Culture

Avec Twitter, le silence est encore du Mozart

Jean-Marc Proust, mis à jour le 20.12.2011 à 17 h 28

Bonne nouvelle: grâce à Twitter, on peut désormais suivre un opéra en direct sans avoir à subir la musique. Exemple avec le LT de Don Giovanni à la Scala.

La «première» de Don Giovanni à la Scala, le 7 décembre 2011. REUTERS/Brescia/Am

La «première» de Don Giovanni à la Scala, le 7 décembre 2011. REUTERS/Brescia/Amisano Teatro alla Scala

Traditionnellement fixée le 7 décembre, l’ouverture de la saison de la Scala de Milan est un grand événement lyrico-mondain où se presse le gratin de la mode, des affaires, de la politique et quelques amateurs de belles voix. La soirée commence par l’hymne national et se poursuit par des dîners en ville fort chics. Noeud pap’ de circonstance. Mario Monti est de la fête.

Pourtant, cette année, il y avait mieux que la salle aux mythiques velours rouges. La Scala a annoncé l’événement sur Facebook puis live-tweeté le spectacle durant trois heures: un opéra silencieux, à peine troublé par des clics de souris.

Sur Arte, la retransmission en léger différé commence vers 19 heures. L’audience est honorable pour un opéra en prime time: 304.000 auditeurs. Les twittos sont au rendez-vous; le hashtag, le mot-clé qui rassemble tous les messages, c’est #jetzt. Et on peut rassurer ar_melle:

«Quelqu'un livetwitte le don giovanni sur #arte ? #mozart #opera

Oui, Armelle. Et ce quelqu’un c’est @teatroallascala, en toute simplicité.

Le live tweet de Don Giovanni est assuré en deux langues: anglais et italien. La Scala l’agrémente de photos (twitpics) et de mini-vidéos, qui retracent la soirée de bout en bout. C’est-à-dire l’avant-spectacle, l’opéra, les applaudissements, sans oublier l’entracte.

On refait le match: première mi-temps

17h45: Stéphane Lissner, surintendant de la Scala, livre ses impressions en italien, tandis que Barbara Frittoli et Robert Carsen papotent «nei camerini/ in the dressing rooms».

mozart1

Peu après, @Bryn_Terfel (qui chante Lepoprello) tweete l’affiche du spectacle. Auparavant, il donnait ses impressions avant ce match décisif. «Well. Here we go. First night, Don Giovanni. La Scala. Mattei next door warming up. Frittoli singing Mi tradi next door. Exciting stuff!!»

mozrt2

18h52 : une vidéo de traviolle (yfrog) nous montre l’arrivée du maire de Milan («L'arrivo del Sindaco Giuliano Pisapia. The Major of Milan»). Une autre, même cadrage, floue, celle de Mario Monti. Une troisième est consacrée à «l'arrivo di Giorgio Napolitano/our President».

Don Giovanni? Berlusconi est dans toutes les têtes. S’il n’est pas là, en revanche, sa fille Barbara est de la fête et elle prend la pose avec Alexandre Pato, joueur du Milan AC, explique Ducktumblr (parmi d’autres fans du calcio).  Perfide, LiaCeli imagine le dialogue des tourtereaux: Don Giovanni? «No, caro, non è un parroco che canta» (non, ce n’est pas un curé qui chante).

CQFD: le 7 décembre, la Scala, c’est the place to be.

La pression monte. Roberto Bolle, danseur étoile à La Scala, montre la loge d’honneur: dans les rouge et or, on distingue Mario Monti (enfin, on l’imagine).

mozart3

18h56 : dans les vestiaires, Daniel Barenboïm s’apprête à rejoindre la fosse d’orchestre (“va in buca...” nous tweete joliment la Scala). Stéphane Lissner lui donne une accolade. On songe dans cette courte vidéo aux joueurs qui s’apprêtent à entrer dans un stade...

Deuxième mi-temps

19h00: On joue l’hymne national italien, le public se lève et quelques têtes se tournent vers l’arrière c’est-à-dire vers Monti. A la fin, on applaudit. Le match peut commencer.

19h07: Un homme traverse la salle, monte sur scène. C’est Don Giovanni.

La Scala commence alors son LT du spectacle, l’agrémentant de photos : meurtre du Commandeur, arrivée de @AnnaNetrebko (elle a un compte Twitter) et #Giuseppe_Filianoti (pas lui).

Dans le stade, ça s’agite.

Ce ténor fait pitié, estime Tito Faraci tandis que Fred Wauters s’énerve:

«C'est quoi ce tenor de merde? avant de préciser son appréciation: «Il est immonde oui: justesse approximative, aucun sens du rythme, zéro intonation. Le Vincent Delerme de la Scala»

De son côté, jpthiellay estime que «Bryn Terfel en leporello est fichtrement fatigué...» et Musicasola ironise: «C'est une blague, ce clavecin façon 1930, ce Leporello chevrotant?»

