LifeNoel

Pour Noël, musiques d'ambiance pour cadeaux crépusculaires

Jean-Marc Proust, mis à jour le 11.12.2011 à 14 h 19

Coffrets pour la fin du monde, des danses au bord du gouffre, et la gueule de bois.

A Seville, en octobre 2010., biennale du Flamenco. REUTERS/Marcelo del Pozo

A Seville, en octobre 2010., biennale du Flamenco. REUTERS/Marcelo del Pozo

 1 - Crépuscules

D’autres avant nous ont connu la fin du monde, la fin de leur monde. Ils laissent des œuvres crépusculaires, nostalgiques, sombres… qui permettent d’affronter un avenir morose en toute sérénité.

Partitions proustiennes

Aristocrates finissants, bourgeois médiocres, Grande Guerre en filigrane…: Proust (rien à voir avec moi) a décrit méthodiquement un monde en train de chavirer. Pour se consoler, il se mettait au piano (on résume). L’occasion de publier ce joli livre-disque: Marcel Proust le musicien qui met en perspective des extraits de La Recherche lus par des comédiens (Aaah, Michael Lonsdale…) et des morceaux musicaux (Hahn, Fauré, Debussy…) apparentés à la fameuse sonate de Vinteuil. Y figure notamment la merveilleuse Sonate pour violon et piano de César Franck, ici jouée dans une transcription pour violoncelle. Madeleinesque.

marcel proust

  • Marcel Proust le musicien, Decca, n° 476 4693, prix: 20€ (131,19 francs)

Pour rester quelques instants encore dans ce XIXe siècle finissant, le Requiem de Fauré s’impose. Paavo Järvi en signe une nouvelle version avec Philippe Jaroussky et Matthias Goerne. Le disque comprend aussi le Psaume Super Flumina Babylonis, jamais enregistré auparavant (1 CD Virgin classics, n° 509990884702 - 14,99€, 98,33 FF).

***

Cent ans de Mahler

Mort il y a tout juste 100 ans, Mahler n’a pas son pareil pour plomber l’ambiance. Parmi les gravures récentes, on a un faible pour la Sixième de Valéry Gergiev (1) avec le London Symphony Orchestra, parfaitement déprimante. De cette symphonie, Theodor Adorno ne disait-il pas: «tout est mal qui finit mal»? Ecouter le finale, c’est comme suivre en live la chute de l’euro. La musique est d’une absolue noirceur, tout s’effondre et les coups de marteau du destin laissent place à un silence sépulcral.

  • Le centenaire Mahler a permis la réédition de nombreuses intégrales à des prix très abordables, comme celles de Leonard Bernstein (DGG, 11 CD, 38 euros, 522,89 schillings) ou de Klaus Tennstedt, par exemple (EMI n° 50999 0 94493 29, Symphonies & Lieder, coffret de 16 CD, 35 euros, 481,61 schillings). Achevée cette année, l’intégrale des symphonies par Gergiev est par trop inégale. Mais la Sixième (LSO Live LSO0661, 8,99 £, soit 193,61 schillings) est indispensable.

***

Gershwin, Brecht-Weill, la France en 2012 ?

«Summertime and the living’s eaysy…» Tout le monde connaît par cœur ce tube de Gershwin magnifié par Billie Holiday. En oubliant qu’il est extrait d’un opéra poignant (Clara, qui chante Summertime finira veuve…), mettant en scène des déclassés, des estropiés et des marginaux vivant de rapines ou de bouts de ficelles. La France de demain? Avec un peu de chance, nous chanterons tous aussi bien que Billie la détresse de ce monde misérable.

billie holiday

  • Billie Holiday, coffret The jazz masters, Universal, 15 CD (comprenant de nombreux titres devenus quasi-introuvables), livret de 68 pages, prix public: 55 euros. Dans cette même collection : Louis Armstrong, Charlie Parker, Sidney Bechet, Ella Fitzgerald.

Avec Mahagonny, le duo Kurt Weill & Bertold Brecht sortent de l’ombre la société underground des truands, souteneurs et prostituées, vision grinçante d’un monde déliquescent où seuls comptent l’argent, le jeu et le sexe (tarifé). On sait ce qu’il advint de la République de Weimar… Vision de cauchemar? L’avenir, incertain, nous le dira. La récente et féroce lecture du collectif catalan de La Fura dels Baus, au Teatro real de Madrid, mérite le détour. Show us the way to the next whisky bar !

2 - Gueule de bois

Pas de vrai Réveillon sans une bonne gueule de bois. Trois remèdes triés sur le volet pour la prévenir ou l’accentuer.

«Espérer, c’est démentir l’avenir». Youpi. Merci Emil Michel. La Pléiade a la lumineuse sombre idée d'éditer les Œuvres de Cioran. La lecture du sommaire invite à passer sereinement les fêtes sous anxiolytiques dans un bunker truffé d'amiante: Précis de décomposition, Syllogismes de l'amertume, La Tentation d'exister, De l'Inconvénient d'être né, Écartèlement… Cioran est un pessimiste triple A. Maintenant qu’il est sur papier bible, il conchie Standard & Poor’s. Pour l’éternité.

cioran

  • Œuvres, Cioran, La Pléiade (Gallimard), Édition établie sous la direction de Nicolas Cavaillès, avec la collaboration d’Aurélien Demars. 56 € jusqu’au 31 mars 2012, puis 63 € (245 puis 275,62 leus roumains)

Dans un autre genre (encore que), le concert du Nouvel An à Vienne est un must absolu: c'est à la fois cher et crépusculaire parce que kitsch, avec de grands bouquets de fleurs qui sentent fort et des tutus mauves. Immuable, définitivement OLD. Pour ceux qui y tiennent, il reste des places pour... 2013. En effet, les tickets sont vendus traditionnellement au début de chaque année pour l'année suivante. Compter entre 30 et 940 euros (jusqu’à 12934,68 schillings) pour avoir le plaisir de taper des mains à la télé.

