Les îles ou le choc de Robinson

[FOLIES DE VOYAGE 5/5] Chaque année, quelques centaines de touristes craquent à l'étranger, incitant certains spécialistes à parler de «syndromes du voyageur» très contestés. Cinquième et dernière étape de notre cartographie de ce phénomène avec les crises observées sous les tropiques.

Une petite fille saute à la mer sur l'île de Pâques. REUTERS/Carlos Barria.

- Une petite fille saute à la mer sur l'île de Pâques. REUTERS/Carlos Barria. -

Touristes pris d'un étrange accès de folie face à un tableau de maître, routards en plein délire mystique sur les routes de l'Inde, Japonais qui dépriment à Paris, vagabonds se prenant pour le Messie à Jérusalem, Robinsons occidentaux échoués sur les plages de Tahiti... Quelques centaines de voyageurs «décompensent» chaque année à divers points du globe au cours de ce que les psychiatres appellent «voyages pathologiques», la grande majorité de ces touristes ou expatriés souffrant déjà d'un trouble psychiatrique avant leur départ. Certains spécialistes font eux l'hypothèse de l'existence d'un «syndrome du voyageur». Au-delà des définitions, une cartographie culturelle se dessine en pointillés, comme si «là où l'on allait» délirer dépendait aussi de «là d'où l'on venait». Tour du monde en cinq étapes.

***

L'île telle qu'on la voit représentée sur les dépliants touristiques, avec ses plages de sable blanc et ses eaux turquoises, est un mythe à elle seule. Dans l'imaginaire de ceux qui vivent sur un continent, elle est la destination de rêve par excellence, le symbole absolu du dépaysement. Ce «fantasme occidental» dont parle le psychiatre Régis Airault, qui a lui-même vécu plusieurs années sur une île, à Mayotte, convoque une imagerie assez naïve et désuète.

Dans une étude consacrée aux voyages pathologiques à Tahiti, co-écrite en 1993 par des psychiatres du Centre hospitalier de Polynésie française, trois mythes «qui sous-tendent les velléités des voyageurs en partance pour la Polynésie» ont été dégagés. Le mythe du Robinson, tout d'abord, concerne les «exilés volontaires à la recherche de l'île déserte, où ils pourront se retrouver et mesurer l'essentiel de leur être dans un grand face-à-face avec une nature vierge et rebelle».

Le mythe du bout du monde fait lui appel aux «lieux mystérieux et lointains, en général difficiles d'accès, qui apparaissent en communication par des canaux, plus ou moins mystérieux, avec les forces vives du cosmos, où se situent les restes de civilisations disparues, civilisations "mères" détentrices du grand secret». Les auteurs citent l'île de Pâques ou celle de Rapa en exemple.

Enfin, le mythe de la Nouvelle Cythère, «le plus connu et le plus galvaudé», notent les auteurs, s'inscrit lui dans la pensée rousseauiste: «C'est le mythe de "l'île de Félicité, où règne la volupté", chère à la pensée du XVIIIème siècle; celui du bon sauvage sans vice parce qu'innocent, et encore à l'"état de nature": l'enfance de l'humanité.»

Distance kilométrique

Les auteurs donnent l'exemple d'un Belge en proie à un état délirant qui s'était rendu sur l'île de Rapa pour «redresser l'axe de la Terre» et «conduire le peuple d'Israël sur le continent Antarctique», puis d'un jeune métropolitain sans antécédents psychiatriques qui était venu à Tahiti pour y refaire sa vie, et qui, face à une «désillusion totale», avait sombré dans la dépression et fait une tentative de suicide. «Il s'agit d'un voyage non pathologique chez un sujet ayant développé par la suite une pathologie […] suite à la confrontation avec la réalité des antipodes», estime l'étude.

Pour autant, aucun terme spécifique n'a été établi à ce jour pour désigner les voyageurs en proie à un état délirant lors d'un séjour sur une île tropicale. Régis Airault parle ainsi à la fois de «syndrome des îles ou insulaire, d'Hawaï, de Tahiti, de la Réunion et de Mayotte».

Au Centre hospitalier de Polynésie française, «environ quatre ou cinq voyageurs ont été admis ces dernières années», estime Michel Mardina, infirmier psychiatrique. Tous avaient un profil semblable: des jeunes métropolitains âgés de 18 à 35 ans, présentant des troubles psychiatriques, instables sur le plan affectif et souvent sans emploi. «Il s'agit de gens qui sont en errance, qui débarquent avec un sac à dos et sont souvent en rupture de traitement», note l'infirmier. «Ils viennent sur un nom qui fait rêver, sur un mythe. Ils se disent: "Pourquoi pas essayer de recommencer ailleurs?" Ils espèrent mettre une aussi grande distance entre eux et leurs problèmes que la distance kilométrique qu'il y a entre la métropole et Tahiti.»

Absence d'échappatoire

Des rêves de vie facile et d'abondance plein la tête, ces jeunes routards sont vite confrontés à la réalité à leur arrivée: un marché de l'emploi saturé et un coût de la vie très élevé. «La pathologie refait alors surface parce qu'ils ne trouvent pas ce qu'ils cherchaient. Ils décompensent et arrivent à l'hôpital en état de crise, sur un mode qui ressemble à une bouffée délirante», poursuit l'infirmier.

Déprime et sentiment de solitude attendraient aussi souvent au tournant les métropolitains sans antécédents psychiatriques qui plaquent tout pour aller vivre au soleil, dans les Dom-Tom. «Si l’on devait identifier un syndrome insulaire, ce serait plutôt un syndrome dépressif réactionnel à l’isolement, le sentiment d’absence d’échappatoire, d’étouffement communautaire, d’impossibilité de communiquer», estime à Tahiti le psychiatre Stéphane Amadeo, co-auteur de l'étude précitée. Les forums de métropolitains expatriés sous les tropiques évoquent souvent ce spleen, et il existe même un guide pratique destiné à ceux qui partent s'installer aux Antilles. Là encore, la carte postale s'avère trompeuse.

«Des pétages de plombs, on en a partout»

Au terme de ce voyage dans les folies touristiques, de l'Italie à l'Inde en passant par la France et Israël, une question demeure: sommes-nous donc prédisposés à décompenser dans certains endroits plus qu'ailleurs? Dans des lieux chargés d'histoire, de spiritualité ou tout simplement idéalisés quand on les contemple de loin, depuis chez soi? La communauté psychiatrique est divisée à ce sujet et peu de travaux actuels tentent de l'aborder d'un point de vue global.

La classification de «syndrome du voyageur» n'est d'ailleurs pas utilisée aujourd'hui chez les assureurs. Catherine Port-Arondelle, directrice médicale adjointe chez Mondial Assistance, utilise les termes d'«épisodes délirants» pour désigner les voyageurs qui sont rapatriés après avoir craqué lors d'un séjour à l'étranger:

«C'est très difficile de poser l'étiquette de "syndrome du voyageur", on ne le reconnaît pas de façon formelle. Des pétages de plombs, on en a partout, dans le monde entier. On en a eu dernièrement en Chine, au Maroc et en Turquie. Il y a des gens qui, dans un contexte hors habitudes, peuvent déclencher un épisode délirant.»

L'utilisation du terme de syndrome est considérée comme abusive par de nombreux psychiatres, et son rattachement à des lieux spécifiques fait craindre une surenchère de son emploi. Comme le dit avec humour Youcef Mahmoudia, psychiatre à l'Hôtel-Dieu:

«Au rythme où l'on va, toutes les capitales auront bientôt leur syndrome. Pourquoi pas le syndrome de Ouagadougou?»

Annabelle Georgen

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
L'AUTEUR
Annabelle Georgen est correspondante à Berlin pour la presse magazine francophone Ses articles
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
D'autres ont aimé »
Publié le 26/12/2011
Mis à jour le 04/06/2012 à 16h17
0 réaction