Imperturbable, @teatroallascala poursuit: air du catalogue, arrivée de Zerlina et Masetto (tiens! le hashtag #Štefan_Kocán’s ne fonctionne pas, question d’accent slovaque sans doute) avant de nous emmener, côté coulisses, dans la salle de presse (où l’on voit que les critiques d’opéra tra-vail-lent, oui Monsieur). De temps à autre, la Scala prend le temps de remercier un twitto pour ses encouragements.

Il est presque 20h et «Don Giovanni cerca di sedurre Zerlina….e ci riesce! Incredibile chimica artistica tra Peter Mattei e Anna Prohaska», c’est l’air fameux «La ci darem la mano». La photo est explicite, on ne voit rien, c’est donc que c’est coquin.

Dans le stade, il y a des supporters satisfaits. Le Tourangeau paulpapon commente: «La ci darem la mano... Don Giovanni ce soir sur Arte, parfait pour emmerder des voisins amateurs de mauvais rap à haut volume.»

Entracte avec un coup d’oeil au foyer, où les smokings voisinent avec micros et caméras, puis second acte (on vous passe les péripéties, c’est un clasique après tout) avec, toujours, des photos pour accompagner le live-tweet de la Scala. Jusqu’au baisser de rideau: «è il momento degli applausi / time for applause».

Le compte Twitter de la Scala ne mentionne pas, modeste, les 12 minutes d’applaudissements, invitant l’internaute à jeter un oeil sur la vidéo teasing de Don Giovanni, sur youtube. Suivent quelques photos backstage (ici, ...).

Italie:1 - Mozart:0? C’est l’avis de Musicasola , décidément très colère (et qui a craqué au bout de 45 minutes): «#Mozart massacré à la Scala triomphe au pays des Maultaschen». Vérification faite: les Maultaschen sont des raviolis allemands.

Déguisé en giannicatalfamo, Pierrot le foot note les joueurs:  «#DonGiovanni: 1Netrebko 2Mattei 3Terfel 4Frittoli e il finale a sopresa mi ha davvero sorpreso.»

Fin de partie

La soirée est finie. Des internautes remercient la Scala de ce live tweet inédit. La prochaine fois, ils y seront peut-être associés. Aux Etats-Unis, les orchestres réservent désormais des places privilégiés aux twittos. Les «tweet seats» «sont réservés exclusivement aux adeptes du réseau social Twitter à qui l'on demande de ne surtout pas éteindre leur téléphone intelligent pour mieux parler à l'ensemble de leur communauté numérique et même interagir avec la production, pendant le spectacle, par l'entremise des réseaux sociaux», relate Fabien Deglise pour Le Devoir, citant les exemples du Lyric Opera de Kansas City, du Cincinnati Symphony Orchestra, du Carolina Ballet de Raleigh, du Dayton Opera de l'Ohio et du Goodspeed Opera House d'East Haddam (Connecticut):

«C'est fantastique de suivre en direct les réactions du public face à l'orchestre, à la direction de l'orchestre et aux confidences qu'on leur envoie des coulisses», dit Chris Pinelo, du Cincinnati Symphony Orchestra qui a déplié des «tweet seats» dans sa salle. «Des spectateurs reviennent par la suite à cause de ça parce qu'ils ont aimé ces interactions.»

Il est presque 23 h et voici le dîner de Mario Monti qui s’achève, sous le regard de Roberto Bolle. On en oublierait presque que la crise sévit mais la dépêche de Reuters tombe: «Don Giovanni meets austere Italy at La Scala opening», signalant des manifestations à proximité du théâtre. Sur une pancarte photographiée par Andrea Marino, on peut lire: «La gente morira di fame»...

mozrt4

Du coup, on trouve sur Twitter quelques traces de rares manifestations, La Stampa signalant un œuf écrasé contre la voiture de Mario Monti. La veille, toujours sur Twitter, Bruno Arena en avait prophétisé deux: «quest' anno in faccia a monti ......... DUE UOVA». Il n’y en aura qu’un mais il coûtera cher, estime Cetty D (saracastic Italian). «Uovo contro l'auto di Monti davanti alla Scala. Da domani 20% in più sul prezzo delle uova #Don Giovanni».

Retour à Parigi. J’ai suivi Don Giovanni à la Scala de Milan, sans en entendre une seule note. Un progrès rendu possible par Twitter.

Jean-Marc Proust

Pour les nostalgiques de l’opéra d’antan, il était possible de visionner le spectacle sur Arte.fr quelques jours après le spectacle. Depuis, Arte a coupé le son.

(article modifié pour tenir compte de la disparition de la vidéo)

Jean-Marc Proust
Jean-Marc Proust (173 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte