Monde

L'université participative à la sauce nippone

Temps de lecture : 2 min

«Pris dans un vent de découverte, le Japon imagine de nouvelles transmissions du savoir, gratuites, civiques, ancrées dans la communauté.» Le Monde a enquêté sur cette mode nippone de partager les connaissances et la culture du pays.

Gratuite, sans locaux et à but non lucratif, l'université de Shibuya est sans doute l'exemple le plus original et le plus créatif de ces nouvelles manières de partager. «Elle contacte des personnes qui vivent ou travaillent à Shibuya, quartier vibrionnant de Tokyo où se côtoient différents univers, de la mode au design, voire l'édition. Elle les invite à partager leur passion ou leur savoir. Puis elle trouve un café, un gymnase, une école, un magasin, un parc... et annonce le cours sur son site.»

Le nouveau concept rencontre un franc succès: «293 personnes, Japonais comme étrangers, ont déjà donné un cours à l'université, qui a attiré plus de 12.000 étudiants.» A tel point que d'autres projets similaires naissent un peu partout au Japon. Un exemple à méditer pour Valérie Pécresse?

[Lire l'article complet sur Le Monde]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Qui sont les Français qui vivent aux États-Unis?

Qui sont les Français qui vivent aux États-Unis?

Ce dimanche 24 janvier, le président Biden a passé un appel au président Macron, un coup de fil officiel entre présidents dûment investis dont on trouve la transcription détaillée sur le site de la Maison-Blanche. Ce texte rappelle, entre autres,...

Yogi Adityanath, le moine-ministre qui effraie l'Inde progressiste

Yogi Adityanath, le moine-ministre qui effraie l'Inde progressiste

Qui est ce yogi, moine et dirigeant politique extrémiste, à qui l'ambassadeur français en Inde a rendu visite?

«Ekifire», la vie de la communauté LGBT+ dans trois pays d'Afrique

«Ekifire», la vie de la communauté LGBT+ dans trois pays d'Afrique

«Un jour, j'ai lu une citation qui m'a beaucoup marqué, raconte Frédéric Noy. Elle disait que les Occidentaux ne s'intéressaient à l'Afrique qu'à travers les gens qui meurent et non ceux qui vivent. Ça m'a donné envie de découvrir...

Newsletters