Monde

L'université participative à la sauce nippone

Temps de lecture : 2 min

«Pris dans un vent de découverte, le Japon imagine de nouvelles transmissions du savoir, gratuites, civiques, ancrées dans la communauté.» Le Monde a enquêté sur cette mode nippone de partager les connaissances et la culture du pays.

Gratuite, sans locaux et à but non lucratif, l'université de Shibuya est sans doute l'exemple le plus original et le plus créatif de ces nouvelles manières de partager. «Elle contacte des personnes qui vivent ou travaillent à Shibuya, quartier vibrionnant de Tokyo où se côtoient différents univers, de la mode au design, voire l'édition. Elle les invite à partager leur passion ou leur savoir. Puis elle trouve un café, un gymnase, une école, un magasin, un parc... et annonce le cours sur son site.»

Le nouveau concept rencontre un franc succès: «293 personnes, Japonais comme étrangers, ont déjà donné un cours à l'université, qui a attiré plus de 12.000 étudiants.» A tel point que d'autres projets similaires naissent un peu partout au Japon. Un exemple à méditer pour Valérie Pécresse?

[Lire l'article complet sur Le Monde]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Un citoyen chinois condamné à tort libéré après vingt-sept ans de prison

Un citoyen chinois condamné à tort libéré après vingt-sept ans de prison

Le cas de Zhang Yuhuan, incarcéré pour homicides volontaires malgré son innocence, est loin d'être isolé en Chine.

Persécution de la minorité ouïghoure: Pékin dément et poursuit ses méthodes

Persécution de la minorité ouïghoure: Pékin dément et poursuit ses méthodes

Au Xinjiang, des millions de personnes sont opprimées par le gouvernement chinois. Tandis que la communauté internationale peine à réagir concrètement, les violences se perpétuent.

Seule une réforme structurelle du système permettrait au Liban de se relever

Seule une réforme structurelle du système permettrait au Liban de se relever

La catastrophe qui vient de frapper Beyrouth s'ajoute à la situation financière qui grève le pays depuis des années.

Newsletters