Pourquoi les Américains détestent les Français

La mascotte de l'équipe de france de rugby en 2003 à Brisbane en Australie, REUTERS/Jacky Naegelen

La mascotte de l'équipe de france de rugby en 2003 à Brisbane en Australie, REUTERS/Jacky Naegelen

Dans les débats politiques aux États-Unis, «français» est une insulte. Un journaliste américain de Slate.com nous explique d'où vient toute cette haine.

Une nouvelle publicité produite par un groupe de soutien libéral américain montre [le candidat à la présidence] Mitt Romney parlant français. En bas de l’écran, les sous-titres traduisent un discours bien différent, démontrant que l’homme est un opportuniste. Des partisans de George W. Bush avaient accusé John Kerry de «ressembler à un Français» pendant la campagne de 2004. Mais pourquoi les Américains détestent-ils autant les Français?

Une grande partie de cette hostilité est imputable aux Anglais. Dès les premières années de la République française, pour les Américains la France représenta tout ce que les États-Unis n’étaient pas et tout ce qu’ils ne voulaient surtout pas devenir. Alexander Hamilton disait: «Il n’existe pas de vraie ressemblance entre ce qui fut la cause des États-Unis et ce qui est la cause de la France.» (Pour lui la première était la liberté et la seconde, la licence).

Quoiqu’il en soit, on peut faire remonter beaucoup de nos préjugés anti-français à la joyeuse Angleterre, qui a passé des siècles à combattre son rival de l’autre côté de la Manche. Aujourd’hui, quand des Américains font référence à la France pour critiquer un politicien, ils exploitent toute une gamme de vieux stéréotypes dont certains ne sont plus valables et dont beaucoup étaient injustes dès le départ. Pourtant, il semblerait que ces points de vue soient inébranlables. Voici cinq des sentiments anti-français les plus courants, chacun agrémenté d’un bref résumé historique.

1 Les Français sont efféminés et poltrons

Les Américains ont hérité ce cliché de leurs ancêtres britanniques. À la fin du XVIe siècle, un Anglais tournait la langue française en ridicule en la qualifiant de «délicate mais résolument charmante, telle une femme osant à peine entrouvrir les lèvres de peur de gâter sa mine.»

La caricature a gagné en vigueur pendant la Seconde Guerre mondiale, après que l’armée allemande a balayé la ligne Maginot et envahi Paris en quelques semaines, et elle a connu un renouveau quand Jacques Chirac s’est opposé à l’invasion de l’Irak en 2003.

Colin Powell avait accusé l’ex-ministre français des Affaires étrangères Hubert Védrine [qui avait condamné l’invasion américaine en Irak] «d'avoir des vapeurs,» et le républicain John McCain avait déclaré «Ils me font penser à une actrice de cinéma des années 1940 sur le retour qui minaude pour se faire inviter à dîner mais qui n’en a plus les moyens.» L’illustration moderne la plus célèbre de ce stéréotype vient peut-être de Willie, le jardinier de la série des Simpson, qui dans un épisode de 1995 qualifie les Français de «singes capitulards mangeurs de fromage

2Les Français sont corrompus et manquent d’idéalisme

Peu après l’indépendance, l'affaire XYZ, lors de laquelle des diplomates français tentèrent de vendre leur influence à des émissaires américains, choqua les Américains. Le temps passant, ils devinrent si convaincus de la corruption des Français qu’ils furent prêts à croire même les mythes les plus extravagants. Pendant la Première Guerre mondiale, les journaux de Hearst racontaient que le gouvernement français faisait payer un loyer aux soldats américains pour les laisser utiliser les tranchées. De retour au pays, ces derniers se plaignirent que les hôteliers et commerçants français les avaient dupés. Les partisans de l’invasion de l’Irak en 2003 ont beaucoup joué sur cette vision des choses, et avancé que Saddam Hussein avait acheté Chirac avec des promesses de pétrole.

3Les Français sont trop théoriques

Une vieille blague (PDF) circule à Washington, sur un comité international qui regarde fonctionner une toute nouvelle invention. Alors que toute l’assistance est impressionnée, le représentant français s’inquiète: «De toute évidence ça marche d’un point de vue pratique, mais est-ce que ça va fonctionner en théorie?» Le cliché du Français sceptique et nombriliste semble venir de Grande-Bretagne. Dans son ouvrage de 1793 L'exemple de la France, avis à la Grande Bretagne, l’Anglais Arthur Young rendait hommage à «l’aversion constitutionnelle de la théorie, de toute confiance dans les raisonnements abstraits» des Britanniques. Ce n’est qu’une déclaration parmi tant d’autres, dont certaines remontent à la moitié du XVIIe siècle.

4La France est élitiste

L’image d’une élite dirigeante snob est surtout associée à celle de Marie-Antoinette suggérant que les pauvres, faute de pain, n’avaient qu’à manger de la brioche. Et puis il y a cette déclaration apocryphe de Louis XIV: «L'État, c'est moi». Aujourd’hui, nombre de hauts fonctionnaires français sortent de la même école, l’École Nationale d'Administration. Quand les politiciens américains accusent leurs opposants de sympathies françaises, c’est souvent une façon indirecte de les taxer d’élitisme. John Kerry a refusé de donner des interviews en français pendant sa campagne de 2004, et George H.W. Bush a lui aussi évité de parler la langue de Molière. Bien que les deux hommes aient la réputation de la maîtriser relativement bien, eux aussi ont eu peur de se faire taxer d’élitisme.

5La France est collectiviste et ne respecte pas les libertés

Il existe un contraste lourd de sous-entendu entre l’idéal américain de «vie, liberté et poursuite du bonheur» et la devise française «liberté, égalité, fraternité.» Le projet français a toujours mis un fort accent sur l’unité et sur une culture politique, sociale et économique cohérente. Souvent, lors des débats politiques, accuser une proposition d’être française est une manière de la qualifier de socialiste [ce qui pour un Américain frôle dangereusement le communisme].

L’explication remercie Justin Vaïsse de Brookings.

Brian Palmer

Traduit par Bérengère Viennot