Life

Groupon-nous pour acheter une voiture, mais pas tout de suite

Hugues Serraf, mis à jour le 15.11.2011 à 10 h 49

Une expérience de vente collective de voitures sur Groupon.fr se solde par un échec. Pour les professionnels de la distribution auto, le public n’est pas prêt.

Le stand Mercedès au salon de Franckfort. REUTERS/Kai Pfaffenbach

Le stand Mercedès au salon de Franckfort. REUTERS/Kai Pfaffenbach

» Vroum! Retrouvez toutes les chroniques auto d'Hugues Serraf

Si quelqu’un n’a pas exactement sauté de joie, à l’annonce de la mise en vente d’un lot de Daihatsu Sirion à prix cassés sur Groupon.frsite d’achats collectifs plus connu pour la vente de séjours hôteliers et de drainages lymphatiques que de voitures―, c’est bien Olivier Panissaud, directeur commercial de la marque japonaise: 

«L’offre avait sans doute l’air alléchante, comme ça de loin, mais en réalité, les prix proposés étaient loin d’être réellement avantageux et les véhicules ne correspondaient même pas à ce à quoi les acheteurs auraient pu prétendre dans nos établissements. Et de toute manière, l’opération m’a tout l’air d’avoir un échec puisque je crois que seuls deux modèles ont trouvé preneur

Hey, une seconde! Qu’est-ce que c’est que ce directeur commercial qui se vante de ne pas avoir réussi à vendre ses autos?

– C’est que nous n’en étions pas les vendeurs, voyons! En fait, ces voitures ont été proposées pendant quelques jours sur le site par un mandataire indépendant sans que nous soyons dans la boucle…

– Comment ça? Votre constructeur utilise un canal concurrent de son réseau officiel et vous mange la laine sur le dos via Internet?

– Non, bien sûr: ces voitures ne viennent pas directement de chez Daihatsu, mais de chez un importateur européen quelconque dont nous ne connaissons même pas le nom. D’où le fait qu’il s’agisse de modèles non pas «neufs» mais pré-immatriculés et, surtout, de modèles aux normes de pollution Euro 4 alors que les versions aux normes Euro 5 sont déjà dans le réseau!

– Le discount était pourtant attractif: 7.799 € au lieu des 13.250 € du tarif «catalogue», c’est une économie d’environ 40%...

– Bof, si vous ajoutez le ticket d’entrée Groupon à 499 €, vous êtes au même niveau effectivement proposé en concession, soit 8.899 €. Et avec des jantes alliages en prime et des émissions polluantes inférieures!

Olivier Panissaud n’est de toute manière qu’assez peu convaincu par la vente en ligne en général, culturellement inadaptée au commerce automobile hors occasion:

– Je peux croire à des coups très spécifiques, comme la vente flash de 15 Audi haut de gamme dont les acheteurs potentiels connaissent tous les détails et cherchent juste à réaliser une bonne affaire, mais sur des voitures plus standards, le client a besoin de voir le véhicule en show room, d’être conseillé par un réseau physique rassurant et de ne pas avoir de doutes sur le SAV. Acheter une voiture, ce n’est sans doute plus la même chose qu’autrefois, mais ça reste plus impliquant qu’acheter une machine à laver!

– Bof, les vendeurs de machines à laver ont dû dire ça aussi, il y a quelques années…

– Certes, mais je ne dis pas que c’est impossible. Je dis juste que c’est trop tôt par rapport aux habitudes de consommation… 

 

Faire un tour dans une concession? Mais c’est pour les ringards voyons!

Chez Auto-IES, le fameux mandataire initiateur de l’opération, ce n’est pas le même son de cloches. Thierry Koenig, le patron d’une entreprise immatriculant 7.000 voitures par an, est plus optimiste: «Oui c’est encore un peu tôt, mais les choses vont très vite et si on nous critique chez Daihatsu France, que je songe d’ailleurs à attaquer en diffamation car ils n’ont pas hésité à nous traiter d’arnaqueurs, c’est parce qu’ils ont autant de mal à vendre des voitures alors que nous y parvenons

– Ils marquent tout de même un point en constatant que la vente de voitures neuves sur le Web reste totalement anecdotique. Et dans le cas présent, deux voitures, ça n’est pas exactement une révolution sur le marché…

– Mais Groupon n’était qu’un test et nous ne misons pas sur ce seul type de vente. Il s’agit d’un partenaire Web comme les autres et nous sommes en réalité en train de travailler à un vrai projet de vente en ligne qui devrait voir le jour d’ici deux ans. A ce moment-là, la culture Web aura encore évolué et les consommateurs seront prêts.

– Prêts à acheter une voiture sans la voir pour de bon en concession?

– Pourquoi, à l’heure actuelle, on trouve tous les modèles dans toutes les versions et toutes les couleurs en concession?

– Non, c’est vrai. Mais pourront-ils se passer du conseil du vendeur pour le financement?

– Alors là, sans problème: les offres de crédit les plus performantes sont déjà sur le Web, pas chez le constructeur…

– Hum, OK. Mais quid de la reprise? Quand on achète une voiture, on en a souvent une autre à revendre?

– Nous aurons un maillage national de partenaires qui examineront les véhicules et nous offrirons ce service!

Bon, il a vraiment réponse à tout, le monsieur. D’autant plus qu’il reçoit le renfort du porte-parole de Groupon.fr, Paul Choppin, qui me rappelle juste au moment où je cherchais une chute rigolote à mon papier:

«En fait, des Daihatsu, on n’en a pas vendu deux, mais trois!»

Oh pétard ! Pas de doute, la révolution est en route. C’est juste qu’on ne sait pas exactement à quelle heure elle va arriver, avec toute cette circulation…

Hugues Serraf

Hugues Serraf
Hugues Serraf (165 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte