par L'Express

En savoir plus:

Jacques Attali

Newsletters

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Charles Aznavour est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans. Après Edith Piaf, il était sûrement le chanteur français le plus connu à l’étranger. Pour Slate.fr, Bertrand Dicale, auteur de Tout Aznavour (First Editions) ...

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Newsletters