France

A quoi ressemblerait un autre plan de métro parisien?

Cécile Dehesdin, mis à jour le 28.11.2011 à 9 h 47

Comment une dispute entre une application iPhone et la RATP a donné lieu a une centaine de cartes qui redessinent le métro parisien, comme un moyen de forcer les données à s'ouvrir.

Détail tiré du plan de métro créé par Jérôme Laval

Détail tiré du plan de métro créé par Jérôme Laval

Un autre plan de métro est possible. Retraçons la ligne: au début de l'été 2011, la RATP s'aperçoit que l'application CheckMyMetro utilise ce qu'elle dit être «son plan» –et «ses horaires»–  et demande alors la suppression de l'application dans un mail à Apple. 

La justice a tranché en faveur de la Régie qui, ayant déposé le dessin de ce plan auprès de l'Institut national de la propriété industrielle, a un monopole sur son utilisation, et toute application la reproduisant sans son accord peut donc être poursuivie pour contrefaçon.

Comme la RATP n'est pas prête à rendre libre de droit son plan, la seule façon de se sortir de cette impasse juridique était d'imaginer une nouvelle carte, aussi différente de celle de la carte «RatpRightée» que possible puisque le droit délivré par le dépôt d'un dessin ou d'un modèle protège une apparence esthétique (et que si les deux plans se ressemblent trop, la Régie peut donc porter plainte pour contrefaçon).

Plutôt que de mouliner seul dans son coin, CheckMyMetro a choisi le «crowdsourcing» et proposé à ses fans (ou aux fans du métro parisien, des cartes ou des cartes de métro d'ailleurs) un concours de création de carte:

«Vous devrez créer une carte de métro différente de celle de la RATP. Vous pourrez garder certaines caractéristiques si vous le souhaitez (couleur des lignes par exemple), mais il faut que l'apparence esthétique soit bien différente du plan de métro original de la RATP.»

Rien d'impossible, puisque le plan de métro auquel les Parisiens sont habitués n'est que la dernière mutation en date d'une carte qui n'a pas arrêté d'évoluer depuis 1914, comme le relevait Le Cartographe en 2010 dans un article qui retraçait son histoire.

Exemple avec la carte du métro de 1914:

Plus de 80 plans ont été postés sur le site de l'application, un jury composé d'experts du numérique et de l'Open Data en a sélectionné 10, et CheckMyMetro invite désormais le public à voter, sur sa page Facebook.

Mais le site original vaut le détour, puisque pour plusieurs des plans leurs auteurs ont expliqué la logique derrière la carte:

Personne n'a tenté un plan de Paris juste pour les touristes (comme ce superbe plan de Londres minimaliste), juste pour les Parisiens ou juste pour les provinciaux, mais les auteurs ont souvent cherché à être plus «pratiques» que la carte de la RATP.

Sur le plan ci-dessus, qui a reçu le titre de «plan d'argent» de la part du jury, Nojhan a par exemple fait primer la géolocalisation: chaque station est placée à sa position géographique réelle, ce qu'il espère «permet d'éviter de prendre une correspondance ou une station supplémentaire là où un peu de marche à pied vous aurait permis d'aller plus vite».

Exemple avec le coin Saint-Michel/Cité, où l'on s'aperçoit que, contrairement à ce que pourrait laisser croire le plan RATP, il est plus rapide de sortir du RER C et d'aller à pied à Cité plutôt que de prendre la correspondance pour la ligne 4.

L'auteur note le pendant négatif de ce choix de la localisation géographique: pour les quartiers les plus chargés en transport en commun, la carte devient bien compliquée à lire:

Pour sa carte (élue «plan d'or» par le jury), Jérôme Laval a choisi de représenter les numéros de ligne tout le long de chaque ligne de métro, pour que l'utilisateur n'ait pas besoin de remonter jusqu'au terminus pour trouver ce chiffre:

En détail à la station République:

Tandis que Hala Fayad («plan d'or» également) a insisté sur les stations avec beaucoup de correspondances:

Ou que Cram («plan de bronze») fait passer le nombre de correspondances par des cercles concentriques, et ajoute des pictogrammes pour les gares:

Il n'a pas participé au concours, mais on en profite pour vous conseiller de jeter un oeil au site de Neil Freeman, qui en 2004 avait reproduit les plans de métro de grandes villes du monde sur la même échelle (où l'on s'aperçoit notamment que celui de Paris est tout petit et tout regroupé par rapport à de nombreuses autres villes):

Même si CheckMyMetro affirme que le but de son concours est de «promouvoir l'Open Data», il permet aussi de lui trouver un nouveau plan à intégrer pour son application, et de lui faire de la pub (pour voter pour les 10 plans, il faut d'abord «liker» la page Facebook de l'appli).

Mais le concours reste un éclairage intéressant –parce que très quotidien– sur la problématique de l'accessibilité des données, surtout pour un organisme comme la RATP qui propose un service d'utilité publique.

L'idée d'un plan de métro utilisable et réutilisable par des tiers avait d'ailleurs été approuvée par le ministre de l'Economie numérique Eric Besson, qui en juillet estimait que «l'ouverture des données publiques [...] constitue un facteur d'innovation et un enjeu de compétitivité économique et scientifique»

«Par exemple, la mise à disposition du plan du métro permettrait l’émergence d’un réseau social de ses usagers, qui pourraient s’informer sur les éventuels incidents, formuler des commentaires sur les artistes qui s’y produisent… Plus largement, la mise à disposition des plans et horaires des transports publics permettrait le développement de nouveaux services multimodaux, combinant les différents modes de transport: train, tramway, bus, voiture, vélo...»

Il faudra plus qu'un concours pour avoir accès aux données de trafic de la RATP (celles qui permettent de savoir dans combien de temps le bus ou le métro passe), qu'Eric Besson évoquait également: pour l'instant, elles restent des «informations privées» protégées par le droit de la propriété intellectuelle.

Cécile Dehesdin

Article modifié le 25/11/11 pour ajouter la carte du métro de 1914.

Article corrigé le 28/11/11 (orthographe du nom de Neil Freeman)

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte