Partager cet article

L’élimination des conteneurs à ordures, aspiration légitime?

Canettes recyclée dans une usine près de Laval.  REUTERS/Charles Platiau

Canettes recyclée dans une usine près de Laval. REUTERS/Charles Platiau

La couleur de Paris, c’est le vert. Le vert des conteneurs à ordures encombrant ses trottoirs. Les technologies d’aspiration aideront-elle la capitale à jeter cette terrible spécificité à la poubelle?

» Retrouvez notre dossier «La ville de demain»

L

e truc que les touristes remarquent le plus à Paris ― et qui n’est pourtant jamais mentionné dans les guides, même les moins complaisants ―, ce sont les poubelles. Elles sont partout, les poubelles. Partout et tout le temps.

Le soir, parce qu’ils n’ont pas encore été vidés, les conteneurs en plastoc de l’ami Delanoë encombrent les trottoirs et débordent d’ordures ménagères soigneusement triées par une armée de bobos ne reculant devant aucun sacrifice pour réduire leur empreinte carbone.

Le matin, parce qu’ils n’ont pas encore été récupérés par les derniers concierges toujours pas remplacés par des codes de porte, ils offrent leur béance odorante au regard du passant, les éboueurs se donnant rarement la peine de leur refermer le clapet…

Le pire, c’est lorsque vous prenez un pot en terrasse avec votre nouvelle conquête Meetic ― Paris est simultanément la capitale des tables de bistrots d’extérieur chauffées au gaz naturel et des poubelles sur les trottoirs ― et que vous vous retrouvez coincés entre un conteneur à couvercle jaune (pour les déchets recyclables) ou vert (pour tout le reste sauf le verre).

On a connu plus romantique.

C’est assez curieux parce que Paris est à peu près la seule ville en France à exposer à ce point ses poubelles. A part Marseille, peut-être, même si la cité phocéenne préfère étaler directement ses déchets sur les trottoirs, histoire d’économiser sur l’achat de conteneurs…

«Vous êtes un peu dur, grommelle François Dagnaud, adjoint chargé de la collecte et du traitement des déchets auprès du camarade Bertrand. S’il y a toutes ces poubelles, c’est justement parce que Paris est l’une des seules grandes métropoles au monde à les ramasser tous les jours. Ce n’est pas le cas de Londres, par exemple. En fait, dans une ville aussi densément peuplée, si le service est de qualité, vous verrez fatalement beaucoup de conteneurs et de camions pour les vider… »

OK, OK. Dont acte. Mais est-ce que ça peut changer? Est-il possible qu’un jour, les trottoirs soient rendus aux piétons, aux scooters à trois roues et aux crottes de chiens inexorablement chassés par l’extension du domaine des ordures?

Assurément. «Help is on the way», comme aimait bien dire Obama avant de baisser les bras.

Ainsi, et des années après la flopée d’agglomérations espagnoles (Barcelone, Bilbao, Pampelune, Valence…) déjà équipées, Paris va enfin tester la collecte des déchets «par aspiration», seul moyen de faire un sort définitif aux conteneurs en goguette.

Aspirateurs à ordures (et à emplois)

Le principe de base: un réseau de tuyaux souterrains relie votre immeuble à un centre de tri, vos pots de yaourts vides et autres épluchures de légumes effectuant leur ultime voyage «pneumatique» à 70km/h après avoir été précipités dans une sorte de vide-ordures à la Star Trek...

Formidable, non ? Mais pourquoi avoir attendu si longtemps?

― On n’a pas attendu «si longtemps». On a juste attendu que ce soit possible financièrement et pratiquement. Paris est une ville dont le bâti est très ancien et dont le sous-sol est déjà très encombré par de nombreux réseaux. C’est pourquoi nous allons d’abord tester la collecte par aspiration sur le nouveau quartier de Clichy-Batignolles (XVIIe arrondissement), où elle sera d’emblée intégrée aux infrastructures…

― Ce n’est pourtant pas la première ZAC parisienne; tout de même! Vous auriez pu faire ça du côté de la Grande Bibliothèque, par exemple…

― Oui, mais ces projets ont de nombreuses implications. D’abord, faire disparaître les poubelles et les camions, ça revient cher: pour les 8.000 habitants (à terme) des Batignolles, le système va coûter 21 millions d’euros. Mais il y a aussi la dimension sociale puisque c’est l’équivalent de six à huit tournées de camions qui disparaissent et donc les emplois d’éboueurs qui vont avec…

Tout juste Auguste. Ce qui n’empêche pas plusieurs communes communistes de banlieue de se lancer dans l’aventure avec l’enthousiasme des convertis, Vitry et Romainville en tête. «Bah, changer c’est toujours bouleverser un peu, lâche d’ailleurs un Dagnaud spécialiste des poubelles et philosophe. Et c’est aussi être capable de flexibilité dans la mise en place de systèmes de ce genre. Par exemple, le nouveau Tribunal de Grande Instance qui sera installé dans la ZAC continuera de voir ses déchets enlevés par camions parce qu’il s’agit surtout de documents confidentiels et qu’ils ne peuvent pas être mis avec le tout-venant…»

― Mais le tout-venant, justement, il sera récupéré comment concrètement?

― Eh bien nous allons installer 200 bornes de collecte, dont 180 à l’intérieur même des immeubles. C’est important car, dans certains pays, on fait plutôt le choix de bornes collectives en extérieur mais ça suppose un civisme dont les Français manquent peut-être un peu…

― Mais non voyons, quelle idée! Et si c’est un succès, que tout le monde est content, que la vie est (pou)belle, on étend ça à tout Paris ?

― Mouais… On va d’abord attendre d’évaluer cette expérience, laquelle ne démarre qu’en 2013. Ensuite, on verra. Mais avant que l’on puisse installer des tuyaux d’aspiration dans le Marais ou dans les quartiers où existent encore des immeubles datant du Moyen-âge, il va se passer un certain temps même si c’est sans doute l’objectif à très long terme.

«A très long terme»? Hum, dans l’intervalle, vous pourrez toujours aller prendre un pot en terrasse dans une rue super-clean des Batignolles, avec votre fameuse conquête Meetic. A moins qu’elle ne préfère le Marais et ses conteneurs pittoresques, évidemment. Avec les nanas, on ne sait jamais.

Hugues Serraf

L'apiration des déchets, comment ça marche


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt. > Paramétrer > J'accepte