***

Pour éviter la gueule de bois du printemps arabe qui vire à l’intégrisme (fin du monde, là aussi?), rien de tel que de s’envoler sur un tapis volant. On prendra de la hauteur avec Shéhérazade ou Sindbad le Marin… Ah! Si Mario Draghi avait la lampe merveilleuse d’Aladin... Pour l’inspirer, achetez cette édition de luxe des Mille et une nuits, chez Citadelles & Mazenod, et envoyez-la à:

Super Mario

Banque Centrale Européenne

Postfach 16 03 19,

D–60066 Frankfurt am Main

  • 1001 nuits, reliure sous boîte en tissu illustrée avec fer à dorer, 496 pages,290 euros. D’après les traductions (classiques) de A. Galland et J.-C. Mardrus.

3 - Grèce, Espagne : danse au bord du gouffre

Tombera, tombera pas? Pour rembourser les dettes de la Grèce et de l’Espagne, les mélomanes peuvent acheter des disques… allemands.

Viva la muerte

Zarzuela, flamenco, chansons populaires…: dans Melancolía, la soprano Patricia Petibon explore l’univers de la musique espagnole avec un remarquable tempérament. Voix agile, «ay ay ay» et «aouh» un rien convenus, mais envolées lyriques et raucités ensorcelantes à la manière d’Yma Sumac: rien ne manque dans ce disque qui vaut son pesant de tapas.

La chanteuse voit la mélancolie comme «un reflet de l’Espagne elle-même (…). La mélancolie est une balance dans la vie, une tristesse qui nous lie à la mort». Inutile de s’indigner : mieux vaut conseiller Melancolía au Premier ministre Mariano Rajoy. Une livraison Deutsche Grammophon, natürlich.

Petibon

  • Melancolía, DG n° 477 9447, prix : environ 13€ (2163,02 pesetas)

***

Grèce : dernier Noël sur l’Olympe

Sous les guirlandes, la mythologie grecque s’impose, forcément, dans ce qu’elle a de plus sombre. L’innocente Europe n’a-t-elle pas été enlevée par Zeus? Histoire de se rafraîchir la mémoire, les intellos commenceront avec La Tragédie grecque, de Jacqueline de Romilly (morte il y a un an), texte de référence, publié chez PUF (10 euros, soit 3407,5 drachmes). Puis plongeront dans la grandeur tragique d’Eschyle, Sophocole (La Pléiade, 57,5 euros, 19593,13 GRD) ou d’Euripide (Pléiade, 49,9 euros, 17003,43 GRD) – des textes indispensables.

Les traders fous peuvent réviser la règle de Troie grâce au charmant péplum de Wolfgang Petersen avec Brad Pitt (Warner, édition collector 2 DVD, 15 euros). Non moins indispensable - et très fin d'année - la désopilante parodie due à Offenbach et ses librettistes, de La Belle Hélène (Minkowski, Pelly, DVD Arthaus musik, 24,40 €).

***

Oedipe end

Avec son enchaînement de meurtres et de vengeances, la tragédie des Atrides a quelque chose du jeu de domino financier actuel. Par chance, elle est fort bien servie au disque avec Elektra, œuvre majeure de Richard Strauss. Un opéra ramassé, violent, sauvage où la haine d'Electre pour sa mère Clytemnestre éclate à chaque instant dans les rugissements de l'orchestre – bref, la fin du monde hellénique ta mère.

Direction de Karl Böhm, mise en scène de Götz Friedrich, casting de rêve, ce film des années 80 n’a pas pris une ride (2 DVD n° 073 4095, prix : 25€, 48,9 marks). Glissez-le sous le sapin de Loukás Papadímos.

Orphée qui se retourne, métaphore de la Grèce qui regarde derrière elle sa grandeur passée et obère son avenir? Le mythe en a inspiré plus d’un. Là aussi, Offenbach s’impose (Orphée aux enfers et son célèbre galop, Minkowski-Pelly, DVD Arthaus Musik, 24,40 €). On évitera, cette année, de se crever les yeux avec Œdipe.

***

Euh… c’est Noël quand même ?

S’il reste d’incorrigibles optimistes, c’est chez Harmonia Mundi qu’ils trouveront leur bonheur. Avec un coffret de 30 CD, à petit prix, entièrement dédié à la musique des Lumières : concertos, opéras (Mozart, Gluck, Rameau), symphonies, quatuors… Tout aussi lumineux, la «Christmas édition 2011», 11 CD de musiques de circonstance, des chants orthodoxes au Messie de Händel en passant par les Noëls celtes et britanniques (15,90 euros chaque). Hallelujah, on vous dit.

Mundi

La Musique des Lumières, 30 CD - Harmonia Mundi n° HMX2908601.30 - 50 €

Jean-Marc Proust

(1) Le chef russe reviendra à Paris en 2012 (au TCE, le 8 mars, à Pleyel le 17 mars).

Jean-Marc Proust
Jean-Marc Proust (173 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte